Le concert de 20h
Concerts
Dimanche 25 juillet 2021
2h 57mn

Le Vaisseau Fantôme ouvre l'édition 2021 du Festival de Bayreuth

Ce soir, avec la chef ukrainienne Oksana Lyniv au pupitre du Vaisseau Fantôme, première femme à diriger un opéra ici, un règne sans partage prend fin. Font aussi leurs débuts sur la Colline verte Asmik Grigorian et Dmitri Tcherniakov, choisis par Katharina Wagner, directrice du Festival depuis 2015.

Le Vaisseau Fantôme ouvre l'édition 2021 du Festival de Bayreuth
La chef d'orchestre ukrainienne Oksana Lyniv, © Alescha Birkenholz

Richard WagnerDer Fliegende Höllander (Le Vaisseau fantôme), Orchestre et Chœur du Festival de Bayreuth, Oksana Lyniv (direction)

Opéra en trois actes sur le livret du compositeur créé le 2 janvier 1843 au Königlich Sächsisches Hoftheater de Dresde.

Opéra offert dans le cadre des échanges avec l'Union Européenne de Radio et Télévision, enregistré ce 25 juillet 2021 et diffusé en léger différé du Festspielhaus de Bayreuth dans le cadre du Festival de Bayreuth.

Concert

Distribution

Oksana Lyniv : Direction 

Dmitri Tcherniakov : Mise en scène

  • Daland Georg Zeppenfeld
  • Senta Asmik Grigorian 
  • Erik Eric Cutler
  • Mary Marina Prudenskaya
  • Der Steuermann Attilio Glaser 
  • Der Holländer John Lundgren

Choeur : der Bayreuthe Festspielchor (direction Eberhard Friedrich)

Orchestre : das Festspielorchester

Dmitri Tcherniakov : Décors
Elena Zaytseva : Costumes
Gleb Filshtinsky : Lumières
Tatiana Werestchagina : Dramaturgie

Le Vaisseau Fantôme au Festival de Bayreuth 2021
Le Vaisseau Fantôme au Festival de Bayreuth 2021, © Enrico Nawrath

Après-concert

Entretien avec Philippe Olivier : musicologue spécialiste de l'opéra, auteur de nombreux ouvrages sur la musique, co-auteur de "Une autre Tétralogie", correspondance traduite en français de 4 femmes - Minna, Mathilde, Judith et Cosima - avec Richard Wagner entre 1842 et les décennies suivantes. Editions Samuel Tastet 2021.

Richard Wagner : 2 Wesendonck-Lieder : Der Engel, Stehe Still,
Jessye Norman mezzo-soprano, Irwin Gage piano
EMI 1987

Entretien avec Rainer Fineske : Président de l'Union mondiale des cercles Richard Wagner, Président du Richard Wagner-Verband- Berlin-Brandenburg

Richard Wagner : 2 Wesendonck-Lieder : Im Treibhaus, SchmerzenJessye Norman mezzo-soprano, Irwin Gage piano
EMI 1987

Argument 

Par Alain Duault

Tumulte, tempête, obscurité déchirée, apaisement, sursaut, reprise : l'Ouverture dessine le paysage.

Acte I. Un bateau marchand norvégien, contraint par l'ouragan de se réfugier à la côté, jette l'ancre à 7 milles de son port, près d'un rivage rocheux et sombre. Les marins carguent les voiles. Daland, le capitaine, saute à terre ; il reconnait les lieux : c'est Sandwike. Mais les vents se calme. Daland envoie l'équipage épuisé se reposer et lui-même se retire, laissant au pilote le soin de veiller. Celui-ci, demeuré seul sur le pont, chante pour lutter contre le sommeil, mais la fatigue a raison de lui et il finit par s'assoupir.

La tempête se lève alors à nouveau et soudain, sortant de l'ombre, apparaît un haut vaisseau aux mâts noirs auxquels pendent des voiles rouges : c'est le Vaisseau fantôme. Il vient se ranger contre le navire norvégien, et son capitaine, le Hollandais, en descend, comme exténué par la plus extrême détresse. Dans un long monologue dramatique, il ressasse la malédiction qui l'écrase : privé de tombe, privé du repos de la mort, il est condamné à errer éternellement sur l'Océan, jusqu'à ce qu'une femme l'aime assez pour lui être fidèle jusqu'à la mort. Une fois tous les sept ans, il peut venir à terre chercher celle qui demeure sa seule espérance : c'est aujourd'hui le terme.

