Jeudi 7 avril 2016
6 min

Les ensembles amateurs bien lotis dans les nouvelles Halles de Paris

Les Halles de Paris viennent renaître après 5 années de travaux. Sous la canopée de verre, vient de voir le jour une nouvelle antenne de la Maison des pratiques artistiques amateurs, spécialement dédiée aux grands ensembles musicaux amateurs.

C'est sous une gigantesque structure en verre, appelée la Canopée, que les Halles de Paris viennent de trouver une nouvelle jeunesse. Cette impressionnante structure couleur sable abrite depuis mardi dernier, jour de son inauguration, un lieu qui se veut autant commerçant que culturel. Dans ce bâtiment, la mairie de Paris a décidé d'implanter le nouveau conservatoire Mozart, La Place, un centre culturel entièrement dédié au hip-hop, un bar à manga et la nouvelle Maison des pratiques artistiques amateurs (MPAA). Et si jusqu'à présent, les MPAA concernaient principalement les troupes de théâtre et de danse amateurs, ce nouveau lieu innove en se destinant en priorité aux grands ensembles musicaux.

Trois MPAA existent déjà à Paris. La première a vu le jour en 2008 à Saint-Germain-des-Prés, la seconde en 2011, rue Saint Blaise dans le XXe arrondissement et la dernière en 2013, rue Broussais dans le XIVe arrondissement. Leur mission principale : offrir des lieux de répétitions aux nombreuses troupes de théâtre et compagnies de danse amateurs de la capitale.

Cette nouvelle antenne située dans le 1er arrondissement, au centre de Paris, projette donc d'offrir les mêmes conditions aux orchestres, choeurs, chorales, harmonies amateurs. "Il y a déjà une importante offre pour les musiques actuelles mais très peu pour les grands ensembles de type orchestre ou choeur. Ce sont des effectifs qui demandent de la place et ces lieux sont très rares à Paris. Et comme très souvent, ce qui est rare est cher ", explique Guillaume Descamps, le directeur.

Guillaume Descamps (©Victor Tribot Laspière / Radio France)
Guillaume Descamps (©Victor Tribot Laspière / Radio France)

La MPAA des Halles contient 5 grandes salles de répétitions, de 70 à 110 m2. Construites avec des matériaux phoniques, elles peuvent accueillir des ensembles de 60 à 70 musiciens. Pour l'inauguration, plusieurs orchestres, choeurs ou compagnies de danse ont été invitées. Parmi eux, l'orchestre des éléèves de 3e cycle du Conservatoire W.A. Mozart, situé juste en face.

La chef des classes d'orchestre Marie-Christine Desmonts découvre en même temps que tout le monde ces nouveaux espaces qu'elle sera certainement amenée à utiliser très prochainement. "La première impression est très bonne, moi qui suis violoniste et qui ai fait beaucoup de tutorat avec des orchestres amateurs, je sais à quel point la question du lieu de répétition est majeure. C'est un bel outil et je sens qu'il va s'y passer beaucoup de choses " s'enthousiasme la musicienne.

Marie-Christine Desmonts et sa classe d'orchestre (©Victor Tribot Laspière, Radio France)
Marie-Christine Desmonts et sa classe d'orchestre (©Victor Tribot Laspière, Radio France)

Comble du luxe, la MPAA possède une équipe de régisseurs pour aider à la mise en place des chaises et des pupitres ainsi que du parc d'instruments. Plus besoin pour ces ensembles de déplacer pianos, batteries, percussions, harpes, etc. Tout est prévu sur place. "L'idée est de faciliter la vie des amateurs. Notre implantation a été pensée dans ce sens. Nous sommes au centre de Paris, un lieu très central et facile d'accès, peu importe l'arrondissement ou la banlieue " précise Guillaume Descamps.

Cerise sur le gâteau, le prix de réservation des salles : 6 euros l'heure, auxquels peuvent s'ajouter 5 euros supplémentaires en cas d'utilisation du piano afin de payer les frais d'accord, idem pour l'utilisation du parc de percussions et cinq euros supplémentaires si l'effectif dépasse les trente personnes. Ce qui signifie qu'une salle coûtera maximum 21 euros de l'heure. Un prix imbattable qui va grandement aider les différents ensembles amateurs de la capitale. Les lieux de répétitions sont rares, souvent très chers, mal adaptés et très durs à réserver car ils sont également en concurrence avec les ensembles professionnels.

C'est ce qui explique le nombre important de curieux lors de ces journées portes ouvertes à la MPAA. Julien Courtel fait partie d'une troupe de théâtre d'improvisation. Il a déjà répété dans la MPAA du XIVe et semble très intéressé par cette nouvelle antenne avec de plus grandes salles. "Jusqu'à maintenant, nous faisons des sauts de puces d'un endroit à un autre. C'est une course aux bons plans. Il y a énormément de troupes qui sont dans la même situation et la demande est beaucoup trop forte par rapport à l'offre ".

(©Victor Tribot Laspière / Radio France)
(©Victor Tribot Laspière / Radio France)

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, les structures amateurs sont très nombreuses. C'est d'ailleurs l'une des missions de la MPAA : recenser les compagnies de danse, de théâtre, les choeurs, les orchestres afin de constituer un annuaire à destination des parisiens qui recherchent une pratique artistique amateurs. Cela permet aussi de coller le mieux possible aux besoins de ces structures. La base de données en recense déjà plus de 2000. Pour avoir un ordre de grandeur, il y a plus de 400 choeurs et chorales, une soixantaine d'orchestres à Paris. Et tous ces ensembles ont besoin de place.

La MPAA fait face à une importante demande et ne pourra pas accueillir tout le monde, du moins pas au même moment. Si les salles sont bien ouvertes à tous, la MPAA est obligée de faire une sélection pour permettre une rotation. "L'idée, c'est d'accueillir des projets plutôt que des associations. Nous ne voulons pas planifier une structure de septembre à juin avec un créneau immuable chaque semaine. Nous allons ensemble convenir d'une période paraissant suffisante pour monter un projet, bien souvent entre trois et quatre mois et que nous pouvons allonger si le besoin s'en fait sentir. Cette façon de faire nous permet de ne pas bloquer les salles pour des nouveaux projets qui arriveraient en cours d'année".

Le rôle de la MPAA ne s'arrête pas à fournir des salles, il y a également une saison de programmation pour mettre en valeur les différents projets nés dans les murs. Il y aussi le "festival maison", Signal Sonore qui a lieu en ce moment et qui dure jusqu'au 17 avril. La MPAA des Halles dans le 1er arrondissement de Paris est en opération portes ouvertes jusqu'à dimanche prochain. Vous pourrez assister à de nombreuses répétitions publiques d'orchestres, d'harmonies et de choeurs.

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :