Mercredi 10 décembre 2014
14 min

L'appel du 10 décembre

Ce mercredi 10 décembre, "Les artistes, compagnies, directrices et directeurs d'institutions culturelles du secteur subventionné du spectacle vivant et des arts plastiques lancent un appel à tous les élus de la République, au gouvernement, aux citoyens". Reportage de Jean-baptistes Urbain, et réactions du metteur en scène Jean-Pierre Vincent.

L'appel du 10 décembre
dossier du jour 1210

La culture est-elle la première victime des restrictions budgétaires ? C'est le sentiment que l'on peut avoir, depuis septembre, en regardant les "dossiers du jour" de la Matinale culturelle de France Musique. Théâtres, opéras, orchestres, Festivals : les budgets rétrécissent, les subventions disparaissent.

Contre cet "effritement du réseau culturel", plusieurs dizaines d'artistes français lancent un "appel collectif et solennel" à tous les élus et au gouvernement, ce mercredi 10 décembre à 17h30 au Théâtre de la colline à Paris. Parmi ces artistes : Mathieu Amalric, Denis Podalydès, Emmanuelle Béart, Ariane Mnouchkine ou encore Jean-Pierre Vincent, metteur en scène et directeur de théâtre invité par Vincent Josse à prendre la parole dans la matinale.

Retour d'abord sur cet "effritement du réseau culturel" dont parlent les signataires de cet appel lancé le Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles. Plusieurs événements se sont produits ces derniers mois, notamment après les élections municipales de mars dernier. Peu de temps après les changements de majorité municipale, on a vu les élus de certaines communes critiquer les équipes qui géraient des théâtres, avant de leur retirer leur confiance.

C'est ce qui s'est produit à Roanne, dans la Loire. Peu de temps après les élections, Abdel Waheb Sefsaf, le directeur du Théâtre de la Ville reçoit une lettre de renvoi, portée à domicile par deux policiers municipaux. Le nouveau maire juge son recrutement illégal, et les défenseurs du directeur limogé répondent que c'est un prétexte pour se débarrasser d'un homme de théâtre jugé trop élitiste.

Trop Elitiste, "trop Avignon" : voilà aussi le reproche que le nouveau maire UMP du Blanc Mesnil adresse au Forum culturel. En vingt ans, ce théâtre conventionné de Seine Saint Denis s'est imposé comme l'une des plus actifs de la région parisienne, accueillant en résidence des artistes dont certains, comme Emmanuel Demarcy-Motta ou Arnaud Meunier sont devenus des grands noms du théâtre d'aujourd'hui.

Mais la nouvelle municipalité veut récupérer le lieu et proposer ses propres choix culturels. Fini la participation de 1,8 million d'euros, finie la convention entre l'association qui gère le théâtre et la ville. Du coup, le Forum du Blanc Mesnil perd son conventionnement par l'Etat. La programmation s'achève à la fin du mois, et vingt emplois sont directement menacés selon le ministère de la Culture.

Les décisions de ces nouvelles équipes municipales n'épargnent pas les orchestres : la ville de Grenoble vient d'annoncer qu'elle allait supprimer sa subvention de 438 000 euros accordée aux Musiciens du Louvre, l'ensemble dirigé par Marc Minkowski, en résidence dans la ville. Déjà, il y a quelques mois, c'était la ville de Caen qui décidait de ne pas reconduire sa convention avec les Arts Florissants de William Christie, une subvention de 330 000 euros...

A cela, il faut ajouter l'Opera-orchestre de Montpellier en grande difficultés financières, l'Orchestre Dijon-Bourgogne qui a reçu un subention exceptionnelle de 180 000 euros de la ville pour finir la saison, Nancy, où les Mamelles de Tiresias de Poulenc se joueront le mois prochain en version de concert, et non mise en scène par Macha Makeieff comme prévu initialement. A l'Opéra de Saint Etienne, la ville a décidé de supprimer cinq postes - dont celui de directeur musical - pour une économie annuelle de plus de 300 000 euros.

Tout le monde est touché, y compris les plus prestigieux événements : la semaine dernière, le Festival d'Avignon a confirmé qu'il envisage de réduire de 2 jours son édition 2015 et de ne pas ouvrir l'un de ses sites, la Carrière de Boulbon... Son budget pourrait être amputé de 8%.

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :