Vendredi 26 juin 2015
4 min

800 enfants en concert à la Philharmonie grâce au projet Démos

La Philharmonie de Paris clôt sa saison ce week-end avec deux concerts du projet Démos, donnés par 800 enfants provenant de quartiers défavorisés.

800 enfants en concert à la Philharmonie grâce au projet Démos
(© Victor Tribot Laspière / France Musique)

Les jeunes musiciens de l'orchestre Démos de Paris sont installés dans la grande salle numéro 1 de répétition de la Philharmonie de Paris. Disposés en demi-cercle autour du podium du chef, ils ressemblent en tout point à de véritables musiciens d'orchestre, excepté de par leur âge. 7 ans pour les plus jeunes et jusqu'à 14 ans pour les plus grands. Ces 27 et 28 juin à la Philharmonie, 800 enfants d'Ile-de-France, de l'Aisne et de l'Isère vont se produire sur la prestigieuse scène de la nouvelle salle de l'est-parisien dans le cadre du projet Démos (Dispositif d'éducation musicale et orchestrale à vocation sociale).

Lancé en 2010 sous l'égide de l'Association de prévention du site de la Villette à Paris, Démos est passé en 2012 sous la coupe de la Cité de la musique, désormais appelée Philharmonie. En collaboration plusieurs associations qui s'occuppent des enfants dans les quartiers défavorisés, l'organisme met en place des ateliers : deux fois deux heures par semaine de pratique collective par famille d'instrument. Instruments qui sont prêtés par Démos et que le enfants peuvent ramener chez eux. Dans chaque structure, les cours sont dispensés par deux musiciens professionnels (Orchestre de Paris, Orchestre symphonique Divertimento, Les Siècles) et par un travailleur social.

(© Victor Tribot Laspière / France Musique)
(© Victor Tribot Laspière / France Musique)

Ce matin-là, Malha Dussollier accompagne "ses enfants" pour la dernière répétition générale avant le concert. Elle est responsable de l'association Quartier Libre 11, qui vient en aide scolairement et culturellement aux enfants en difficultés du 11e arrondissement de Paris. "Au sein du projet Démos, tout se fait en groupe. Les enfants, qui pour la plupart n'ont jamais eu de rapport avec la pratique instrumentale, sont directement initiés à la pratique collective. J'ai été bluffée de remarquer à quel point ils ont appris à travailler ensemble, à s'écouter, à se respecter ".

Malha Dussollier a également pu constater que certains enfants connaissant des difficultés en lecture ou en écriture ont connu un déblocage grâce à la pratique de la musique. Le projet Démos permet aux enfants de bénéificier de cours de musique collectifs durant trois ans. Et la méthode semble porter ses fruits. "Le fait de jouer de la musique en groupe leur permet d'acquérir des repères qui leur servent également dans la vie de tous les jours " note Malha Dussollier, enthousiaste. "C'est aussi un moyen de décloisonner certains enfants qui n'ont pas la chance d'avoir un accès à la culture et à la musique classique ".

Parmi le premier groupe de l'association de Malha à avoir participé à Démos en 2010, ils sont neuf à avoir poursuivi l'apprentissage de leur instrument en conservatoire. Une réussite dont Gilles Delebarre se félicite. Le responsable du projet pédagogoqie et éducatif de la Philharmonie, en charge de Démos, a pu remarquer que près de 75% des enfants d'Ile-de-France ayant participé au projet ont poursuivi leur apprentissage en conservatoire. "Au début, il a fallu faire un peu de pédagogie auprès des conservatoires. Ils n'étaient pas habitués à voir arriver ces enfants des milieux défavorisés. Mais depuis deux ans, nous n'avons constaté aucun problème en ce sens ", constate Gilles Delebarre.

Malha Dussollier est presque stupéfaite par la volonté des enfants à vouloir poursuivre le conservatoire. "Ce ne sont pas des enfants que nous devons pousser à continuer. Je me souviens que j'ai du parfois forcer mes filles à continuer lorsqu'elles avaient un moment de découragement. Eux, ils y vont tout seuls ! Les parents ne sont pas derrière ".

(© Victor Tribot Laspière / France Musique)
(© Victor Tribot Laspière / France Musique)

Des enfants motivés

La détermination et la volonté se lisent instantanément sur leur visage. Sali, 9 ans, occupe la place du premier violon, c'est-à-dire la chaise placée immédiatement à la gauche du podium du chef d'orchestre. Le visage concentré, ses yeux font l'aller-retour entre sa partition bariolée de feutre et les gestes de la chef d'orchestre. Elle prend son rôle très au sérieux et mesure sa chance. "Je suis très contente d'être ici. Je m'en rend compte parce que beaucoup n'ont pas cette chance-là ".

La jeune fille passe le soir même une audition pour tenter d'intégrer un conservatoire. Elle sent que depuis qu'elle a débuté avec Démos, son "champ des possibles" s'est agrandi. "J'ai envie de découvrir plein de choses maintenant. La danse, la peinture... J'aimerais pouvoir aller écouter de grands orchestres en concert ".

Salie, 9 ans, en troisième année d'orchestre Démos. (© Victor Tribot Laspière / France Musique)
Salie, 9 ans, en troisième année d'orchestre Démos. (© Victor Tribot Laspière / France Musique)

Autre avantage du projet Démos, les enfants qui souhaitent poursuivre la musique peuvent garder leur instrument. Un geste important étant donné que la plupart des familles concernées n'ont pas les moyens pour en acheter un. Démos permet également d'avoir une initiation à la musique classique, pour les enfants bien-sûr, mais aussi pour leur familles, souvent très attentives et fières du parcours de leurs enfants.

Concert des orchestres Démos, samedi 27 juin à 20h30 et dimanche 28 juin à16h30 à la Philharmonie de Paris. Entrée libre sur réservation via le site internet.

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :