Le concert du soir
Concerts
Mercredi 11 avril 2018
1h 58mn

Hosokawa et Takemitsu par l'Ensemble Intercontemporain dirigé par Matthias Pintscher

L’EIC nous emmène en voyage au pays du soleil levant, avec deux de ses plus emblématiques représentants : Toru Takemitsu et Toshio Hosokawa. Ces deux compositeurs sont parvenus à un équilibre idéal entre leurs racines japonaises et le formalisme occidental.

Hosokawa et Takemitsu par l'Ensemble Intercontemporain dirigé par Matthias Pintscher
Toshio Hosokawa, © Getty / Brill/ullstein bild via Get

Concert donné le 1er décembre 2017 à la Salle des  concerts de la Philharmonie à Paris.

Programme du concert

Toshio Hosokawa (né en 1955 )
Atem-Lied, pour flûte basse
Emmanuelle Ophèle, flûte basse

Toru Takemitsu (1930-1996 )
Archipelago S., pour ensemble
Ensemble Intercontemporain
Matthias Pintscher, direction

And then I knew ‘twas Wind, pour flûte, alto et harpe
Ensemble Intercontemporain
Sophie Cherrier, flûte
John Stulz, alto
Frédérique Cambreling, harpe

Toshio Hosokawa (Musique et livret)
Oriza Hirata (né en 1962 )Texte original et mise en espace
Futari Shizuka, The Maiden from the Sea pour soprano, actrice nô et ensemble Création – commande de l’Ensemble intercontemporain
Kerstin Avemo, soprano

Ryoko Aoki, actrice nô
Ensemble Intercontemporain
Matthias Pintscher, direction

Ensemble Intercontemporain
Kerstin Avemo, soprano
Ryoko Aoki, actrice nô
Emmanuelle Ophèle, Sophie Cherrier, flûte
Frédérique Cambreling, harpe
John Stulz, alto
Matthias Pintscher, direction

►Ensemble intercontemporain Résident à la Cité de la musique – Philharmonie de Paris Créé par Pierre Boulez en 1976 avec l’appui de Michel Guy (alors secrétaire d’état à la Culture) et la collaboration de Nicholas Snowman, l’Ensemble intercontemporain se consacre à la musique du XXe siècle à aujourd’hui. Les 31 musiciens

►La technique vocale du nô est opposée à celle qu’a développée l’opéra occidental. Les chanteurs d’opéra ont surtout cherché à obtenir une puissance égale à celle de l’orchestre, beaucoup plus important que celui du nô, en faisant résonner tous les sinus (frontal, ethmoïdal). Fondant plutôt son esthétique sur les voix féminines, l’opéra a valorisé les timbres clairs et légers, et l’antériorisation des voyelles. À l’inverse, le nô a prôné une esthétique masculine, aux timbres sombres avec postériorisation des voyelles, esthétique qui ne s’est jamais complètement détachée d’une recherche spirituelle. Aussi s’est-il développé en étroite liaison avec le bouddhisme zen de la classe militaire dirigeante de l’époque. […] Akira Tamba  Cahiers d’ethnomusicologie*-+

Après-concert

Toru Takemitsu (1930-1996)

Paths

Clément Saunier, trompette
Klarthe KLA 058

Philippe Hersant (né en 1948)

Songlines

Ensemble Zellig
Megadisc Classics 0634065852320

Gérard Pesson (né en 1958)

Ne pas oublier coq rouge dans jour craquelé (moments Proust)

Ensemble Cairn
Caroline Cren, piano
Alexandra Greffin-Klein, violon
Frédéric Baldassare, violoncelle
Aeon AECD 1649

François Cotinaud / Benjamin de la Fuente 

Cités abacules 

Ensemble Multilatérale
François Cotinaud, soundpainting
Musivi MJB 022 CD

L'équipe de l'émission :