Lundi 4 avril 2016
7 min

Le Festival de Chaillol : quand la musique vient à nous

Le pari unique du Festival de Chaillol : faire venir des musiciens de stature internationale et des compositeurs dans les petits villages des hautes alpes

Le Festival de Chaillol : quand la musique vient à nous
Trio Tehila © Gilad Baram site

La musique classique ne s’écoute pas que dans les grandes villes, les grands théâtres, les scènes conventionnées ou même les festivals d’été. Depuis 20 ans dans les Hautes Alpes, le festival de Chaillol propose de faire entendre de la musique de chambre contemporaine en se déplaçant dans les villages des 5 vallées qui entourent Gap. Un pari singulier réussi loin des regards culturels et médiatiques.

#WEM pour Week end Musicaux

Une fois par mois de janvier à juin la petite équipe du festival de Chaillol propose aux habitants des montagnes d’entendre des musiciens à la carrière internationale. 4 concerts dans les hameaux des vallées qui entourent Gap.
Le succès de ces week-ends est constant avec une augmentation de fréquentation de 20% chaque année. Le mécénat individuel se met en place. Les spectateurs en sortant font régulièrement des chèques pour que continue cette aventure.
Car ce public loin des grandes villes veut continuer à recevoir dans leurs villages des concerts de qualité mais surtout ils veulent être surpris, ils veulent découvrir la musique.
« Je n’ai pas envie d’entendre des standards de la musique classique. Moi j’aime entendre des musiciens qui sont en recherche, pour eux-mêmes, pour nous et pour la musique »
Marie France une spectatrice

Loin de l’évangelisation culturelle

L’idée ce n’est pas d’arriver avec des grands noms de la musique savante, c’est de créer un lien avec les habitants. Un échange de savoirs culturel, entre la musique et les paysages ou les traditions du territoire.
C’est aussi un formidable moyen de tisser des liens sociaux dans des vallées où l’habitat est très éparpillés. Ces concerts sont une occasion de se retrouver pour écouter et pour parler de musique.
« les montagnards sont des contemplatifs mais avec le temps ces concert nous ont formé l’oreille. Le public est extrêmement silencieux et fervent il n’applaudi pas n’importe quand »
René un spectateur habitué

Des musiciens à la recherche de liberté

Dans cette vallée où le Front National a fait des scores avoisinant les 60% aux dernières élections le festival de Chaillol invite encore et toujours des musiciens du monde entier. Une centaine environ par an.
Ce week end c’était un duo venu d’Autriche, Sferraina et une chanteuse israélienne la soprano Theila Nini Goldstein. C’est la deuxième fois qu’elle vient à Chaillol et ce n’est pas un hasard, elle vient y trouver la liberté loin du marketing de la musique classique.
« je trouve que trop souvent les musiciens de musique classique passent à côté du groove. Les partitions ne sont pas juste des notes en noir et blanc, il faut les réinterpréter avec l’esprit d’aujourd’hui, il faut cherche le groove ! »
Theila Nini Goldstein

Si l’idée d’un week end musical vous tente toutes les infos sont à retrouver ici http://www.festivaldechaillol.com/

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :