Jeudi 24 octobre 2013
1h 58mn

Récital du baryton Christian Gerhaher autour d'oeuvres de Robert Schumann

Le 8 août 2013, le baryton Christian Gerharer et le pianiste Gerold Huber interprètent des oeuvres de Robert Schumann. Concert donné au Mozarteum de Salzbourg.

Récital du baryton Christian Gerhaher autour d'oeuvres de Robert Schumann
Christian Gerharer, Baryton

Robert Schumann & Titus Ullrich, Auteur
Sechs Gesänge Op.107 (1851)
♦ Herzeleid -Coeur brisé
les saules las laissent pendre leurs branches,
Et les eaux coulent tristement :
Elle regardait fixement, les joues pâles,
Malheureuse rêveuse.
♦ Die Fensterscheibe - Le carreau de la fenêtre
Je lavais les fenêtres pour la fête, pour qu'ils puissent refléter le soleil,
je lavais et je pensais à plein de choses, quand il passa devant fièrement

Robert Schumann & Eduard Mörike, Auteur
Sechs Gesänge Op.107 (1851)

♦ Der Gärtner- Le jardinier
Sur sa petite monture, blanche comme neige,
La plus jolie des princesses chevauche dans l'allée

Robert Schumann & Paul Heyse, Auteur
Sechs Gesänge Op.107 (1851)
♦ Die Spinnerin - La fileuse
Dans le village, dans la pièce où on file,
Les filles sont joyeuses. Chacune a son ami de cœur
Comme le rouet tourne vite !

Robert Schumann & Wolfgang Müller, Auteur
Sechs Gesänge Op.107 (1851)
♦ Im Wald- Dans le bois
Toute seule je me promène dans le bois.
Oh, regardez, deux papillons qui volent ! Ils flottent dans l'air,
Et quand ils se reposent ils sont bercés
Dans le parfum des fleurs,
Et je suis si seule, si pleine de douleur!

Robert Schumann & Gottfried Kinkel, Auteur
Sechs Gesänge Op.107 (1851)
♦ Abendlied- Chant du soir
Tout est si calme, la brise du soir s'est tue,
Maintenant on entend partout les pas des anges

Robert Schumann & Heinrich Heine, Auteur
Dichterliebe, Les amours du poète Op. 48 (1840)
♦ Im wunderschönen Monat Mai
Au merveilleux mois de mai,
Quand tous les bourgeons s'ouvrent,
C'est là que dans mon cœur,
jaillit l'amour
♦ Aus meinen Tränen sprießen
De mes larmes jaillissent
Mille fleurs écarlates,
Et mes soupirs se font un chœur de rossignols.
♦ Die Rose, die Lilie, die Taube, die Sonne
La rose, le lis, la colombe, le soleil, je les ai tous aimés d'un amour sans pareil.
Je ne les aime plus, je n'aime plus qu'elle, délicate, jolie, pure, unique…
♦ Wenn ich in dein Augen seh'
Lorsque je regarde dans tes yeux,
Toutes mes souffrances et mes chagrins se dissipent,
Mais lorsque je baise tes lèvres,
Je suis entièrement guéri
♦ Ich will meine Seele tauchen
Je veux plonger mon âme
Dans le calice du lys
Et alors le lys exhalera en doux accents
Un chant de la bien-aimée
♦ Im Rhein, im heiligen Strome
Dans les ondes du Rhin
Du fleuve sacré, se reflète
Avec sa grande cathédrale,
La grande, la Sainte Cologne
♦ Ich grolle nicht
Je ne t'en veux pas, mon voeur se birserait-il,
Amours à jamais perdu ! Je ne t'en veux pas !
♦ Und wüßten's die Blumen
Et si les fleurs, les petites fleurs savaient
Combien est profonde la blessure de mon coeur,
Elles pleureraient avec moi
Pour guérir ma douleur.
♦ Das ist ein Flöten und Geigen
Aux accents des flûtes et des violons
Auxquels se mêlent les trompettes éclatantes,
Mon adorée danse
La ronde nuptiale.
♦ Hör' ich das Liedchen klingen
Quand j'entends la chanson
Que chantait jadis ma bien-aimée,
Ma poitrine est sur le point d'éclater,
Transpercée d'une violente douleur.
♦ Ein Jüngling liebt ein Mädchen
Un jeune homme aime une jeune fille
Qui en a choisi un autre ;
Cet autre en aime une autre
Et s'est marié avec elle.
♦ Am leuchtenden Sommermorgen
Par un radieux matin d'été
Je fais le tour du jardin.
Les fleurs chuchotent et parlent
Mais moi, je marche en silence.
♦ Ich hab' im Traum geweinet
J'ai pleuré en rêve,
Je rêvais que tu gisais au tombeau
Je me réveillai, et les larmes
Coulaient encore le long de mes joues.
♦ Allnächtlich im Träume
Toutes les nuits je te vois en rêve,
Je te vois me saluer amicalement,
Et, éclatant en sanglots, je me jette
A tes pieds adorés.
♦ Aus alten märchen winkt es
De vieux contes de fées
S'élève une main blanche, qui me fait signe.
Des chants, des musiques me disent
Que c'est là un pays enchanté
♦ Die alten bösen Lieder
Les vieilles chansons méchantes,
Les rêves maléfiques et cruels
Enterrons-les à présent,
Allez me chercher un grand cercueil…

Robert Schumann & Johann- Wolfgang von Goethe, Auteur
Poèmes extraits du Wilhelm Meisters Op. 98a (1849)
♦ N°2 Ballade des Harfners Ballade du harpiste
Qu'entends-je dehors, devant la grande porte?
Qu'est-ce donc qui résonne sur le pont?
Qu'à nos oreilles, cette chanson
Dans la grand salle retentisse!"
♦ N° 4 Wer nie sein Brot mit Tränen ass
Qui n'a jamais mangé son pain dans les larmes,
Qui n'a jamais passé des nuits d'inquiétude
A pleurer, assis sur son lit,
Ne vous connaît pas, puissances célestes!
♦ N° 6 Wer sich der Einsamkeit ergibt
Qui s'adonne à la solitude Hélàs, se retrouve bien vite seul;
Chacun vit sa vie, chacun aime,
Et chacun l'abandonne à sa peine.
Oui ! Laissez-moi à mon troument !
♦ N° 8 An die Türen will ich schleichen
Furtif, j'irai de porte en porte,
Je me riendrai tranquille et humble; une main charitable me donnera à manger,
Et je poursuivrai mon chemin

Robert Schumann & Emanuel Geibel, Traducteur
Melancolie N°6, Ext. des Spanisches Liederspiel Op.74 (1849)
Quand, quand est-ce que le matin viendra,
Quand, quand, ma vie se libèrera
De ces liens !

Robert Schumann & Heinrich Heine, Auteur
Der arme Peter (Le pauvre Pierre) Op. 53 N°3 (1840)
♦ Der Hans und die Grete, die tanzen herum
Jean et margot dansent en rond,
Et lancent des cirs de joie.
Pierre reste tout immobile, tout muet,
Et il est pâle comme de la craie.
♦ In meiner Brust, da sitzt ein Weh'
Dans ma poitrine, il y a un mal
Qui veut me faire édlater la poitrine;
Et où que je sois et où que j'aille,
Il veut me faire quitter la place
♦ Der arme Peter wankt vorbei
Le pauvre Pierre va titubant,
Très lentement, pâle comme un cadavre, et craintif.
Les gens en le voyant,
S'arrêtent presque dans les rues.

Robert Schumann & Emanuel Geibel, Auteur
Tief im Herzen trag'ich Pein, La souffrance est au fond de mon coeur N°2, Ext. des Spanisches Liebeslieder Op.138 (1849)
La soufrrance est au fond de mon cœur.
Au dehors il faut parîatre serein.
Cette chère souffrance, je l'enfouis,
Je la cache au regard du monde.

Robert Schumann & Heinrich Heine, Auteur
Tragödie (Tragédie) Op. 64 N°3 (1841)
♦ Entflieh mit mir und sei mein Weib (Fuis avec moi et sois ma femme, Et respose-toi sur mon coeur)
♦ Es fiel ein Reif in der Frühlingsnacht (Il est tombé du givre dans la nuit de printemps, Il est tombé sur les tenders petites dleurs bleues : Elles sont fanées et desséchées. )
♦ Auf ihrem Grab, da steht eine Linde (Sur leur tombe s'élève un tilleul, Dedans sifflent les oiseaux et les vents du soir, Et dessous vient s'asseoir, là où l'herbe est bien verte, Le garçon meunier avec sa chère et tendre. (…) Ils pleurent sans savoir pourquoi…

Robert Schumann & Joseph von Eichendorff, Auteur
Der Einsiedler (Le solitaire) Op. 83 N°3 (1850)
Viens, consolation du monde, toi silencieuse nuit !
Alors que tu montes doucement des montagnes,
Toutes les brises sont endormies,
Seul encore un marin, fatigué du voyage,
Lance au dessus de la mer son chant vespéral
A la louange de dieu, depuis le port.

Les années passent comme les nuages
Et me laissent ici solitaire,
Le monde m'a oublié,
C'est alors que, merveilleuse tu vins vers moi
Quand j'étais ici, dans le murmure de la forêt,
Assis et perdu dans mes pensées.

Ô consolation du monde, toi silencieuse nuit !
Le jour m'a tant fatigué,
La mer immense déjà s'assombrit,
Laisse moi me reposer du plaisir et de la misère
Jusqu'à ce que l'aube éternelle
Embrase la forêt silencieuse.

Bis 1 ♫ Robert Schumann & Justinus Kerner, Auteur
Stille Liebe (Amour silencieux) Op. 35 N°8 (1840)

Bis 2 ♫ Robert Schumann & Justinus Kerner, Auteur
Stille Tränen (Larmes silencieuses) Op. 35 N°10 (1840)

Christian Gerhaher,Baryton
Gerold Huber, Piano

Concert donné dans les cadre des échanges internationaux de l'Union Européenne de Radio-Télévision (UER).

Tous les concerts diffusés sur France Musique sont disponibles à la réécoute durant 30 jours. Retrouvez-les dans l’onglet Concerts , ou sur les pages des émissions correspondantes, Le concert de l’après-midi (à 14h du lundi au vendredi), Le concert du soir (à 20h du mardi au vendredi), Le concert contemporain (à 20h le lundi), et Soirée lyrique (à 19h le samedi).

Après-concert

15h32
Robert Schumann
Andante et Variations op 46 pour 2 pianos, 2 violoncelles et cor
Martha Argterich et Alexandre Rabinovich, pianos, Natalia Gutman et Mischa Maisky, violoncelles, Marie-Luise Neunecker, cor
EMI 5 57308 2

15h50
Robert Schumann
3 Lieder de l'opus 39 : In der Fremde (à l'étranger), Waldsgespräch (conversation dans les bois) , Mondnacht (Nuit de lune )
Eric Speller, hautbois, Olivier Peyrebrune, piano
Ambroisie AMB 9903

Ailleurs sur le web

Les invités :
L'équipe de l'émission :