Mardi 9 décembre 2014
16 min

Comment marier le sport et la musique classique dans un concert jeune public ?

L'Orchestre de chambre de Paris a présenté son nouveau concert à destination du jeune public. Un match musical basé sur le sport et la musique. Un moyen intelligent d'initier les enfants à la musique classique. A vos marques!

Comment marier le sport et la musique classique dans un concert jeune public ?
L'écossais Alasdair Malloy est aux commandes de ce concert dynamique. (© Victor Tribot Laspière/France Musique)

Décembre est traditionnellement le mois où l'on emmène les enfants voir des spectacles. Théâtre, marionnettes, ballets, concerts, etc. La plupart des salles proposent une programmation à destination du jeune public plus fournie pour les fêtes de fin d'année. Les orchestres s'y mettent aussi. Se pose alors la question: comment s'adresser aux enfants en matière de musique classique? Faut-il systématiquement proposer des concerts pédagogiques?

Eléments de réponse avec l'un des concerts de la saison jeune-public de l'Orchestre de chambre de Paris. C'est même plus qu'un concert puisqu'il s'agit d'un match musical. Intitulé A vos marques!, plus de trois cents enfants venus d'écoles différentes y ont assisté jeudi 4 décembre dernier à la salle Pleyel. Le créateur du spectacle, Alasdair Malloy, percussionniste écossais au BBC Concert Orchestra, a eu l'idée simple d'allier le sport et la musique.

Sur le morceau L'Entrée des gladiateurs, rendue célèbre pour son utilisation dans le cirque, l'écossais habillé comme un arbitre de rugby, fait une entrée triomphante avec les porteurs de drapeaux, réquisitionnés dans la salle. Une entrée digne des cérémonies des Jeux Olympiques que viendra d'ailleurs sublimer La Convocation des Héros de John Williams, pièce écrite par le compositeur américain pour célébrer le centenaire des jeux de l'ère moderne.

drapeaux a vos marques
drapeaux a vos marques

Alasdair Malloy et son délicieux accent à couper au couteau présente les diverses pièces tout en les mettant en relation avec des disciplines sportives. Le ski avec Pop looks Bach, l'occasion pour le maître de cérémonie de faire danser tous les enfants sur une chorégraphie irrésistible. Arrive le cyclisme avec une pièce méconnue, La Bicyclette au galop de Wilhelm Gissrau symbolisant la vélocité des coureurs.

Chostakovitch est évidemment de la partie. Le présentateur explique aux enfants la passion du compositeur russe pour le football qui en viendra même à passer haut la main le concours d'arbitre professionnel afin d'approcher le sport au plus près. C'est donc un extrait du ballet L'Age d'or que jouent les musiciens dirigés par l'anglais Geoffrey Styles, ballet qui raconte les déboires d'une équipe de football russe.

La grande finale musicale

Le clou du spectacle arrive en deuxième partie et on comprend encore mieux pourquoi les musiciens de l'Orchestre de chambre de Paris sont habillés en footballeur avec du côté droite, des maillots verts et jaunes et à gauche, oranges et noirs. L'heure est venue de la grande finale entre les deux équipes Symphonic United et Philharmonic Rover. Idem dans la salle, les enfants sont divisés en deux camps et chacun a son propre chant de supporter.

Par cet habile procédé et on ne peut plus simple, Alasdair Malloy réussi à faire chanter les enfants tous en choeur en quelques secondes. L'arbitre explique les règles: les musiciens jouent et lorsque les cymbales résonnent, un but est marqué. Et pour savoir qui l'a inscrit, il suffit d'écouter quel chant de supporter joue l'orchestre.

orchestre a vos marques
orchestre a vos marques

Le match rencontre un franc succès, à tel point qu'il est parfois compliqué d'entendre qui a marqué tant les vivats des supporters en herbe sont puissants et passionnés. Heureusement, Alasdair Malloy réussit à canaliser l'énergie débordante du jeune public. "C'est ce que je voulais atteindre dans ce spectacle, qu'il y ait un formidable échange d'énergie entre le public et l'orchestre. Je ne voulais pas forcément amener les enfants à reconnaître telle pièce ou à décortiquer telle autre, ce qui importe c'est qu'ils comprennent l'esprit dégagé par le morceau ", explique l'écossais un peu essouflé après ce match si intense.

Du côté des musiciens, même si on est un peu désarçonné par tant de puissance sonore - assez inhabituel dans la salle Pleyel, il faut bien l'avouer - on sort de scène avec le sourire. "On a brisé des codes, à tel point que cela nous a surpris nous-mêmes !", explique Etienne Cardoze, violoncelliste de l'Orchestre de chambre de Paris.

Résultat du match: deux partout. Après les tirs aux buts - les enfants devaient reprendre leur chant de supporters dans quatre nuances différentes, le chef choisissait la meilleure musicalité - c'est le Symphony United qui remporte la victoire. Mais pas de déçus, les enfant sortent tous ravis devant un Alasdair Malloy, haletant mais heureux.

​Prochain concert pour enfant par l'Orchestre de chambre de Paris, L'Histoire de Babar de Françis Poulenc. Ce sera les 18, 19 et 20 décembre au Centquatre à Paris.

Victor Tribot Laspière

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :