Le concert de 20h
Concerts
Mardi 2 juin 2020
2h 28mn

Thomas Dunford, Friends & Family à la Salle Cortot

Un concert famille et amis, initié par Thomas Dunford avec Léa Desandre, Théotime Langlois de Swarte, Sylvia Abramowicz et Jonathan Dunford. Marin Marais et Monterverdi au programme bien sûr, mais aussi des pièces plus originales et improvisées, avec Jean Rondeau et Keyvan Chemirani aux percussions.

Thomas Dunford, Friends & Family à la Salle Cortot
Thomas Dunford, © Julien Benhamou

Ce concert rassemble la fine fleur de la jeunesse baroque d’aujourd’hui, réunie autour de Thomas Dunford, avec l’un des meilleurs luthistes et continuiste actuel. 

ATTENTION : surtout n’allez pas tout de suite regarder le programme qui suit sur notre page, car Thomas Dunford avait choisi de ne rien dévoiler au public à l’avance, pour lui laisser découvrir, au fur et à mesure, la superbe composition florale bariolée qu’il avait concoctée avec une liberté extraordinaire.

En effet, la plupart des pièces interprétées le sont avec une grande part d’improvisation et d’arrangements en tous genres. Thomas avait aussi demandé pour l’occasion à ses 2 parents d’être avec lui sur scène : c’est-à-dire les gambistes Jonathan Dunford et Sylvia Abramowicz. Et pour donner au baroque un léger parfum oriental, il avait aussi invité son ami percussionniste, joueur de zarb, Keyvan Chemirani, de se joindre à tout ce beau monde.

Concert donné le 3 avril 2019 à 20h30 Salle Cortot à Paris et déjà diffusé sur notre antenne le 21/05/2019.

Marin Marais (1656 - 1728)
1  Pièces de viole Livre II : Les voix humaines - pour théorbe (1701)
2  Pièces de viole Livre IV : Suite d'un goût étranger - pour basse de viole et basse continue (1717) :
- La rêveuse en fa mineur
- Le badinage
- L'arabesque

Michel Lambert (1610 - 1696)
* Ma bergère est tendre et fidèle - pour voix et basse continue (1689)
* Ombre de mon amant - pour voix et basse continue (1689)
* Vos mépris chaque jour - Chaconne pour voix et basse continue (1689)

Marc-Antoine Charpentier (1643 - 1704) : Sans frayeur dans ce bois H 467 - Chaconne pour voix et basse continue (1680)

Jean-Henri D'Anglebert (1628 - 1691) : Prélude - pour clavecin

Robert de Visée (1650 - 1725) : Chaconne - pour théorbe et clavecin

François Couperin (1668 - 1733)
Pièces de clavecin : Livre II :
* 6e ordre en Si bémol Majeur
* 5. Les baricades mistérieuses (Les barricades mystérieuses) version pour clavecin et théorbe

Antoine Forqueray : Suite n°5 en ut mineur - pour théorbe et clavecin (1747) :
* 6. La Silva
* 7. Jupiter 

Jean-Philippe Rameau (1683 - 1764) : Suite en Sol Majeur (extrait) : Les Sauvages - pour ensemble instrumental - Nouvelles suites de pièces de clavecin (Paris 1728)

John Dowland (1563 - 1626) :
* First Booke of Songes or Ayres (extrait) : 17. Come again, sweet love doth now invite  - pour voix et ensemble instrumental (1597)
* Lachrimae antiquae - pour théorbe - Lachrimae, ou 7 larmes en autant de pavanes passionnées, avec diverses autres pavanes, gaillardes et allemandes, qui conviennent au luth, aux violes et aux violons, à 5 parties (1604)
* Sorrow stay lend true repentant tears - pour voix et théorbe - The second booke of songs or ayres of 2 4 and 5 parts (Londres 1600)
* The King of Denmark's galliard - pour ensemble de luth - Lachrimae or Seaven teares (Londres 1604)
* First Booke of Songes or Ayres (extrait) : 5. Can she excuse my wrongs with Virtue's cloak ? - pour soprano et ensemble instrumental (1597)

Jean Sébastien Bach (1685 - 1750) : Suite pour violoncelle n°1 en Sol Majeur BWV 1007 (extrait) : 1. Prélude - version pour théorbe

Keyvan Chemirani (né en 1968), Thomas Dunford (né en 1988), Jean Rondeau (né en 1991) : To bandegui - musique improvisée sur des compositions de Keyvan Chemirani et Jean Rondeau

Giovanni Girolamo Kapsberger (? - 1651) : Toccata n°6 - pour clavecin

Keyvan Chemirani, Thomas Dunford et Jean Rondeau :  Soudha, musique improvisée sur des compositions de Keyvan Chemirani et Jean Rondeau

Jean Ambrosio Dalza : Calata - pour théorbe

Keyvan Chemirani, Thomas Dunford et Jean Rondeau : Dawâr, musique improvisée sur des compositions de Keyvan Chemirani et Jean Rondeau

Claudio Monteverdi (1567 - 1643) :
* Sì dolce è'l tormento SV 332 - pour voix et basse continue - Quarto scherzo delle ariose vaghezze (Venise 1624)
* Quel sguardo sdegnosetto SV 247 - pour voix et passe continue - Scherzi musicali (Venise 1632)

Douglas Balliett , Thomas Dunford : We are the ocean, each one a drop

Jean-Philippe Rameau (1683 - 1764) : Les Indes galantes : 4ème entrée "Les Sauvages" : Scène finale - extraite de la Suite en sol des Nouvelles suites de pièces de clavecin (1728)

Léa Desandre, mezzo-soprano
 Thomas Dunford, théorbe
Théotime Langlois de Swarte, violon
Sylvia Abramowicz, et Jonathan Dunford, viole de gambe
Jean Rondeau, clavecin
Keyvan Chemirani, percussions

A propos du programme du concert

Voici maintenant des pièces mêlant clavecin et théorbe. On commence avec un Prélude de Jean-Henri d’Anglebert, excellent claveciniste qui avait réussi à s’élever au poste d’Ordinaire de la Musique de la Chambre du Roy pour le clavecin, puis on entendra une chaconne de Robert de Visée, immense luthiste qui était aussi le professeur de Louis 14. Ensuite, un arrangement des Baricades mystérieuses de François Couperin et 2 extraits de la 5e suite en Ut mineur d’Antoine Forqueray, grand maitre de la viole au 17e siècle : la Silva et… la Jupiter

on traverse la manche, direction l’Angleterre baroque de John Dowland et sa suave mélancolie. Notre soirée baroque continue sur France Muisque, avec tout de suite 5 pièces de Dowland : Come again, Lachrimae antiquae, Sorrow stay, King of Denmark’s Galliard, Can she excuse…

Je vous avais dit que l’une des caractéristiques de ce concert étaient la liberté absolue, celle que Thomas Dunford prend avec les partitions, quand il y en a, puisque avec ce qui va suivre, il n’y en a pas, sauf pour la première : Prélude de la suite pour violoncelle en sol majeur BWV 1007 de Bach, transcrit au théorbe par Thomas Dunford. Et puis après, c’est de l’improvisation pure, à partir de pièces composées par le percussionniste Keyvan Chemirani. Ça s’appelle « Jasmin Toccata ». Keyvan joue du Santur, instrument de la famille des cithares typiquement iranien, qui ressemble à une table en forme de trapèze avec des cordes tendues qui se jouent avec de petits marteaux en coton. 3 mvts brefs : To bandegui, Soudha et Dawar. Et en impro avec lui, Jean Rondeau au clavecin et Thomas Duford au théorbe. Des pièces qui nous rappellent que la musique baroque occidentale n’est pas si éloignée des musiques orientales au moins dans sa pratique, puisque luthistes et clavecinistes sont habitués eux aussi à improviser dans un cadre harmonique… Et pour s’en convaincre, entre ces 3 mouvements de la toccata de Chemirani seront intercalés 2 beaux exemple de musique d’apparence très libre : une toccata de Giovanni Girolamo Kapsberger, virtuose du luth germano-italien du 17e siècle, et une « calata » (c’est-à-dire une vieille danse) de Joan Ambrosio Dalza, maitre du luth milanais du 15e siècle.

On va terminer ce voyage en Italie, aux sources du baroque, avec la musique de Monteverdi, avec d’abord le madrigal Sì dolce è'l tormento, puis Quel sguardo sdegnosetto (Quel regard dédaigneux), l’un de ses Scherzi Musicali. La mezzo-soprano Léa Desandre chante ça avec une intensité mais à faire pleurer

il y avait dans la salle 2 copains de Thomas venus écouter leurs amis : le compositeur américain Douglas Balliett et le violoniste baroque Théotime Langlois de Swarte. Il suffisait d’un petit clin d’œil pour les faire monter sur scène, et nous offrir, avec tous les autres musiciens de la soirée, la chanson de Douglas We are the ocean, each one a drop (nous sommes tous une goutte de l’océan)…

L'équipe de l'émission :