Jeudi 5 mars 2015
15 min

Comment compose-t-on un opéra à l'Ircam ?

A l'occasion de la création mondiale le 5 mars de l'opéra "Solaris" au Théâtre des Champs-Elysées, en collaboration avec l'Ircam, Jean-Baptiste Urbain a posé son micro dans les coulisses du théâtre et de l'Institut où s'est fabriqué cet opéra un peu particulier...

Solaris, de Dai Fujikura
Opéra en quatre actes (2015)
Livret de Saburo Teshigawara, d’après le roman éponyme de Stanislas Lem
Matériel extrait du film Solaris d'Andrej Tarkovsky avec l'aimable autorisation de Mosfilm

Erik Nielsen, direction
Saburo Teshigawara, mise en scène, chorégraphie, décors, costumes, lumières
Ulf Langheinrich, conception images 3D et collaboration lumières
Gilbert Nouno, réalisation informatique musicale Ircam

Sarah Tynan, Hari
Leigh Melrose, Kris Kelvin
Tom Randle, Snaut
Callum Thorpe, Gibarian
Marcus Farnsworth, Kelvin

Saburo Teshigawara, Rihoko Sato, Václav Kuneš, danseurs
avec la participation de Nicolas Le Riche

Ensemble intercontemporain

Présentation du Théâtre des Champs-Elysées :

"A l’origine, Solaris (« ensoleillé » en latin) est le roman le plus célèbre de Stanislas Lem, le maître polonais de la littérature de science-fiction. Ecrit en 1961 et très vite devenu « culte » à travers le monde entier, l’ouvrage a été superbement porté au grand écran par le cinéaste russe Andreï Tarkovski et plus récemment par l’américain Steven Soderbergh.

Le roman imagine l’existence de Solaris, une planète dont la surface est entièrement recouverte par un océan, une immensité qui possède une forme avancée d’intelligence extra-terreste. Au-delà de la simple aventure scientifique ou technologique, le romancier explore par ce biais une réflexion philosophique en miroir sur le comportement humain. Depuis l’antique « connais-toi toi-même et tu connaîtras les dieux et l’univers » de Socrate, ce thème n’a cessé de fasciner l’homme. Le roman de Stanislas Lem sonde nos craintes les plus profondes et nos espoirs de demain : pour comprendre une forme extra-terrestre, les humains doivent apprendre à se connaître eux-même.

C’est autour de cette éternelle quête humaine que se retrouvent le compositeur Dai Fujikura et le chorégraphe et scénographe Saburo Teshigawara afin de créer à quatre mains une version opératique de Solaris.

Compositeur prolifique tout autant dans le domaine symphonique que chambriste, Fujikura, né en 1977 au Japon mais formé en Angleterre, se fait très tôt remarquer du cercle de Pierre Boulez (celui-ci dirige en 2005 la création de l’une de ses pièces). Son compatriote et aîné, Saburo Teshigawara, a quant à lui déjà rencontré de nombreux succès en France au travers de ses ballets présentés à Chaillot et à l’Opéra de Paris ou de sa mise en scène d’Acis et Galaté e de Haendel créée au Festival d’Aix à l’été 2011.

Sur la trame narrative inventée par Lem il y a plus d’un demi-siècle et avec les moyens musicaux et scéniques les plus «modernes», la collaboration de ces deux grands créateurs devrait avoir les couleurs de l’universellement humain et du résolument contemporain."

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :