Le cri du Patchwork
Magazine
Samedi 4 octobre 2014
1h

Silence (1/4) : A la limite du son

Bienvenue dans l’émission qui scrute les musiques de création, de l'écrit à l'improvisation, au fil d'un thème, d'une idée, d'un mot. Ainsi, tout le mois d'octobre sera plongé dans le silence, ou plutôt les silences...

Silence (1/4) : A la limite du son
Fernand Khnopff, Le Silence (1890) - Bruxelles, Musée royal des Beaux-Arts

Faire silence, c'est être à l'écoute. Des autres et de soi. Et le silence, en musique, est un moment de réactivation de notre écoute.
Plus le silence est long, plus il devient bruyant. Il révèle ces sons que l'on ne prend plus le temps d'écouter, comme ceux de notre propre corps.

John Cage en fit l'expérience : pensant trouver un silence véritable en se plaçant dans une chambre anéchoïque, (c'est à dire sans écho, une chambre sourde), quelle ne fut pas sa surprise de percevoir dans ce silence le vacarme de son corps !
"J'entendis deux sons, l'un aigu, l'autre grave. Lorsque je les décrivis à l'ingénieur de service, il m'expliqua que le son aigu était mon système nerveux en activité, le grave mon sang en circulation. Jusqu'à ce que je meure, il y aura des sons."
Conclusion de John Cage : le silence n'existe pas. "Le silence, c'est la musique, sans mon intervention".

SONOTHEQUE
SONOTHEQUE

"Shhh..."

... Ce sont tous ces sons qui chuintent, qui frottent, qui sifflent. Tous ces sons qui n'apparaissent dans la musique écrite occidentale que par la porte d'entrée du Chut ! Du Hush ! Du Shhi !

Alin Gherman, "Shhh !!!" (partition) © Alin Gherman, Bruxelles (2005)
Alin Gherman, "Shhh !!!" (partition) © Alin Gherman, Bruxelles (2005)

De Henry Purcell à Gianni Schicchi de Puccini, de Carmen à Véronique de Messager, des Beatles à Björk, faire "Shhh", c'est demander le silence :
Henry Purcell, The Fairy Queen, Acte 2 "Hush no more"
Björk, It’s oh so quiet (1995)
The Beatles, Come together
André Messager, Véronique, "Chut, Chut, faisons le silence !"
Giacomo Puccini, Gianni Schicchi
Georges Bizet, Carmen, Acte 1 n°2a, "Attention ! Chut ! Attention"
The Golden Gate Quartet, Hush
Joseph Canteloube, Chants d'Auvergne, "Chut ! Chut !"

Les pionniers de la poésie sonore trouvent dans le phonème "Shhh" tout un univers acoustique, depuis Dada jusqu'aux révolutions du Fluxus des années 60.

1) Henri Chopin, Les Chuitantes respirent (1979)

2) Jaap Blonk, Reading Light (For Raoul Haussmann) (2014)
[KontransC]

3) Helmut Lachenmann, Consolation 2 ( 1968)
Kairos [0012202KAI]

12) Helmut Lachenmann, Mouvement ( 1982-1984)
Kairos [0012202KAI]

4) Heinz Holliger, Psalm ( 1971)
Cadenza [CAD 800 894]

5) Samuel Beckett, Quad 1 et 2, 1981, vidéo pour la télévision Süddeutscher Rundfunk, Allemagne.

6) Pink Floyd, Pow R. Toc H.

7) Alin Gherman, Shhh ! for speech quintet and newspapers
Enregistré à la Grande salle du Conservatoire Royal de Bruxelles, Belgique
[Copie privée]

ENTRETIEN
ENTRETIEN

Invité : Igor Ballereau, compositeur

Igor Ballereau, Frottola
Jody Pou (voix), Emily Manzo (piano), Joe Bergen (carillons), Calvin Wiersma (violon), Danielle Farina (alto) & Chris Gross (violoncelle)
SHSK’H [Igor Ballereau Vol.01]

Igor Ballereau, HSESTTL (Hic Situs Est / Sit Tibi Terra Levis)
Les Cris de Paris – Geoffroy Jourdain (direction)
Enregistrement de concert – Auditorium du Louvre, Paris – Novembre 2009
[Copie privée]

Igor Ballereau, Yo no naka (en ce monde)
Jody Pou & Etsuko Chida (voix), Ensemble Ictus, George-Elie Octors (direction)
Enregistrement de concert – Auditorium de la Cité de la musique et de la danse, Festival Musica – Strasbourg – Octobre 2006
[Copie privée]

Igor Ballereau, Più vicino ai morti
Jody Pou (soprano), Daisy Press (alto), Robert Isaacs (contre-ténor), Greg Purnhagen (baryton)
Calvin Wiersma & Andrea Schultz (violons), Danielle Farina (alto), Chris Gross (violoncelle)
SHSK’H [Igor Ballereau Vol.01]

Webographie :

ZOOM
ZOOM
ina
ina

Séquence réalisée avec le concours de l'Institut National de l'Audiovisuel

Heinz Holliger : '(t)air(e)'

C'est dans le silence que Heinz Holliger touche à la sensibilité, aux émotions. Lorsqu'il termine l'écriture de (t)air(e) en 1983 pour son ami flûtiste Aurèle Nicolet, Holliger à en tête l'image d'un autre flûtiste : le poète Friedrich Hölderlin.
Hölderlin passa les 35 dernières années de sa vie dans une tour d'où il écrira ses derniers poèmes, alternant entre le silence de l'écriture et le souffle de sa flûte.... (t)air(e) a été conçue pour intégrer le cycle Scardanelli, chef-d'œuvre de Heinz Holliger qu'il composa entre 1975 et 1991.

1) Entretien avec Heinz Holliger, par Jean-Michel Damian dans l'émission Cordes sensibles diffusée le 12/06/2004 sur France Musique
[Archive INA n° 02006016]

2) Heinz Holliger, Scardanelli Zyklus : (t)air(e) (1980-83)
ECM Records [437-441-2]

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :