Mardi 10 février 2015
16 min

Comment soigner les maux des musiciens ?

A Paris, la Clinique du musicien s'est spécialisée dans le soin des pathologies liées à la pratique d'un instrument.

Comment soigner les maux des musiciens ?
Le kinésithérapeute Florian Chrétien en pleine séance de rééducation avec une pianiste à la Clinique du musicien. (© Victor Tribot Laspière / France Musique)

Une équipe de 6 kinésithérapeutes accueillent professionnels ou amateurs, musiciens classique ou rock. Reportage. Invité: Coralie Cousin, kinésithérapeute et auteur du livre "Le musicien, un sportif de haut-niveau".

Pratiquer la musique est évidemment une source de plaisir et de joie mais cela peut également être une source de douleur. Les musiciens, qu'ils soient amateurs ou professionnels, peuvent se faire mal à cause de la pratique de leur instrument. Une mauvaise position de poignet, une fatigue liée au surmenage ou encore un blocage lié au stress... tous ces maux peuvent devenir un réel problème et parfois freiner voire mettre fin à une carrière.

Ce n'est certainement pas un hasard si la Clinique du musicien se trouve à deux pas du Conservatoire national supérieur de musique dans le 19e arrondissement de Paris. Depuis sa création en 2003 par le Docteur André-François Arcier, elle a su trouver un écho chez les musiciens qui souffrent de pathologies liées à la pratique de leur instrument. 6 kinésithérapeutes y travaillent et reçoivent en moyenne huit patients par jour.

Parmi eux, Florian Chrétien, qui les a rejoint il y a 10 ans. Il reçoit cet après-midi là une pianiste amateur qui est atteinte d'une dystonie de fonction. Surnommée la "crampe du musicien", cette pathologie se manifeste par une contraction involontaire de certains muscles des doigts de la main. On estime d'ailleurs que Robert Schumann aurait pu en souffrir, ce qui l'aurait motivé à inventer une machine sensée améliorer la dexterité de ses doigts, mais qui n'eût pas le but escompté en lui paralysant la main.

L'une des spécialités de cette clinique, c'est que les musiciens viennent avec leur instrument. Le bâtiment possède plusieurs pianos, clavecins, batterie, contrebasse, guitares, violoncelles, etc. C'est donc au sous-sol, devant le piano à queue Pleyel, que Florian Chrétien emmène sa patiente travailler la posture de sa main droite. "C'est observant la façon dont les musiciens jouent que je peux trouver d'où vient le problème et surtout pouvoir le corriger, explique le kinésithérapeute. Il s'agit souvent de désapprendre un geste répété depuis l'enfance, ce qui peut prendre du temps ".

Le kinésithérapeute Florian Chrétien dans son cabinet qui ressemble à s'y méprendre à un magasin d'instruments de musique. (© Victor Tribot Laspière / France Musique)
Le kinésithérapeute Florian Chrétien dans son cabinet qui ressemble à s'y méprendre à un magasin d'instruments de musique. (© Victor Tribot Laspière / France Musique)

Le praticien demande à la pianiste de monter et de descendre des gammes de do majeur tout en lui rectifiant la position de son avant-bras de temps en temps. "Il s'agit de ma troisième séance et je sens déjà que ma main se crispe moins quand je pense à ma position pendant que je joue, par contre la rapidité n'est plus là. Mais ça reviendra, il me faudra du temps", explique-t-elle.
 
La clinique du musicien reçoit donc aussi bien des amateurs que des professionnels. Lucas Elziere est trompettiste professionnel basé à Rennes. Il fait le voyage régulièrement avec son instrument afin de soigner un problème qu'il a à la lèvre. Pendant un concert, il a senti un picotement désagréable dans l'intérieur de la lèvre supérieure, ce qui l'a contraint à s'arrêter de jouer pendant plusieurs jours. Le musicien fait régulièrement l'aller-retour pour ses séances à la Clinique des musiciens. "J'ai consulté différents médecins et spécialistes sans que personne ne sache me dire réellement ce que j'avais. Il a donc fallu que je vienne à Paris pour pouvoir enfin comprendre et commencer un soin ", précise le trompettiste qui a depuis pu reprendre les concerts.

Certaines pathologies de musiciens peuvent d'ailleurs être reconnues en tant que maladies professionnelles et permettent une prise en charge. Mais les médecins classiques ne le savent pas forcément. C'est grâce à toutes ces spécificités que la clinique du musicien a su occuper un créneau inoccupé en France. A savoir également qu'une fois par mois, la clinique organise en lien avec l'association Médecine des Arts une consultation pluri-disciplinaire avec chirurgien de la main, rhumatologue, kinés, etc.

La clinique ne s'occupe pas uniquement de soigner des pathologies mais elle peut aussi servir à améliorer les performances techniques des musiciens. Gagner en rapidité, en vélocité ou prévenir la fatigue et le stress.

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :