Le concert de 20h
Concerts
Mercredi 13 novembre 2019
2h 28mn

Erwan Keravec, Geoffroy Jourdain et Les Cris de Paris; Ondřej Adámek, au Festival Musica (2019)

Retour sur deux concerts, "Extended Vox", qui a réuni le sonneur Erwan Keravec, le chef Geoffroy Jourdain et Les Cris de Paris, et "Alles Klappt" du compositeur Ondřej Adámek, c'était en septembre et octobre dernier au festival Musica à Strasbourg.

Erwan Keravec, Geoffroy Jourdain et Les Cris de Paris; Ondřej Adámek, au Festival Musica (2019)
Erwan Keravec (cornemuse) et Les Cris de Paris (ensemble vocal) ©Christophe Raynaud de Lage. Ondřej Adámek ©Luc Hossepied

1er Concert

enregistré le 28 septembre 2019 à la Cité de la musique et de la danse à Strasbourg

  • Extended Vox

Heiner Goebbels : no. 20/58 (2019)
Bernhard Lang :  Hermetika VIII (2019)
Wolfgang Mitterer : Slow motion-x (2019)

Erwan Keravec (cornemuse)
Les Cris de Paris
Geoffroy Jourdain (direction)

Erwan Keravec, le plus atypique des sonneurs bretons, ne cesse de nous faire découvrir les insoupçonnables ressources de la cornemuse. Le défi qu’il s’est lancé de développer un répertoire contemporain pour l’instrument croise cette fois le chemin des Cris de Paris dans une configuration hors-norme : la cornemuse affronte un chœur de trente-deux voix, autour de deux œuvres de Bernhard Lang et Wolfgang Mitterer. Un programme complété par la pièce avec électronique que lui a consacré Heiner Goebbels (présentation Musica).

Second Concert

enregistré le 4 octobre au Théatre National de Strasbourg, salle Gignoux

  • Alles Klappt 

Ondřej Adámek : Alles Klappt  (2018)
création française

Katharina Schmitt (livret et mise en scène)
Patricia Talacko (scénographie et costumes)
Götz Leineweber (dramaturgie)
Caroline Scholz Ott (coaching vocal)

Landy Adriamboavonjy (soprano)
Thérèse Wincent (soprano)
Olga Siemienczuk (soprano)
Steve Zheng (ténor)
Dominic Kraemer (baryton)
Tobias Müller-Kopp (baryton)
Miguel Ángel Garcia Martin (percussion)
Jeanne Larrouturou (percussion)
Ondřej Adámek (direction musicale)

Alles klappt. Tout va bien. Sur scène, des archivistes trient des lettres, des cartes postales et des objets du Musée juif de Prague. Ils semblent observer une situation ordinaire, la vie de tous les jours. Mais une distorsion s’installe petit à petit, dans la musique comme dans le récit.
Donner sens aux traces laissées par les déportés. Tel est l’angle choisi par Ondřej Adámek et Katharina Schmitt, qui posent leur regard sur la tragédie des camps de la Seconde Guerre mondiale mais aussi sur celle de la famille du compositeur à travers les témoignages de son grand-père. Ses messages qui ont été conservés, envoyés depuis le camp de Theresienstadt et censurés de bout en bout, sont la source de cet opéra de chambre sur les « fausses bonnes nouvelles » de l’histoire (présentation Musica).

L'équipe de l'émission :