Jeudi 1 octobre 2015
10 min

La nuit blanche à l'Orangerie de Paris

Jean Baptiste Urbain nous promène à l'Orangerie de Paris qui va accueillir à l'occasion de la nuit blanche 11 heures de musiques

Pour la 14è fois, Paris fait Nuit Blanche, samedi.
Avec un parcours « In » composé d’installations et de performances, l’événement est, cette année, placé sous le signe du climat. On en parle dans un instant avec son directeur artistique José-Manuel Gonçalvès.

Le Musée de l’Orangerie, aux Tuileries, juste en face du Musée d’Orsay auquel il est rattaché…
Musée de l’Orangerie où, chaque jour, se pressent des milliers de visiteurs, étrangers en majorité, pour découvrir notamment les Nymphéa de Claude Monet…
Les salles des Nymphéa avec ces immenses toiles où l’artiste a peint les bassins de nénuphars chez lui Giverny.
Ces Nymphéa viennent d’être nettoyés… on a enlevé la poussière qui s’était accumulé – on appelle cela bichonner une toile –
Et c’est dans ces salles, précisément, que 11 quatuors vont jouer dans la nuit de samedi à dimanche. C’est une vraie nuit blanche : ça commence à 19h et le dernier concert aura lieu à 6h.
Je vous parlais des touristes étrangers… Pour Laurence des Cars, la directrice du musée, c’est précisément l’occasion de mieux faire connaître aux Parisiens… aux Français… cette fascinante chapelle de l’impressionnisme que touss ne connaissent pas.

René Martin, l’inventeur de la folle journée de Nantes, a déjà imaginé des Nuits du piano…
Mais là, il s’agit de quatuor… Et c’est précisément le nouveau directeur de Proquartet – cette structure, publique, destinée à soutenir la musique de chambre… qui l’a conçu..
Il s’appelle Pierre Korzilius…
Et il n’a pas eu grand mal à convaincre ces 11 vaillants quatuors, tous passés par Proquartet, à jouer à des horaires inhabituels
La salle des Nymphéas où vont avoir lieu ces concerts peu accueillir 80 personnes… C’est peu…
Mais les concerts vont durer trois quarts d’heure… il y en aura 11…
Des tickets autocollants de couleurs différentes vont être distribués aux spectateurs…
Le but étant d’assurer une certaine fluidité…
Et puis la nuit – en particulier la Nuit blanche – tout le monde n’est pas très sobre.
Alors, pour assurer le bon déroulement cette Nuit du quatuor au milieu des toiles de Claude Monet, toute l’équipe du musée veillera au grain. Sous la houlette de la secrétaire générale du lieu Delphine Cape de Puit
Pas d’alcool mais du café, c’est promis, avant d’écouter à 6 heures du matin le quatuor Danel conclure cette Nuit du quatuor avec la Grande Fugue de Beethoven.
Et bien sûr, ces 11 concerts, sont grauits.

L'équipe de l'émission :
Mots clés :