Lundi 25 mai 2015
13 min

L'orchestre national d’Île de France propose ses services au cinéma

Relocaliser l’enregistrement des musiques de film en France, c’est l’objectif de l’Orchestre national d’Ile de France. Il a présenté la semaine dernière à Cannes un « pack cinéma ». Il veut inciter les producteurs de film à louer ses services pour réaliser les bandes originales.

Pour ce pack, l’Orchestre national d’Ile de France est tout d’abord parti d’un constat. Il est devenu trop couteux, et surtout trop compliqué d’engager des orchestres français pour les musiques de film. Aujourd’hui, presque tout se fait en Europe de l’Est ou à Londres. En cause : ce que l’on appelle les « droits voisins ». En France, depuis 1985, le musicien garde un droit de propriété intellectuelle sur toute utilisation de la musique qu’il a enregistré. Un système qui protège mais qui s’avère être compliqué, car ces droits doivent être renégociés à chaque diffusion. Un casse tête que l’orchestre a voulu régler, en les incluant directement et par avance dans l’offre. Jérôme Arget-Lefevre, violoniste, a participé à l’élaboration du pack : « Le producteur a besoin de savoir dès le départ où il va, à quoi il s’engage (…) Là le but c’est de lui présenter un devis clair simple clef en main. »

Une démarche qualitative

Pour l’orchestre, il ne s’agit pas seulement d’une démarche économique. Fabienne Voisin, sa directrice, est consciente que la musique de film représente aujourd’hui une fenêtre importante de la création. Elle offre une visibilité immédiate aux musiciens. Il y aurait aujourd’hui en France un choix abondant de composition de qualité pour les bandes originales. Fabienne Voisin, juge naturel que son orchestre participe à ce renouveau, à cette dynamique : « C’est un orchestre qui aime le cinéma, qui a restauré la bande son de films muets (…) je suis dans une démarche qualitative, parce que c’est un orchestre qui est affilié à la Philharmonie, avec une proximité avec son public indéniable. »

Le résultat d’une réflexion commune

Pour avancer une offre crédible, l’orchestre a travaillé avec plusieurs partenaires, dont la région Ile de France, et il a consulté plusieurs professionnels du cinéma. Ce pack est le résultat d’une réflexion commune avec l’Union des compositeurs de musique de film, l’UCMF. Les discussions ont commencé il y a un an.

Patrick Sigwalt, président de l’UCMF milite activement pour la relocalisation des enregistrements en France. Il sait qu’on ne pourra pas s’aligner sur les tarifs des pays de l’Est. Mais, selon lui, au final, la différence de prix n’est pas si importante que cela : « employer un orchestre de qualité dans un studio de qualité, ça nous permet de gagner énormément de temps en postproduction, et d’être nous, compositeurs, beaucoup plus ambitieux sur nos partitions. »

Il est encore tôt pour dire si le pack va fonctionner. Mais Fabienne Voisin assure être déjà en contact avec des intéressés.

Par Sofia Anastasio

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :