Jeudi 25 juin 2015
14 min

Les ciné-concerts

Le Palais des Congrès à Paris accueille les 26, 27 et 28 juin la projection de "Titanic" de James Cameron en ciné-concert, avec l'Orchestre national d'Ile-de-France. Nés avec le cinéma muet, les ciné-concerts attirent aujourd’hui programmateurs de salle et grand public : un phénomène sur lequel s'est penché Jean-Baptiste Urbain.

C'est une forme de spectacle qui, depuis quelques années, a le vent en poupe : coup de projecteur sur les ciné-concerts, à l'occasion des projections du film "Titanic" de vendredi 26 juin jusqu'à dimanche, au Palais des Congrès à Paris avec l'orchestre National d'Ile-de-France, qui jouera en direct la musique de James Horner, tragiquement disparu en début de semaine.

Mais les ciné-concerts, ce sont aussi des improvisations au piano sur des films muets, et des musiques originales. Pour en parler, nous avons invité Jean-François Zygel. Compositeur, pédagogue, homme de télé et de radio, pianiste improvisateur... Il est l'un des spécialistes français de l'accompagnement de films muets en concert, qu'il enseigne même au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.

Au micro de France Musique, Jean-François Zygel nous explique comment cette passion lui est venue, et en quoi consiste cet art. Il nous livre aussi son regard sur cet engouement pour cette forme de spectacle entre la projection et le concert.

Dans son reportage, Jean-Baptiste Urbain remonte le fil de ce que l'on peut vraiment appeler un "phénomène" ciné-concerts : pendant longtemps - toute l'ère du cinéma muet - le cinéma était un ciné-concert sans le savoir, puisque ce qui se passait à l'écran était accompagné dans la salle par une musique : un pianiste, quelques instrumentistes ou, dans les plus grandes salles, un orchestre.

Arrive lalors le cinéma parlant, et la bande sonore de film : la musique jouée en direct disparait, n'est plus à la mode... La suite c'est Serge Bromberg qui nous la raconte : c'est un infatigable restaurateur de films, cinéphile passionné, lui-même organisateur de ciné-concerts.///

Ces ciné-concerts, qui attirent-ils ? Des cinéphiles ? Des mélomanes ? Tout dépend du lieu : les ciné-concerts organisés par Serge Bromberg au cinéma le Balzac à Paris à partir de films qu'il a restaurés sont plutôt prisés des cinéphiles. En revanche, lorsque l'orchestre Philharmonique de Radio France donne le "J'accuse" d'Abel Gance salle Pleyel, le public est avant tout un public mélomane.

Enfin, il y a des événements plus populaires : il y a quelques semaines par exemple, "2001 Odyssée de l'Espace" de Kubrick avec l'orchestre de Paris à la Philharmonie : on trouvait pas mal de curieux qui ont profité de ce ciné-concert pour découvrir la salle, là où ils auraient peut-être intimidé par un concert purement symphonique.

Gérard Drouot Production s'est lancé, pour sa part, en 2012 dans les ciné-concerts de films à succès : à commencer par le Trilogie du Seigneur des Anneaux, et de demain à dimanche au palais des Congrès, "Titanic" avec l'orchestre National d'Ile-de-France. Pour Nicolas Zeitoun, directeur marketing de Gérard Drouot Production, il n'y a pas de profil type du public de ses ciné-concerts, ce dernier reste très varié.

Du point de vue technique, comment s'organise un ciné-concert pour ceux qui n'en ont jamais vu ? Là encore, tout dépend de la forme du spectacle : pour les ciné-concerts qui ont lieu tous les jours à la Fondation Jérôme-Seydoux Pathé à Paris - avec des films muets - il y a juste un pianste, des élèves, de Jean-François Zygel d'ailleurs - et une petite salle de 66 places. Pour les grosses productions, il y a un écran géant, un orchestre de 100 musiciens dos à l'écran.

Autre technique, qu'utilise le chef Ludwig Wicki, un écran spécial qui fait correspondre la mesure avec les scènes avec des flashs de couleurs, le tout posé sur son pupitre. C'est lui qui dirigera ce week-end l'ONDIF au Palais des Congrès dans Titanic... Un spectacle qui a un coût : C'est de 34 jusqu'à 99 euros la place !

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :