Le concert de 20h
Concerts
Mercredi 15 avril 2020
2h 28mn

L'Ensemble Intercontemporain, Matthias Pintscher, Diego Tosi et Dimitri Vassilakis

L'Ensemble Intercontemporain, le violoniste Diego Tosi et le pianiste Dimitri Vassilakis sous la baguette de Matthias Pintscher au Festival d'Automne. Au programme : des œuvres de Mark André et Matthias Pintscher.

L'Ensemble Intercontemporain, Matthias Pintscher, Diego Tosi et Dimitri Vassilakis
Matthias Pintscher , © Frank Ferville

Concert enregistré le 15 octobre 2019 à la Cité de la Musique dans le cadre du Festival d’Automne à Paris. 

Mark André, est français mais il est installé de longue date à Berlin. Matthias Pintscher, est allemand mais il vit entre Paris et New York.
Ils appartiennent à peu près à la même génération, ont un maître en commun, Helmut Lachenmann, et surtout ils partagent un intérêt nourri pour la spiritualité, qu’ils expriment de manière très différente dans leurs œuvres, avec des références marquées à l’hébreu et à la Bible, chez Matthias Pintscher, et aux Evangiles et à la théologie chez Mark André. 

Programme

La pièce de Mark André se présente sous la forme d’un triptyque. Riss évoque la faille, la fracture, la déchirure, c’est une notion qu’il emprunte à la théologienne Margareta Gruber et à son essai sur « la déchirure du rideau ». On retrouve ce type de situation dans le Nouveau Testament, dès le baptême de Jésus dans la vallée du Jourdain, on peut aussi citer le ciel qui s’ouvre pour laisser descendre l’Esprit saint, la tenture du Temple qui se déchire, le tremblement de terre de la Passion…
Mark André traduit ces typologies temporelles par des situations sonores fragiles, instables, « c’est une musique en état de disparition, avant, pendant et après cette disparition », précise-t-il.
Le triptyque a été composé entre 2014 et 2017, et créé par l’Ensemble intercontemporain, l’Ensemble Modern et Musik Fabrik. Ce soir Riss 1, 2, et 3 sont enchaînés.

Mark André (né en 1964) : Riss 1, 2, 3, triptyque pour ensemble
Ensemble Intercontemporain
Matthias Pintscher, direction 

La pièce de Matthias Pintscher, Mar’eh signifie en hébreu « vision », « visage », « signe », ou « apparition », c’est un mot qui figure dans la Genèse. Cette apparition est celle de l’aura sonore qui entoure le concerto du début à la fin, si l’on en croit le compositeur : « J’ai essayé de construire la pièce à la manière d’une chanson, pour que le violon dessine sa ligne – ou sa vision – tout du long, dans les registres les plus variés, souvent assez aigus, là où seules les harmoniques peuvent prendre le relai. Je voulais ce mouvement ininterrompu d’une ligne. En cherchant à développer le son selon des dessins horizontaux, j’avais en tête de le diriger constamment en fonction d’une perspective. ».
L’orchestration met en scène trois flûtes qui commentent la partie de violon et dialoguent avec lui dans une texture orchestrale toujours légère et transparente.
La pièce a été créée en 2016 à la Cité de la Musique à Paris, par la violoniste Hae Sun Kang, de l’Ensemble Intercontemporain. 

Matthias Pintscher (né en 1971) : Mare’h, pour violon et orchestre
Diego Tosi, violon
Ensemble Intercontemporain
Matthias Pintscher, direction 

Nur, le mot vient de l’Ancien Testament, signifie « la fournaise ardente » ou la « lumière ». On retrouve cette lumière, ce feu, dans le son du piano qui s’élève au début de la pièce dans un « éclat métallique et brillant » au-dessus de l’ensemble, et dans le contraste entre le piano lumineux et l’espace plus obscur de l’ensemble. La pièce a été écrite à la demande de Daniel Barenboïm, dont Matthias Pintscher souligne à propos de son toucher, « l’incroyable spontanéité du moment et l’esprit brillant », tout comme la capacité d’aboutir à « une grande simplicité, afin de s’écouter soi-même et ouvrir ainsi un espace ».
La pièce en trois mouvements, successivement lightly, floating; sospeso, sospirando et erratico, con durezza, a été créée en janvier 2019 à la Salle Boulez de Berlin, par Daniel Barenboïm au piano, avec le Boulez Ensemble dirigé par Matthias Pintscher. 

Matthias Pintscher (né en 1971) : Nur, pour piano et ensemble
Dimitri Vassilakis, piano
Ensemble Intercontemporain
Matthias Pintscher, direction 

Prise de son : Laurent Fracchia, Phuong-Mai Tran, Michel Gacic et Olivier Leroux
Chargée de réalisation : Marie Grout
Musicienne metteur en ondes : Elsa Biston… 

Nouveautés discographiques

Gérard Pesson (né en 1958) : Future is a faded song
Alexandre Tharaud, piano
Orchestre de la radio de Francfort
Tito Ceccherini, direction
Enr.  8 décembre 2012 (Paris, Cité de la Musique)
Erato 9190295323073 

Karol Beffa (né en 1973) : Le Bateau ivre
Orchestre national de France
Alain Altinoglu, direction
Karol Beffa « Talisman »
Klarthe K90

L'équipe de l'émission :