Mercredi 18 novembre 2015
5 min

Attentats de Paris : création d'un fonds d'aide aux salles de spectacle

Plusieurs jours après les attentats de Paris, Fleur Pellerin a annoncé la création d'un fonds d'aide de 4 millions d'euros pour pour les salles et les entrepreneurs de spectacles. Il s'agit dans un premier temps de permettre aux lieux de culture de faire face aux nombreuses annulations à rembourser suite aux événements.

Attentats de Paris : création d'un fonds d'aide aux salles de spectacle
Fleur Pellerin, ministre de la culture et de la communication (©Guillaume Decalf / France Musique)

Les attentats de Paris, au bilan humain terrible que nous connaissons, ont durement touché le monde de la culture. Suite à l'attaque du Bataclan, la plupart des salles de concert et de spectacle ont du annuler leurs représentations depuis samedi dernier et leur activité reprend lentement.

Afin de soutenir ces lieux culturels à la santé financière souvent fragile, Fleur Pellerin, ministre de la Culture a annoncé la création d'un fonds d'aide de 4 millions d'euros, dont 3,5 milllions d'euros provenant des pouvoirs publics et 500 000 de la Sacem. Le Centre national de la chanson, des variétés et du jazz doit également alimenter le fonds.

"C'est un début car je souhaite que d'autres contributions viennent compléter ce montant ", a souligné la ministre lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale .

Selon le CNV, il faut permettre aux salles ainsi qu'aux producteurs de concert, de faire face aux nombreuses annulations ou reports qui ont eu lieu depuis samedi dernier. Le milieu ne sait pas encore si les assurances prendront en charge ce manque à gagner important.

En effet, dans le cas des salles privées, comme le Trianon par exemple, en cas d'annulation, c'est auprès du producteur du spectacle ou du concert que les specteurs doivent se tourner pour soit être remboursés, soit changer la date de leur venue. Les salles sont louées aux producteurs, donc s'il n'y a pas de concert, elles perdent le montant de la location, leur principale source de revenus.

Il existe bien sûr, des assurances annulations répondant à des clauses très spécifiques : un artiste malade, un artiste qui ne se présente pas ou lorsqu'un arrêté préfectoral est pris. Problème, rapidement après les attentats, il y a bien eu un arrêté préfectoral concernant les lieux culturels publics ou les grandes salles du type Bercy ou le Zénith, mais pas pour les salles privées. Les entrepreneurs du spectacle ne savent donc pas encore si les assurances fonctionneront.

Bien qu'on ignore encore quels seront les critères qui permettront aux salles de concert d'en bénéficie, le CNV indique que ce fonds permettra aussi d'aider les lieux accueillant du public à améliorer leurs dispositifs de sécurité. Car c'est tout l'enjeu désormais pour ces salles : continuer à donner envie aux spectateurs de venir. Et cela passera certainement par la sensation d'un meilleur système de sécurité. Et embaucher des vigiles supplémentaires, installer des détecteurs de métaux, des caméras, etc. coûtera cher.

Le fonds devrait aussi aider les salles et les festivals qui souffriront de cette baisse de fréquentation qui, tout le monde le craint, pourrait durer plusieurs semaines après les attentats.

"Je travaille également avec la Fédération des salles de cinéma sur le renforcement de leur sécurité. J'ai demandé que les dépenses d'équipement de sécurité soient éligibles aux aides du CNC (Centre national du cinéma) ce qui sera fait dans les prochains jours ", a ajouté Fleur Pellerin.

"La France dansera à nouveau, chantera à nouveau, dessinera de nouvelles caricatures et notre culture restera fière, insolente et libre ", a-t-elle conclu sous les applaudissements de l'hémicycle.

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :