Mardi 3 février 2015
19 min

Scénariste mode d'emploi

Comment devient-on scénariste ? Y a-t-il des écoles spécialisées ? Des diplômes ? Réponse avec Olivier Gorce, Vice-Président de la Guilde française des scénaristes au micro de Jean-Baptiste Urbain.

Comment, aujourd'hui, ce métier à la base des films est-il considéré en France ? Comment s'apprend-il ? Quelles sont les formations Quelle différence avec les scnénaristes aux Etats-Unis ? Et l'essor de la série-télé de qualité a-t-il révolutionné la profession ?

Pour répondre à ces questions, notre invité ce matin est Olivier Gorce. Scénariste de Jean-Pierre Jeunet, entre autres, et aussi du prochain film de Roshdy Zem "Chocolat"...

La Guilde française des Scénaristes est le seul syndical professionnel français. Olivier Gorce remet d'ailleurs ce soir le Prix Jacques Prévert du Scénario. Il nous en dévoilere d'ailleurs ce matin les lauréats.

Comment devient-on scénariste ? La Fémis, l'école nationale des métiers de l'image et du son, est l'une des voies royales. Elle existe depuis 1986, date depuis laquelle l'un de ses départements est consacré au scénario...

Dans le quartier de Montmartre, à Paris, la Femis est l'école du cinéma par excellence, sous tutelle de l'Education nationale. Chaque année, après un concours ultra-sélectif, environ quarante heureux élus vont travailler pendant quatre ans dans ces murs qui abritèrent les studios Pathé.

La Femis est une école pratique avec plusieurs départements : réalisation, son, montage, décor, script, production, et scénario...

Qu'apprend-on au département scénario de la Femis ? Au delà des cours techniques comme la dramaturgie, on y apprend le sens du rythme, du claïmax... Il y a plusieurs écoles : 3 actes, 7 parties... Mais pour Philippe Lasey, codirecteur du département du scénario, l'essentiel de l'enseignement est ailleurs.

Qui sont ces quelques étudiants qui entrent au département scénario de la Femis ? Et pourquoi choisissent-ils cette branche ?

Six étudiants par an, quatre années d'études... si vous êtes bon en maths, cela fait 24 apprentis scénaristes à la Femis qui travaillent sur leur long ou sur le court métrage à écrire. L'écriture est en effet le moteur de ces élèves issus d'études littéraires pour la plupart. Ce que nous confirme Thomas Pujol, en troisème année.

Au terme de ces quatre ans d'études, ces étudiants vont-ils tous travailler ? Que deviennent ces apprentis scénaristes ? Prenez certains des films d'auteur à succès l'an dernier : Les Combattants de Thomas Cailley et Bande de filles de Céline Sciamma. Tous deux sont d'anciens étudiants du département scénario de la Femis ! Passés, donc, derrière la caméra avec un talent fou. La plupart resteront cependant uniquement scénaristes. Comme ils ne sont que six à sortir chaque année de l'école, la plupart vont rapidement commencer à travailler, notamment grâce aux rencontres organisés pendant leurs études par leur département.

Un nouveau marché est apparu, précisément, celui de la série-télé. Ouvre-t-il des perspectives pour ces étudiants de la Fémis ? La qualité des séries produites en France a bondi, sur le modèle américain. En terme de quantité, cela crée par ailleurs beaucoup plus de travail. Mais pour Judith Gaudineau, étudiante en dernière année, ce n'est pas la seule raison pour laquelle la série-télé change la donne.

Preuve que la série télévisée fait bouger les lignes, la Femis a ouvert il y a deux ans un cursus spécial dédié au genre.

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :