Le concert de 20h
Concerts
Mercredi 15 janvier 2020
2h 28mn

À la Scala de Paris, concerts du pianiste David Kadouch & du Quatuor Bela avec le pianiste Wilhem Latchoumia.

Deux concerts, enregistrés le 11 octobre dernier dans le cadre d'un week-end à la Scala de Paris intitulé « Aux armes, contemporains ! », réunissaient : David Kadouch, le Quatuor Bela et Wilhem Latchoumia.

À la Scala de Paris, concerts du pianiste David Kadouch & du Quatuor Bela avec le pianiste Wilhem Latchoumia.
David Kadouch © Gregory Favre pour Thomas Nowak Consulting | Quatuor Bela © Jean-Louis Fernandez revisité par Plonk & Replonk | Wilhem Latchoumia © Anthony Arquier

La Scala à Paris, est une nouvelle salle, inaugurée il y a un peu plus d'un an, qui se situe dans le quartier des théâtres, boulevard de Strasbourg. Elle se distingue par une belle programmation musicale, et notamment dans le domaine de la musique d’aujourd’hui, ce dont cette soirée sera l'illustration.

Premier concert

Pour le premier concert, nous plongeons dans l’univers de la danse, et plus précisément de la valse, avec le pianiste David Kadouch, qui se distingue depuis toujours par l’originalité de programmes très intelligemment composés. Ce concert est intitulé « Dansez-moi », David Kadouch précise ainsi son idée : « faire danser les créateurs, les vivants comme les morts, dans un récital de piano. Je voulais d’un pas de danse qui habiterait le concert. Pour que le public puisse entrer organiquement dans les différentes œuvres. Dans une respiration, sur un trébuchement de pied, par un rythme, ou une suggestion de mouvement, dans un geste moins intellectuel peut-être, la danse aide à comprendre l’immédiateté des émotions et des inspirations de ces œuvres commandées », fin de citation. 

L’idée de ce récital donné à la Scala par David Kadouch, est donc de mêler habilement des pièces du répertoire, de Schubert, de Chopin, de Liszt, de Debussy ou de Scriabine, notamment, avec des pièces contemporaines, écrites spécialement pour l’occasion par des compositeurs vivants. 

  • Programme

Franz Schubert (1797-1828)
Ländler D. 790 op. 171 – n° 3, 4, 5, 8, 11

Franz Schubert (1797-1828)
Moment musical n° 3 op. 94

Fabien Touchard (né en 1985)
Dancing lillies (création mondiale)

Frédéric Chopin (1810-1849)
Valse op. 64 n° 2

Tomas Bordalejo (né en 1983)
Baguala (création mondiale)

Franz Liszt (1811-1886)
Valse oubliée S. 215 n° 2

Benoît Menut (né en 1977)
Valse retrouvée (création mondiale)

Gabriel Sivak (né en 1979)
Kathakali (création mondiale)

Claude Debussy (1862-1918)
Les fées sont d’exquises danseuses (Préludes, Livre II n° 4)

Nigji Sanges
Malambo (création mondiale)
David Kadouch, piano

Alexandre Scriabine (1872-1915)
Valse en la bémol majeur op. 38

Philippe Schoeller (né en 1957)
Kaleidoskop Walz (création mondiale)

  • Bis

Frédéric Chopin (1810-1849)
Valse op. 69 n° 1 en la bémol majeur (« Valse de l’adieu »)

La prise de son était signée pour France Musique par Adrien Gazza et Hervé Dubreuil, chargé de réalisation Adrien Roch.

Second concert

Le Quatuor Béla avec le pianiste Wilhem Latchoumia, et le concours de quelques machines musicales, proposent un spectacle, très étonnant, intitulé « Barbarie », qui fait référence à l’idée de l’orgue de Barbarie, bien sûr.
Ce concert est aussi une réflexion sur la place de la machine dans l’évolution de la société, sur la notion de progrès, et par conséquent dans le domaine musical on s’interroge sur l’évolution de la lutherie, sur la synthèse de son, sur la numérisation… Sur scène, à La Scala, on voyait ainsi un piano mécanique, ou plutôt un piano pneumatique, récupéré dans une grange et magnifiquement rénové, un splendide Gramophone, trouvé dans un cirque en Angleterre, et pour d’autres concerts, le spectacle inclut aussi un Limonaire qui ne pouvait pas trouver place sur la scène de la Scala. Le concert se déroule sans interruption, sans applaudissements entre les pièces... un voyage fascinant pour un pianiste, un quatuor à cordes et des machines. 

  • Programme

Conlon Nancarrow (1912-1997)
Etude pour piano mécanique n° 3a « Boogie »

George Antheil (1900-1959)
Sonate n° 1 pour violon et piano – Adagio
Julien Dieudegard, violon
Wilhem Latchoumia, piano

Noriko Baba (née en 1972)
Nié (création Musica 2019)
Quatuor Béla

Peter Szendy (né en 1966)
Texte extrait de « Membres fantômes : des corps musiciens »
Wilhem Latchoumia, lecture

Conlon Nancarrow (1912-1997)
Toccata pour piano mécanique et violon
Frédéric Aurier, violon

György Ligeti (1923-2006)
Etudes pour piano, Livre 1 n° 5 – Arc-en-ciel
Wilhem Latchoumia, piano

Raphaël Cendo (né en 1975)
Berlin Toccata (création Musica 2019)
Wilhem Latchoumia, piano, synthétiseur
Quatuor Béla

Marco Stroppa (né en 1959)
Quintetto barbaro (création Musica 2019)
Wilhem Latchoumia, piano
Quatuor Béla

György Ligeti (1923-2006)
Quatuor à cordes n° 2 – IV. Presto furioso, brutale, tumultuoso
Quatuor Béla

Frédéric Aurier (né en 1976)
Impressions d’Afrique n° 3
Quatuor Béla

La prise de son était signée pour France Musique par Adrien Gazza et Hervé Dubreuil, chargé de réalisation Adrien Roch.

Après concert

Daniel D’Adamo (né en 1966)
Sur Vestiges, pour quintette à cordes Noémi Boutin, violoncelle
Quatuor Béla
Julien Dieudegard, violon
Frédéric Aurier, violon
Julian Boutin, alto
Luc Dedreuil, violoncelle
Enr. mars 2019 (Grenoble, MC2)
NoMad Music NMM066D

L'équipe de l'émission :