Vendredi 28 novembre 2014
14 min

Une place pas chère à l'Opéra ? C'est possible !

Et si, pour les fêtes, vous alliez à l'Opéra ? La proposition est tentante mais, comme beaucoup de gens, vous vous dites que l'Opéra, c'est toujours complet, et que c'est hors de prix. Idée reçue ? Reportage

En duplex de France Bleu Loire Océan à Nantes, notre invité est Jean-Paul Davois, directeur de l'Angers-Nantes Opéra. Au micro de France Musique, il dit tout sur sa politique tarifaire, sur ses choix de programmation, sur sesremèdes anti-crise, et sur ses offres pour les jeunes.

S'il existe une maison pour laquelle on se dit que les billets sont inaccessibles, c'est l'Opéra National de Paris. Et pourtant... En reportage à l'Opéra Bastille, Jean-Baptiste Urbain était mercredi soir à la Première du ballet "Casse-Noisette" de Tchaïkovski, dans la chorégraphie de Rudolph Noureev.

Il est 18 heures, le spectacle commence dans une heure et demie : il s'agit de l'un des spectacles les plus prisés de la saison : une vingtaine de personnes entre dans le grand hall se précipite sur deux bornes de vente de billets : ici, à Bastille, chaque soir de représentation, une trentaine de place sont à vendre 5 euros.

Ces places partent en quelques minutes et, pour être sûr d'en avoir une, il faut attendre longtemps, et être prêt à voir le spectacle debout.

Et si on ne veut pas attendre trois heures, et voir le spectacle debout, il y a d'autres solutions : à Garnier, par exemple, ce sont 300 places de 6ème catégorie qui sont mise en vente chaque jour de représentation, à partir de 11 heures et demi du matin. Dans la file d'attente, beaucoup de touristes conseillés par leurs guides de voyage, et bien peu de Français, pas très au fait de ces "combines".

En plus de ces astuces pour trouver des places, un effort est-il fait en direction du jeune public ? Chaque soir de représentation, une heure avant le début du spectacle, les guichets remettent en vente ce que l'on appelle les relâches : des places remises en vente, des annulations der dernière minute... Ca peut être une bonne opération : 20 euros pour un ballet, 30 euros pour un opéra... Or à ce prix là, on peut se retrouver à l'orchestre, à côté de gens qui ont payé quasiment 10 fois plus cher !

À côté de ces offres de dernière minute, l'Opéra de Paris a mis en place une vraie strétégie de marketing. A partir du moment où vous avez été rentrés dans les fichiers informatiques de l'Opéra, vous pouvez recevoir des offres ciblés par email, ou même par SMS : des places à moins 20%, des tarifs famille, voire une place achetée une place offerte... Une politique de marketing nouvelle et offensive, qui révèle que l'Opéra de Paris a parfois des problèmes à remplir ses deux salles. Il suffit d'assister à certaines représentations pour s'en convaincre.

L'équipe de l'émission :