Le concert de 20h
Concerts
Jeudi 31 octobre 2019
2h 28mn

Cornelius Meister et l'Orchestre National de France dans Mendelssohn, Bruckner et Nicolai

Etes-vous des romantiques dans l'âme ? Ce concert de l'Orchestre National de France dirigé par Cornelius Meister nous invite à nous pencher sur certaines facettes de ce courant artistique, avec Otto Nicolai, Felix Mendelssohn et Anton Bruckner. En invités : Denis Kozhukhin et Cornelius Meister !

Cornelius Meister et l'Orchestre National de France dans Mendelssohn, Bruckner et Nicolai
Cornelius Meister et Denis Kozhukhin, © Marco Borggreve

Le concert #1

Etes-vous des romantiques dans l'âme ? Le programme que va nous interpréter l'Orchestre National de France sous la direction du chef allemand Cornelius Meister, nous invite à approfondir certaines facettes de ce courant artistique…

"Les Joyeuses Commères" d'Otto Nicolaï sont tirées d'une comédie de Shakespeare, sur le même bain rafraîchissant dans les eaux de la Tamise, censé remettre les idées en place et punir - dans un élan scandalisé qui annonce notre contemporain "balance ton porc" - l'indécrottable macho séducteur de Falstaff ! Et, romantisme oblige, l'action se passe - comme il se doit - dans une forêt au clair de lune !
L'Ouverture cite les ébats furtifs d'un monde féerique : toujours dans le royaume merveilleux d'Obéron et Titania, Anna et Fenton, jeune couple d'amoureux, réussit à réconcilier le couple royal dans le finale et célèbrent leurs noces. La commande faite à Nicolaï était celle d'un opéra allemand sur Falstaff, sujet déjà plus très neuf à l'époque, mais le compositeur s'empressa de réaliser une version très personnelle de la chose, à mi-chemin entre un opéra romantique allemand et unopéra bouffeitalien.

Otto Nicolai (1810-1849)
Les Joyeuses Commères de Windsor (Ouverture) (probablement 1597)   

Le ton général de la prochaine pièce - le  concerto en sol mineur - est autant habité par l'anxiété que par la joie sous des arpèges et octaves qui balaient tout le clavier. Ils évoquent ici le vent de la peur et l'inquiétude, mais aussi la frénésie et l'enthousiasme.
Le 2ème mouvement donne l'impression d'être le reflet intériorisé des pages qui le précèdent : tendre, raffiné, et délicat mais plein de gravité et un peu inquiétant.
Enfin, le 3ème mouvement se défend avec moins de force contre le reproche de facilité brillante : il est résolument optimiste avec sa cavalcade finale, d'une allégresse revigorante, mais qui régnerait comme avec une fêlure. Et quelle serait cette fêlure ? Une jeune femme bien évidemment ! Une certaine Delphine von Schauroth, pianiste et compositrice dont Mendelssohn était fou amoureux. De là à devoir réinterpréter tout ce concerto comme un dialogue secret avec sa bien-aimée, il n'y a qu'un pas. Sa fougue est trop évidente pour ne pas y déceler un arrière-plan biographique, quand bien même le compositeur aurait par la suite déclaré à Schumann (une fois que la belle en avait choisi un autre !) que "cette œuvre plaisait beaucoup au public, mais qu'elle ne lui plaisait guère lui-même"...

Denis Kozhukhin et Cornelius Meister
Denis Kozhukhin et Cornelius Meister, © Nelly Portal

Felix Mendelssohn-Bartholdy (1809-1847)
Concerto pour piano et orchestre n°1 en sol mineur opus 25 (1831)
1  Molto Allegro con fuoco
2  Andante
3  Presto - Molto Allegro e Vivace, en sol majeur 

Denis Kozhukhin piano  
Orchestre National de France
Cornelius Meister direction

Bis

Felix MendelssohnRomances sans paroles opus 30 n°6Denis Kozhukin, piano

Droits : Christophe Abramowitz
Droits : Christophe Abramowitz, © Radio France

Avec Denis Kozhukhin

Cornelius Meister
Cornelius Meister, © Nelly Portal

Premier Prix du _Concours Reine Elisabeth_en 2010, Denis Kozhukhin se produit en compagnie des meilleurs orchestres sous la direction de Daniel Barenboim, Sir Simon Rattle, Valery Gergiev, Vladimir Jurowski, Gianandrea Noseda, Paavo Järvi, Vladimir Ashkenazy, Vassily Petrenko, Kristjan Järvi, Emmanuel Krivine ou Yuri Temirkanov.
La saison dernière, il faisait ses débuts dans le cadre des BBC Proms avec le Deuxième Concerto pour piano de Chostakovitch et était artiste en résidence Festival de Verbier.
Pour son premier enregistrement discographique (chez Pentatone Classics), il interprétait le Concerto pour piano de Grieg et le Concerto pour piano n° 1 de Tchaïkovski en compagnie du l'Orchestre Symphonique de la radio de Berlin sous la direction de Vassily Sinaisky.
Son dernier album, qui comprend les concertos pour piano de Ravel et de Gershwin en compagnie de l’Orchestre de la Suisse romande, sous la direction de Kazuki Yamada, est paru en 2018.
Ses partenaires en musique de chambre sont Janine Jansen, Vadim Repin, Leonidas Kavakos, Michael Barenboim, Vilde Frang, Renaud et Gautier Capuçon, le Quatuor Jerusalem, le Quatuor Pavel Haas, Elena Bashkirova, Jörg Widmann, Emmanuel Pahud, Alisa Weilerstein, et Nicolas Alstaedt.
Né en Russie dans une famille de musiciens, Denis Kozhukhin a commencé ses études de piano dès l’âge de cinq ans avec sa mère. Il a suivi été élève à l’École de musique Balakirev, puis a fréquenté la classe de Dimitri Bashkirov au Conservatoire de Madrid. 

Johannes Brahms
Intermezzo pour piano en mi majeur opus 116 n°4
Denis Kozhukhin piano
[Pentatone  2017]

Felix Mendelssohn
6 Lieder ohne Worte (extraits)
Denis Kozhukhin, piano
[Pentatone  2019]

Le concert #2

C'est l'imposante 3ème Symphonie du compositeur autrichien Anton Bruckner qui va maintenant occuper les musiciens de l'ONF.
Ce n'est que très progressivement que les symphonies de Bruckner sont entrées au répertoire des orchestres, français de surcroît.
Et pour celles et ceux d'entre vous qui auraient quelque difficulté bien compréhensible avec ces grands blocs composites, ces grandes articulations simplement juxtaposées et séparées sans artifice par des silences généraux, songez que vous n'êtes pas les seuls. "Celi" répondait à ses étudiants qu'ils devaient développer leurs capacités de corrélation : "si au lieu d'œufs de poule, vous faites frire un œuf de dinosaure gigantesque, vous aurez du mal avec une petite poêle, il vous faudra bien un ustensile d'un beaucoup plus grand diamètre !"

Anton Bruckner (1824-1896)
Symphonie n°3 en ré mineur (Version Nowak de 1889)
1  Gemäßigt, Misterioso (modéré, mystérieux)
2  Adagio, Feierlich (solennel)
3  Scherzo : Ziemlich schnell (assez rapide)
4  Finale : Allegro

Denis Kozhukhin piano  
Orchestre National de France
Cornelius Meister direction

Le débrief du concert 

Avec Cornelius Meister

Cornelius Meister
Cornelius Meister, © Nelly Portal

Sergeï Rachmaninov : Vocalise en mi mineur opus 34 n°14 Aida Garifullina, soprano
Orchestre symphonique de la radio de Vienne
Cornelius Meister, direction
[Decca 2017]

Igor Stravinsky
Suite n°2, L'Oiseau de feu
Orchestre symphonique de la radio de Vienne
Cornelius Meister direction
[Capriccio 2019]

Cornelius Meister a été nommé en 2010 chef principal et directeur artistique de l'Orchestre Symphonique de la radio de Vienne en Autriche. Auparavant, il avait été nommé principal chef invité l'Orchestre symphonique de Tokyo. Mais Cornelius Meister est décidément un musicien très occupé puisqu'il a pris en 2018 ses nouvelles fonctions de Generalmusikdirektor l'Orchestre d'Etat de Stuttgart.
Son répertoire orchestral et lyrique comprend les grandes œuvres de Mozart, Wagner, Puccini et Strauss, ainsi que les symphonies de Beethoven, Schumann, Brahms, Bruckner, Tchaïkovski, Mahler et Sibelius, mais aussi des œuvres plus rares, telles que les symphonies de Martinů.
Ce chef n'hésite pas à s'aventurer auprès d'orchestres jouant sur instruments d’époque (Die Zauberflöte à l’Opéra de Zurich) et dirige de nombreuses créations.   
Il a enregistré de nombreux CDs d’œuvres allant de Haydn à la musique contemporaine.
Depuis 2015, il dirige à la Scala de Milan (création d’un opéra de Giorgio Battistelli).
A l'origine, Cornelius Meister était pianiste, il s’est produit en Europe et aux États-Unis et a dirigé, du piano, des concertos de Beethoven, Mendelssohn, Liszt, Grieg et Gershwin, et puis il s'est mis à la direction à la Hochschule de Hanovre. 

Le concert de demain

Vladimir Jurowski dirige "Les Saisons" de Haydn avec l'Orchestre Philharmonique de Londres

Les invités :
L'équipe de l'émission :