Jeudi 25 septembre 2014
5 min

Visite des ateliers de costumes à l'Opéra Bastille

Pour débuter cette journée spéciale "Stéphane Lissner prend la Bastille", la Matinale culturelle de France Musique vous emmène visiter les ateliers de confection des costumes à la Bastille. Un poste qui compte pour près de la moitié du coût d'une production.

Visite des ateliers de costumes à l'Opéra Bastille
L'Opéra Bastille (©Corbis)

C'est l'un des rares endroits de ce gigantesque bâtiment de l'Opéra Bastille qui ne ressemble pas à de simples bureaux. La direction des costumes, qui est est scindée en deux dont l'autre partie est au Palais Garnier, comprend un nombre impressionnant de métiers et de savoir-faire différents. Fabrication des costumes, des masques, des chapeaux, des bijoux, des chaussures, l'entretien, les perruques, les maquillages,etc. Près de 150 salariés travaillent dans cette division de l'Opéra de Paris dirigée par Christine Neumeister. Ici à Bastille, ce sont les costumes des solistes et ceux du choeur que l'on confectionne, pour le ballet, les ateliers sont installés à Garnier.

L'atelier des costumes n'échappe pas à la règle principale du monde de l'opéra: l'anticipation. Les budgets par production sont décidés au moins deux ans à l'avance puis affinés au fur et à mesure que la conception avance. L'équipe entre ensuite en discussion avec le metteur en scène ou le créateur des costumes. A l'aide de croquis ou de simples idées, le service commence à rassembler des échantillons pour trouver la bonne matière, à tester des couleurs. Vient ensuite le temps de la conception qui peut varier de quatre mois avant la première en cas de petite production à un an et demi pour les oeuvres pharaoniques.

Les couturiers prennent ensuite le temps d'ajuster le vêtement pour qu'il convienne à l'artiste, pour ne pas qu'il l'empêche de respirer ou de bouger. Il faut également toujours avoir à l'esprit l'éclairage qu'il y aura sur scène: un projecteur trop prononcé peut complètement rater l'effet désiré. Certains chanteurs ont également des demandes spécifiques pour se sentir à l'aise sur scènes comme une petite poche pour y cacher un mouchoir, une bouteille d'eau ou un cachet pour la gorge.

Pascale Dufay, responsable de l'atelier de décoration sur costumes, en train de confectionner le diadème de Tosca pour la deuxième acte. (© Victor Tribot Laspière/France Musique)
Pascale Dufay, responsable de l'atelier de décoration sur costumes, en train de confectionner le diadème de Tosca pour la deuxième acte. (© Victor Tribot Laspière/France Musique)

Assez régulièrement, les demandes des metteurs en scène demandent aux équipes de l'opéra de rivaliser d'imagination. Exemple avec la dernière production des Puritains de Bellini où le décorateur voulait uniquement des vêtements en feutre, une matière difficile à travailler, à structurer et qui a tendance à se déformer.

C'est grâce à l'atelier de décoration sur costumes que les étoffes prennent réellement vie. Pour Pascale Dufay, la responsable, ce sont eux qui "donnent de l'âme aux costumes ". Elle et ses deux collaboratrices se servent de tous types de techniques pour donner l'illusion d'un bijou, d'une broderie de fil d'or, de l'usure d'une tunique de soldat. Elles agissent sur le volume, la couleur, le tissu mais aussi se servent de terre cuite, de plâtre, de métal ou encore de la sérigraphie pour reproduire un motif ancien.

L'équipe travaille en ce moment sur la prochaine production, Tosca de Puccini. Pascale Dufay est en train de terminer le diadème du rôle-titre. Il s'agit d'une réplique d'un bijou ancien, fait de laiton, découpé, assemblé, puis trempé dans un bain d'argent. Le métal a été patiné pour obtenir un effet viel argent noirci, le tout serti de pierres en cristal pour donner un effet diamant.

Les mutations récentes de l'opéra obligent les ateliers de confection à créer des pièces de qualité puisque désormais les spectateurs ne sont plus uniquement dans la salle, loin de la scène. La multiplication des retransmissions d'opéras au cinéma impliquent que les faux bijoux doivent avoir l'air le plus vrai possible.

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :