Vendredi 1 mai 2015
14 min

La folie Napoléon

A l'occasion du bicentenaire des Cent-Jours de Napoléon, Paris fleurit d'expositions autour de la figure de l'Empereur. 200 ans après, que retient-on de l'homme ? Réponse avec Xavier Mauduit, docteur en histoire, invité de Vincent Josse et Jean-Baptiste Urbain.

On célèbre cette année le bicentenaire des Cent-Jours de Napoléon Ier jusqu'à la défaite de Waterloo. À cette occasion, une Napoléomania s'empare des éditeurs. Parmi ces livres, celui de Xavier Mauduit : L'homme qui voulait tout - Napoléon, le faste et la propagande (Autrement).

Xavier Mauduit, que les auditeurs de France Inter connaissent pour ses émissions avec Philippe Collin. Mais il est aussi historien. Son ouvrage consacré à Napoléon dissèque la légende que l'empereur a façonnée.

Ce vent de folie Napoléon souffle aussi sur les musées, avec plusieurs expositions qui viennent d'ouvrir, comme au musée Carnavalet à Paris, musée consacrée à l'histoire de la capitale. Une exposition qui se penche sur l'empreinte que Napoléon a laissé sur la capitale vient justement d'ouvrir : Napoléon et Paris - Rêves d'une capitale.

En région les musées ne sont pas en reste, comme au Palais de Compiègne, dans l'Oise. L'exposition s'appelle "Napoléon ou la légende des arts", elle propose de découvrir cette période à travers les arts de l'époque, arts qui s'ouvrent à de nouveaux styles.

Rien que dans le département des Hauts-de Seine, deux expositions retracent la chute de l'empereur. L'une au Château de Malmaison, qui dévoile le désir de Napoléon, après son abdication, de refaire sa vie en Amérique : "Cap sur l'Amérique, la dernière utopie de Napoléon ".
Une autre plus modeste à la Bibliothèque Marmottan de Boulogne Billancourt revient sur le mythe construit autour de Waterloo : "Waterloo 1815-2015, visions guerrières"

Le Château de Fontainebleau aussi s'y est mis avec un parcours qui raconte les rapports entre Napoléon et Rome, le pape et le Vatican : "Pie VII face à Napoléon".

La folie se propage même en dehors de nos frontières : en Belgique au musée Wellington, à Londres au British Museum... les expositions se mettent à l'heure de l'empereur. Il faut dire qu'un peu partout dans le monde, Napoléon continue de fasciner.

L'équipe de l'émission :