Le concert du soir
Concerts
Mardi 8 novembre 2016
1h 58mn

Les Arts Florissants célèbrent Sébastien de Brossard et Pierre Bouteiller, les Maîtres du motet français

Un très beau concert de musique sacrée vocale française et l'une des rares partitions de Pierre Bouteiller qui nous soit parvenue.

Présentation : Clément Rochefort

Brossard, le B.a(bbé) de la reconquête catholique

Sébastien de Brossard a fait partie des premiers prêtres nobles à être envoyés par Louis XIV à Strasbourg pour y restaurer le culte catholique après la Guerre de Trente Ans. Aux mains des Habsbourg, Strasbourg était devenue un bastion de la réforme et une terre d’accueil pour les huguenots (protestants chassé du Royaume de France) jusqu’à ce que Louis XIV l’assiège en 1681, rendant ainsi la cathédrale au culte catholique. Envoyé en mai 1687, Brossard y crée une maîtrise d’enfants, dirige les chantres, forme une académie de musique, à laquelle il fait jouer ses propres messes et autres motets, mais aussi des œuvres profanes, en ville. Quelques années plus tard, Brossard tente de revenir à Paris, mais il se fait souffler, in extremis, la place de chef de la maitrise de la Sainte-Chapelle par un certain Marc-Antoine Charpentier. Il s’en retourne donc à Strasbourg, et faisant halte à Meaux, il rencontre un chantre qui met en doute son talent. Piqué dans son honneur, Sébastien de Brossard s’enferme deux jours entier et écrit le motet Retribue servo tuo qui fut copieusement applaudi à la grand’messe. Brossard est donc engagé à Meaux, où il compose les deux autres motets au programme : Miserere mei Deus et le Stabat Mater dolorosa.

Sur la route qui le ramenait à Strasbourg, Brossard avait aussi rencontré un certain Pierre Bouteiller, à Châlons-en-Champagne. Bouteiller avait hébergé Brossard quelques jours et lui avait offert une messe de requiem et treize de ses motets. Il s’agit précisément de la Missa pro defunctis au programme. Une partition que Brossard estimait « comme l’une des meilleures qui soit dans [son] cabinet », et l’une des rares pages de Bouteiller qui nous soient parvenues. On ne sait pas grand-chose de Bouteiller, si ce n’est qu’après 1698, on le retrouve à Paris, où il officie comme « maître joueur de viole et autres instruments de musique », comme professeur particulier, comme compositeur, et surtout comme chanteur (basse), notamment à l’Académie royale de musique (l’actuel opéra de Paris).

Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg
Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg

Programme du concert

Concert donné le 19 mai 2016 à 20h30 à la Salle des concerts de la Philharmonie à Paris

Sébastien de Brossard
♫ Retribue servo tuo
♫ Miserere mei Deus
♫ Stabat Mater

Pierre Bouteiller
♫ Missa pro defunctis

Sébastien de Brossard
♫ Ave verum corpus

Les Arts Florissants, chanteurs et musiciens
Paul Agnew, direction musicale
Maud Gnidzaz, dessus
Elodie Fonnard, dessus (solo)
Juliette Perret, dessus (solo)
Rachel Redmond, dessus (solo)
Virginie Thomas, dessus
Bruno Le Levreur, haute-contre
Nicholas Scott, haute-contre (solo)
Marcio Soares Holanda, haute-contre
Benjamin Alunni, taille (solo)
Thibault Lenaerts, taille
Nicolas Maire, taille
Jean-Yves Ravoux, taille
Justin Bonnet, basse-taille
Christophe Gautier, basse-taille
Marduk Serrano Lopez, basse-taille
Geoffroy Buffière, basse (solo)
Laurent Collobert, basse
Yannis François, basse
Julien Neyer, basse
Myriam Rignol, viole de gambe
Florian Carré, orgue

Après-concert

♫ Jean Baptiste Krumpholtz
Concerto en Si bémol Maj n°5 op 7 pour Harpe
Allegro moderato

Xavier de Maistre, harpe
Les Arts Florissants
William Christie, direction
Harmonia Mundi

♫ Michel Lambert
Il faut mourir plutôt que de changer
Cd "Bien que l'amour"
Les Arts Florissants
William Christie, direction
Label Arts Florissants

♫ Marc-Antoine Charpentier
Ayant bu du vin clairet H 447
Cd "Bien que l'amour"
Les Arts Florissants
William Christie, direction
Label Arts Florissants

L'équipe de l'émission :