Sorti sur le pont, Daland aperçoit le Vaisseau, réveille le pilote et, avisant le Hollandais sur le rivage, l'y rejoint et l'interroge sur son origine. D'abord étonné par la singularité des réponses de l'étranger, Daland est bientôt ébahi par les trésors que lui montre et lui offre le Hollandais pour le prix d'une simple hospitalité. Mais il est plus encore subjugué et flatté quand le riche capitaine lui demande en mariage sa fille Senta. Daland accepte d'enthousiasme, et tandis que le Hollande retrouve l'espoir d'une délivrance, Daland rend grâces à la tempête de lui avoir offert un gendre aussi riche.

Pendant ce temps le bon vent du sud a fait place à la tempête. Daland rejoint son bateau et se fait hisser les voiles , suivi bientôt du Hollandais et de son sombre Vaisseau.

Acte II. Dans la maison de Daland, Senta rêve, les yeux fixés sur le portrait du Hollandais légendaire. Perdue dans ses pensées, elle ne semble pas même entendre le chant des jeunes filles qui filent au rouet autour d'elle, sous l'œil de Mary, la nourrice. Les fileuses taquinent Senta au sujet d'Erik, son fiancé, qui devrait bien jalouser l'image du portrait qui fascine tant sa promise. Senta s'anime alors et demande à Mary de chanter encore une fois la ballade du Hollandais volant. Mais devant son refus, c'est, Senta, qui la chante à ses compagnes. Elle raconte cette balade, les circonstances de la malédiction du Hollandais, énonce sa condamnation et la condition de sa rédemption. Mais, comme poursuivant la ballade, en transes, Senta ajoute qu'elle veut être celle qui apportera le salut au Maudit. Les jeunes filles sont effrayées.

A cet instant survient Erik qui annonce l'arrivée de Daland, puis, resté seul avec sa fiancée, il lui raconte un rêve qu'il a fait où il voyait Daland revenir avec le marin de la légende et Senta partir avec ce dernier. Au comble de l'exaltation, Senta ne l'entend même plus et Erik, épouvanté et désespéré, s'enfuit.

C'est alors que la porte s'ouvre et qu'entrent vraiment Daland et le Hollandais Senta pousse un cri de surprise, ses yeux vont et viennent du portrait à l'homme qui accompagne son père. Celui-ci lui présente l'étranger qu'il lui a, dit-il, choisi pour fiancé et, il l'espère bien, pour époux ; à l'appui de son discours il exhibe quelques bijoux qui lui a donnés le Hollandais.

Mais ni celui-ci ni la jeune fille n'écoutent : ils sont absorbés dans une mutuelle contemplation. Daland se retire alors, et , dans un dialogue passioné et extatique, ou plutôt dans un monologue halluciné, le Hollandais et Senta se vouent l'un à l'autre, la jeune fille jurant au Maudit fidélité jusque dans la mort, conjurant ainsi l'Enfer.

Acte III. C'est la nuit. Près de la maison de Daland, dans une petite crique, le bateau marchand est illuminé et résonne de chants de fête, tandis que la haute silhouette du Vaisseau fantôme semble comme ceinte de silence et d'inquiétante obscurité. Malgré les appels joyeux et répétés des matelots norvégiens et des jeunes filles, l'équipage du sombre Vaisseau ne répond pas. Mais soudain la mer se lève, le vent se met à siffler dans les cordages, et l'équipage fantôme apparaît alors, chantant un chœur sauvage et sinistre, qui épouvante les marins norvégiens. Les hurlements d'une tempête surnaturelle et la clameur démentielle du chant des Hollandais les terrifient au point de les faire fuir. Et un silence de mort retombe alors sur la mer.

A ce moment Senta sort de chez elle suivie par Erik, qui lui reproche d'avoir oublié ses promesses et son amour. Hélas le Hollandais, qui a surpris l'entretien, se précipite dans une agitation terrible. Croyant Senta infidèle, il lui adresse un rapide adieu pour lui épargner la damnation éternelle qui la menace, lui explique-t-il, en cas de trahison. Des les matelots du Vaisseau fantôme hissent les voiles frénétiquement et le Vaisseau s'éloigne rapidement...

Mais alors, Senta, parvenant à se dégager d'Erik, court jusqu'à la falaise et se précipite dans les flots, affirmant au Hollandais sa fidélité "jusque dans la mort". Le Vaisseau fantôme s'abîme instantanément dans l'océan, tandis qu'au-dessus de l'horizon apparaissent transfigurés, le Hollandais et Senta enlacés dans un amour éternel. 

Quelques idées de lecture

L’Avant-Scène Opéra n°30 (1980) : Le Vaisseau fantôme, de Wagner –  IBN 978-2-84385-271-8

Philippe Olivier et Samuel Tastet : "Une autre Tétralogie", correspondance traduite en français de 4 femmes - Minna, Mathilde, Judith et Cosima - avec Richard Wagner entre 1842 et les décennies suivantes. Editions Samuel Tastet 2021.

L'équipe de l'émission :