Le concert du soir
Concerts
Jeudi 21 décembre 2017
1h 58mn

Jean-Yves Thibaudet dans le 2e Concerto pour piano de Liszt avec l'ONF & Emmanuel Krivine

Un de nos plus fabuleux pianistes français dans le 2ème concerto de Liszt, dialoguant avec l'Orchestre National de France et Emmanuel Krivine : voilà qui augure d'une soirée exceptionnelle sur France Musique. Egalement, en deuxième partie, le "Ainsi parlait Zarathoustra" de Strauss.

Jean-Yves Thibaudet dans le 2e Concerto pour piano de Liszt avec l'ONF & Emmanuel Krivine
Jean-Yves Thibaudet avec le Czech Philharmonic au Carnegie Hall le 16 novembre 2014, © Getty / Hiroyuki Ito

Benjamin François a rencontré Jean-Yves Thibaudet à l'issue de la répétition générale de l'ONF et en a profité pour lui poser quelques questions.

Benjamin François : Quel est votre rapport à ce concerto n°2 pour piano de Liszt ?

Jean-Yves Thibaudet : J’adore ce concerto ! Je jouais autrefois beaucoup le 1er concerto de Liszt. Je ne connaissais d’ailleurs pas le 2ème, puis quand je les ai tous enregistrés, j’ai appris le 2ème, et maintenant je joue beaucoup plus le 2ème que le 1er, avec énormément de plaisir. C’est un morceau très moderne pour son époque, déjà dans sa conception car il n’y a pas vraiment de mouvement. Il y a un grand mouvement avec un thème qui unifie tous ces mouvements avec des atmosphères complètement différentes. C’est aussi un dialogue entre le piano et l’orchestre. C’est beaucoup plus une musique de chambre que certains concertos. Et quel magnifique solo avec le violoncelle solo !

Ce concerto Lisztien qui n’est pas du tout Schumannien commence dans la douceur. Vous vous sentez aussi bien dans ce type de musique, plus « musique de chambre » que le grand concerto démonstratif que l’on attend ?

Oui c’est intéressant, c’est vraiment un concerto qu’il faut jouer avec un chef avec qui on s’entend bien, qui accompagne bien, qui écoute le soliste et surtout avec un orchestre avec qui on a plaisir à jouer. Il y a des solos pour tout le monde. C’est un concerto pour tout le monde ! Ce n’est pas un concerto que l’on peut répéter 3 minutes avant le concert. Pour celui-là on a passé beaucoup de temps. On a fait une longue répétition, où nous nous sommes vraiment écoutés. C’est très agréable.

Je vous ai vu avant de jouer, régler exactement la hauteur de votre tabouret et je crois qu’Aldo Ciccolini, vous a joué un petit tour à propos de ce tabouret…

Quand j’ai rencontré Aldo Ciccolini, lorsque j’avais 16 ou 17 ans, je jouais très haut comme beaucoup de gens. Aldo ne m’a rien dit sur le moment mais un jour il m'a dit : « est-ce que tu te rends compte que tu joues beaucoup plus bas maintenant ? », sans que je ne remarque quoi que ce soit. Il rajoute : « cette dernière année, chaque semaine avant que tu arrives, j’avais baissé juste un tout petit peu le tabouret et à force avec le temps tu joues plus bas ». Il avait complétement raison. J’enseigne régulièrement et je le dis maintenant aux élèves. Si nous sommes trop haut le son est court, on a besoin d’avoir tout le corps qui donne ce son. Il faut être assis à hauteur de 45 degrés avec le clavier.

Est-ce qu’à vos élèves, vous leur dites comme Aldo Ciccolini le disait : « Je ne vais pas t’apprendre à devenir pianiste mais à être un musicien » ?

C’était une grande leçon de vie avec lui. Il disait toujours que nous ne sommes pas là pour demander aux élèves qu’ils vous imitent car ça c’est facile. On est là pour les aider à se découvrir, à travers leurs identités et leurs personnalités puis la développer avec eux. Les aider à se trouver !

Le concert, 1ère partie

Franz Liszt / Heinz Holliger
Nuages gris - Unstern, transcriptions pour orchestre
Jean-Yves Thibaudet, piano
Orchestre national de France
Emmanuel Krivine, direction

Franz Liszt
Concerto pour piano et orchestre n°2
Jean-Yves Thibaudet, piano
Orchestre national de France
Emmanuel Krivine, direction

-
-, © Radio France

Avec Jean-Yves Thibaudet

Franz Liszt : Wilde Jagd (1978), Etudes d'exécution transcendante, "Valses brillantes", Jean-Yves Thibaudet / 1982 Denon.

Franz Liszt : Polonaise d'Eugène Onéguine de Tchaïkovski, Jean-Yves Thibaudet (piano) / DECCA 1993.

Eric Satie : Gymnopédie n°1, Jean-Yves Thibaudet (piano) / DECCA 2016.

Claude Debussy : Prélude, Suite bergamasque L.75, Jean-Yves Thibaudet / DECCA 2012.

Duke Ellington : Jubilee stomp, Jean-Yves Thibaudet (piano) / DECCA 1999 "Reflections on Duke".

Le concert, 2ème partie

Richard Strauss
Ainsi parlait Zarathoustra
Orchestre national de France
Emmanuel Krivine, direction

L'après concert

Claude Debussy : Pour le piano (prélude, sarabande, toccata), par Jean-Yves Thibaudet (piano) / Decca 2012

Pour aller plus loin

Prochain concert de l'Orchestre National de France :

Concert du Nouvel an avec l'ONF dirigé par Emmanuel Krivine le mercredi 10 et le jeudi 11 janvier 2018 à 20h à l'Auditorium de Radio France.

Au programme :

  • Johann Strauss II : La Chauve-Souris (ouverture); Sous le tonnerre et les éclairs
  • Johannes Brahms : Danses hongroises
  • Johann Strauss II : Légendes de la forêt viennoise
  • Jacques Offenbach : Les Contes d’Hoffmann (barcarolle)
  • Josef Strauss : Jockey Polka
  • Carl Maria von Weber / Hector Berlioz : L’Invitation à la valse
  • Josef Strauss : Sphärenklänge
  • Antonin Dvořák : Danses slaves op. 46 n°1 et op. 72 n°2
  • Piotr Ilyitch Tchaïkovski : Valse des Fleurs (Casse-Noisette)
  • Johann Strauss II : Eljen a Magyar, polka rapide

Ce concert sera diffusé en direct sur France Musique le jeudi 11 janvier, présenté par Benjamin François.

Les invités :
L'équipe de l'émission :