Vendredi 9 mai 2014
1h 58mn

Leyla et Majnûn ou l'amour mystique, d'Armand Amar

Oratorio Mundi interpété par le Shanghai Percussion Ensemble et de nombreux solistes sous la direction de Didier Benetti

Concert donné le 27 avril 2014 à la Salle Pleyel (Paris).

Rejoignez Le Concert de l'après-midi sur Facebook, abonnez-vous pour plus d'infos et de vidéos

Dernière nouvelle (10/5) : Leyla et Majnun va faire l'objet d'un CD sur le label Long Distance. En principe avant l'été. Il sera annoncé sur le site www.armandamar.com

LA LÉGENDE

L'histoire de Majnûn et Leylâ est celle d'un amour fou, absolu, entre un homme et une femme, un poète et une beauté légendaire. C'est aussi une histoire d'amour qui dépasse l'amour charnel pour célébrer l'amour mystique. Ici, Leylâ devient le symbole de la théophanie, la manifestation de la beauté de Dieu dans le monde et Majnûn, l'âme humaine, éprise de l'Aimée jusqu'à la folie, jusqu'à l'errance dans le désert en quête d'un signe d'elle. C'est le récit d'une quête infinie de la beauté, de soi-même et de Dieu. Chanté dans tout l'Orient musulman, l'amour de Majnûn exalte l'éternel féminin comme lieu de manifestation du Divin.
L'histoire de Majnûn et Leylâ est, parmi les histoires d'amour qui ont cheminé dans la culture islamique, l'une des plus célèbres et les plus célébrées. De l'ensemble des récits épars qui ont fini par constituer la légende de Majnûn, il ressort qu'un homme dénommé Qeys (il ne reçoit que plus tard le sobriquet de " Majnûn " qui signifie le fou et dont il fait son nom) aima une femme, Leylâ, à la folie. Mais submergé par la beauté de Leylâ et son amour, il chanta cet amour à la face du monde, se rendant coupable de tashbîb, et se condamnant à jamais à l'éloignement. En effet, si l'histoire représente Majnûn et Leylâ libres, en ce premier siècle de l'islam, de se fréquenter, de se voir, de se parler, y compris dans la nuit et seul à seul, il n'en reste pas moins que la célébration de la beauté de l'aimée en poèmes livrés au public est vécu par le père de Leylâ comme un crime impardonnable, un déshonneur qui ferme définitivement la porte à toute négociation de mariage entre les deux familles.
Pourtant, Majnûn a tout pour lui : la beauté, l'intelligence, le rang social, la richesse et le don de la parole poétique qui est le creuset même de l'amour. L'éloignement forcé et l'interdiction de voir et de parler à Leylâ feront sombrer Majnûn dans la folie : en rupture avec tout ce qui constitue la vie sociale, il fera cap sur le désert, refusant de se vêtir et de se nourrir, vivant en symbiose avec les bêtes et en particulier les gazelles qui lui rappellent la bien-aimée, errant sans fin dans le vide absolu qui figure l'absence de l'aimée et peuplant sa solitude des seuls mots de la poésie. Ces poèmes constituent le recueil lyrique de Majnûn, le fou de Leylâ, œuvre où l'incandescence de l'amour brise sans cesse les normes de la raison, où la puissance de la métaphore tente à l'infini de rendre présente Leylâ, l'aimée absente, perdue, rêvée. Plus tard, les auteurs persans ou turcs feront des romans en vers pour raconter, chacun à sa façon et selon son imagination, la légende de Majnûn. Armand Amar & Leili Anvar, Librettiste
Leylâ et Majnün ou L'Amour mystique

Nacer Khemir, Conteur
Gombodorj Byambajargal, Chant
Enkhajargal Dandarvaanchig "Epi ", Chant
Salar Aghili, Chant
Ariana Vafadari, Chant
Raza Hussain Khan, Chant
Marianne Svasek,Chant
Naziha Meftah, Chant
Annas Habib, Chant
Bruno Le Levreur, Chant
Levon Minassian, Doudouk
Henri Tournier, Flûtes
Haroun Teboul, Ney
Driss El Maloumi, Oud
Jasser Haj Youssef, Viole d'amour
Jean Bollinger, Trompette
Laurent Clouet, Clarinette
John Boswell, Percussion
Joël Grare, Percussion
Maël Guezel, Percussion
Nicolas Lamothe, Percussion
Shanghai Percussion Ensemble
Julien Carton, Piano
Alban Sautour, Piano
Sarah Nemtanu, Violon
Marie-Anne Le Bars Pichard, Violon
Young-Eun Koo, Violon
Samuel Nemtanu, Violon
Jacques Gandard, Violon
Guillaume Barli, Violon
Agnès Domergue, Alto
Julien Gaben, Alto
David Vainsot, Alto
Gregoire Korniluk,Violoncelle
Jérôme Lefranc, Violoncelle
Philippe Noharet,Contrebasse
Anne Sophie Versnaeyen, Orchestration
Didier Benetti, Direction

Après-Concert

Claudio Monteverdi / Francesco Petrarca
Hor ch'el ciel e la terra (8ème livre de madrigaux)
Concerto vocale, direction René Jacobs
Harmonia Mundi 36.37

Franz Liszt
Sonetto del Petrarca n°104
Dinu Lipatti, piano
EMI CDH 7 63038 2

Claudio Monteverdi
Rosa del Ciel (Orfeo, acte 1)
Victor Torres, Orfeo, Ensemble Elyma, direction Gabriel Garrido
K617066

Eric Clapton
Layla
Eric Clapton, chant et guitare
Reprise Records 9362-45024-2

Franz Liszt
Mesto Magnificat (Symphonie d'après la Divine Comédie de Dante)
Les Siècles, direction François-Xavier Roth
Actes Sud ASM 07

L'équipe de l'émission :