Le concert de 20h
Concerts
Vendredi 23 juillet 2021
3h 59mn

Jérémie Rhorer dirige La Flûte enchantée au Festival de Beaune

Jérémie Rhorer nous offre en direct de Beaune, la primeur de son interprétation de l’opéra le plus populaire de Mozart, La Flûte enchantée. Avec lui, les voix prodigieuses de Matthew Newlin (Tamino), Mari Eriksmoen (Pamina), Christina Poulitsi (La Reine de la Nuit), Riccardo Novaro (Papageno)…

Jérémie Rhorer dirige La Flûte enchantée au Festival de Beaune
Mozart, La Flûte enchantée au Festival de Beaune 2021 – direction musicale Jérémie Rhorer : Mari Eriksmoen (Pamina) et Matthew Newlin (Tamino), © Photos by Renate Torseth et by Lucian Hunziker

Prélude à l’opéra : 

Georg Friedrich Haendel – Nicola Francesco Haym, 

Giulio Cesare in Egitto HWV 17 :
Cleopatra « Da tempeste il legno infranto »
(« Si le navire battu par la tempête rentre sain
et sauf à bon port » - Acte III scène 7) 

Mari Eriksmoen : Soprano
Orchestre Symphonique de Stavanger
Jan Willem de Vriend : Direction musicale
CHALLENGE CLASSICS CC72832 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
  • Entretien avec Mari Eriksmoen, Soprano (Pamina) 

Wolfgang Amadeus Mozart – Lorenzo Da Ponte, 

Don Giovanni KV 527 :
Donna Anna « Crudele ? Troppo mi spiace… Non mi dir, bell’idol mio »
(« Cruelle ? Ah non, mon bien-aimé…  
Ne me dis pas, trésor que j’adore » - Acte II scène 4) 

Mari Eriksmoen : Soprano
Orchestre Symphonique de Stavanger
Jan Willem de Vriend : Direction musicale
CHALLENGE CLASSICS CC72832 

  • Entretien avec Matthew Newlin, Ténor (Tamino) 

Georg Friedrich Haendel – Newburgh Hamilton, 

Samson HWV 57 :
Samson, Micah « Why by an angel was my birth foretold…
Total eclipse »
(« Pourquoi un ange annonça-t-il ma naissance …  
Toujours la nuit noire » - Acte I scènes 1 et 2) 

Matthew Newlin : Samson, Ténor
Lawrence Zazzo : Contre-ténor, Micah
Millenium Orchestra
Leonardo Garcia Alarcon : Direction musicale
RICERCAR 411066 

  • Entretien avec Riccardo Novaro, Baryton (Papageno) 

Alessandro Stradella – Giovanni Cosimo Villifranchi,

Il Trespolo Tutore :
Trespolo et Artemisia
« Voglio entrarmene in casa… Due ore venite »
(« Je veux entrer dans la maison… Venez, deux heures » - Acte III scènes 12 et 13)

Riccardo Novaro : Baryton
Roberta Mameli : Soprano
Ensemble Mare Nostrum
Andrea De Carlo : Direction musicale
ARCANA 495193

  • Entretien avec Luigi De Donato, Basse (Sarastro) 

André Campra – Jean-François Regnard, 

Le Carnaval de Venise :
Ouverture
Prologue : scènes 1 et 2. L’Ordonnateur, le Chœur, Minerve
« Hastez-vous,  préparez ces lieux… Pour attirer les yeux d’un grand Prince » 

Blandine Staskiewicz : Bas-dessus (Mezzo-soprano)
Luigi De Donato : Basse
Chœur et Orchestre du Concert Spirituel
Chantres du Centre de Musique Baroque de Versailles
Hervé Niquet : Direction musicale
GLOSSA GES 921622-F 

  • Présentation d'Elena Galitskaya, Soprano (Papagena et La 2ème Dame)

Wolfgang Amadeus Mozart – Lorenzo Da Ponte, 

Cosi fan tutte KV 588 :
Despina « Una donna a quidici anni »
(« A quinze ans, une femme doit être avertie – Acte II) 

Elena Galitskaya : Soprano
Orchestre Symphonique du Théâtre de la Monnaie
Carlo Rizzi : Direction musicale
QUEEN ELISABETH INTERNATIONAL
MUSIC COMPETITION QEC 2011 

L’Opéra : 

Wolfgang Amadeus Mozart – Emanuel Schikaneder, 

Die Zauberflöte (La Flûte enchantée) KV 620  

Singspiel en allemand en deux actes créé le 30 septembre 1791 au Theater auf der Wieden, à Vienne 

Version de concert enregistrée par France Musique ce 23 juillet 2021 et diffusée en direct de la Basilique Notre-Dame de Beaune, dans le cadre du Festival International d'Opéra Baroque & Romantique de Beaune. Diffusion en simultané dans le cadre des échanges avec l'Union Européenne de Radio et Télévision. Nouvelle production sur instruments anciens. Co-production Festival de Brême (Allemagne). Report de juillet 2020. 

Distribution : 

Jérémie Rhorer : Direction musicale 

Matthew Newlin : Tamino, Ténor
Mari Eriksmoen : Pamina, fille de la Reine de la Nuit, Soprano
Christina Poulitsi : La Reine de la Nuit, Soprano
Riccardo Novaro : Papageno, Baryton
Elena Galitskaya : Papagena, Soprano
Luigi De Donato : Sarastro, Basse
Maxime Melnik : Monostatos, Ténor
Gwendoline Blondeel : 1ère Dame, Soprano
Elena Galitskaya : 2ème Dame, Soprano
Mélodie Ruvio : 3ème Dame, Contralto
Guilhem Worms : L'Orateur, Baryton-basse
Trois enfants :
Camille Hubert, Wei-Lian Huang, Sopranos - Julie Vercauteren, Alto
Samuel Namotte : 1er Prêtre, Baryton (rôle parlé)
Pierre Derhet : 2ème Prêtre, Ténor
Kenny Ferreira : 1er Homme d’armes, Ténor
Philippe Favette : 2ème Homme d’armes, Basse 

Choeur de Namur
Le Cercle de l'Harmonie 

Mozart, La Flûte enchantée au Festival de Beaune 2021 – direction musicale Jérémie Rhorer : Riccardo Novaro (Papageno) et Elena Galitskaya (Papagena et 2ème Dame)
Mozart, La Flûte enchantée au Festival de Beaune 2021 – direction musicale Jérémie Rhorer : Riccardo Novaro (Papageno) et Elena Galitskaya (Papagena et 2ème Dame), © Photos by Laure Duchet et by Emil Matveev
Mozart, La Flûte enchantée au Festival de Beaune 2021 – direction musicale Jérémie Rhorer : Christina Poulitsi (La Reine de la Nuit) et Luigi De Donato (Sarastro)
Mozart, La Flûte enchantée au Festival de Beaune 2021 – direction musicale Jérémie Rhorer : Christina Poulitsi (La Reine de la Nuit) et Luigi De Donato (Sarastro), © Photos by Mara Desipris et by RibaltaLuce Studio
Mozart, La Flûte enchantée au Festival International d’Opéra Baroque & Romantique de Beaune 2021 : le Chef d’orchestre Jérémie Rhorer, Directeur musical du Cercle de l’Harmonie, et Maxime Melnik (Monostatos)
Mozart, La Flûte enchantée au Festival International d’Opéra Baroque & Romantique de Beaune 2021 : le Chef d’orchestre Jérémie Rhorer, Directeur musical du Cercle de l’Harmonie, et Maxime Melnik (Monostatos) , © Photos by Caroline Doutre et by Emmanuel Joly
Festival International d’Opéra Baroque & Romantique de Beaune 2021 : Le Cercle de l'Harmonie et son Directeur musical, Jérémie Rhorer en répétition
Festival International d’Opéra Baroque & Romantique de Beaune 2021 : Le Cercle de l'Harmonie et son Directeur musical, Jérémie Rhorer en répétition, © Radio France / Photo by Benjamin François

Entracte : 

  • Entretien avec Jérémie Rhorer, Chef d’orchestre,
    Directeur musical du Cercle de l’Harmonie

Wolfgang Amadeus Mozart – Franz Heinrich Ziegenhagen, 

Die ihr des unermesslichen Weltalls Schöpfer ehrt KV 619
(Vous qui honorez le Créateur de l’univers incommensurable) 

Helmut Wildhaber : Ténor
Martin Haselböck : Pianoforte
NOVALIS 150 081-2 

Wolfgang Amadeus Mozart – Franz Petran, 

Die Mauerfreude (La Joie maçonnique) KV 471,
Cantate pour ténor, chœur d’hommes et orchestre 

Christoph Prégardien : Ténor
Chorus Vienniensis
Académie de Vienne
Martin Haselböck : Direction musicale
NOVALIS 150 081-2 

  • Entretien avec Christian Merlin,
    Musicologue, critique musical et producteur sur France Musique

Argument : 

Par Alain Duault 

Acte I : Dans un site sauvage, le prince Tamino, poursuivi par un serpent monstrueux, appelle au secours et tombe sans connaissance, épuisé. Mais il est sauvé par trois Dames voilées, les suivantes de la Reine de la Nuit, qui tuent le monstre – et s’arrachent à regret à la contemplation du beau jeune homme.
Revenu à lui, Tamino voit venir un étrange personnage, tout recouvert de plumes : c’est Papageno, l’oiseleur, qui explique au prince qu’il se trouve dans le domaine de la Reine de la Nuit. Pour faire le fanfaron, il ajoute que c’est lui qui, de ses mains, a tué le serpent monstrueux.
Mais les trois Dames réapparaissent alors et, pour le punir de son mensonge, ferment la bouche de l’oiseleur avec un cadenas. Puis elles remettent au prince un portrait de Pamina, la fille de la Reine de la Nuit. Tamino en tombe instantanément amoureux.
Apparaît alors la Reine de la Nuit en personne, qui raconte comment sa chère fille lui a été enlevée par le cruel Sarastro et promet au prince sa main s’il parvient à la délivrer.
Après le départ de la Reine, Papageno revient en gémissant, la bouche toujours cadenassée. Les trois Dames finissent par le libérer et Papageno promet de ne plus jamais mentir. Puis pour les protéger, elles donnent à Tamino une flûte magique et à Papageno un jeu de clochettes également enchantées. Elles ajoutent que trois garçons leur montreront le chemin qui les conduira au château de Sarastro. 

Dans le château de Sarastro, Pamina est gardée par le Maure Monostatos qui la terrorise. Mais Papageno arrive et tombe sur le Maure : l’un et l’autre sont surpris de leurs apparences réciproques – une créature couverte de plumes ! une créature à la peau noire ! – et, croyant avoir affaire au diable, s’enfuient chacun de leur côté. Mais Papageno revient bientôt sur ses pas, reconnaît Pamina et lui apprend que le beau prince Tamino doit venir la libérer. Tous deux chantent la toute-puissance de l’amour. 

Pendant ce temps, les trois garçons ont conduit Tamino devant les trois temples de la Nature, de la Raison et de la Sagesse. A l’entrée du troisième temple, le prince rencontre un prêtre qui lui révèle la vraie personnalité de Sarastro et lui explique qu’il ne connaîtra la Vérité qu’une fois admis dans le sanctuaire. Puis Tamino entend des voix qui lui révèlent que Pamina est vivante. Empli de joie, il tire alors sa flûte et charme tous les animaux sauvages.
De leur côté, Pamina et Papageno sont parvenus à s’enfuir mais ils sont rattrapés par Monostatos et ses esclaves. Papageno sort alors son jeu de clochettes qui ensorcelle les poursuivants.
Mais arrive Sarastro lui-même avec sa suite. Pamina se jette à ses pieds et avoue sa tentative de fuite. Sarastro lui explique que dans son propre intérêt, elle ne doit pas revoir sa mère. Tamino est alors amené par Monostatos qui l’a capturé. Le prince et Pamina se reconnaissent et s’émerveillent l’un de l’autre. Mais Sarastro, après avoir puni Monostatos pour son comportement, sépare les deux jeunes gens : Tamino, ainsi que Papageno, doivent d’abord subir les épreuves qui leur permettront d’être purifiés. 

Acte II. Sarastro a réuni les prêtres pour leur expliquer son dessein : il souhaite que Tamino soit initié pour qu’il puisse former avec Pamina un couple royal et pur et il appelle la protection des dieux sur eux. 

La première épreuve imposée à Tamino et Papageno, qui s’est laissé convaincre d’être initié à la perspective d’une jolie Papagena en récompense, est l’épreuve du silence. Les trois Dames de la Nuit arrivent et essaient de les détourner en les avertissant de grands dangers qui les menaceraient. Papageno est près de se laisser fléchir, mais Tamino reste ferme et les voix des prêtres font fuir les ensorceleuses. La première épreuve est accomplie. 

Monostatos observe Pamina   endormie et se penche pour l’embrasser. Mais arrive la Reine de la Nuit qui le fait fuir : il se cache pour observer la scène.
La Reine confie un poignard à sa fille et lui ordonne de tuer Sarastro.
A peine la Reine est-elle partie que Monostatos, profitant du trouble de la jeune fille, la menace d’un chantage si elle se refuse à lui. Mais l’arrivée de Sarastro la sauve. Celui-ci chasse le Maure et rassure Pamina en promettant de ne pas se venger sur sa mère. 

Tamino et Papageno sont conduits dans une salle, toujours astreints au silence. Une petite vieille s’approche de l’oiseleur et se prétend sa bien-aimée, mais un coup de tonnerre la fait décamper au moment où elle va révéler qui elle est.
Surviennent alors les trois garçons qui apportent nourriture et boissons ainsi que la flûte et le jeu de clochettes. Tamino joue et attire ainsi Pamina. Mais il ne peut lui parler. Celle-ci, bouleversée, croit que le prince ne l’aime plus. 

Les prêtres saluent la persévérance de Tamino et Sarastro le met à nouveau en présence de Pamina, avant qu’il ne subisse la dernière épreuve, la plus difficile, la plus dangereuse. 

Papageno n’est pas autorisé à devenir un initié, ce qui ne l’affecte guère, aspirant qu’il est à une vie simple. Ce qu’il désire ardemment en revanche, c’est une petite femme. Apparaît alors à nouveau la vieille femme, qui lui offre de le conduire hors du temple s’il promet de l’épouser. Papageno accepte, pour le moment – et la vieille femme se transforme en une jeune et jolie Papagena… qui lui est aussitôt enlevée ! 

Pamina, désespérée par l’apparente froideur de Tamino, veut se suicider avec le poignard remis par sa mère. Mais les trois garçons l’en empêchent en l’assurant que le prince l’aime toujours et ils lui proposent de la conduire auprès de lui. 

Deux Hommes d’armes gardent la porte du temple où doit avoir lieu la dernière épreuve. Pamina y rejoint Tamino et décide de se soumettre avec lui aux épreuves. Aidés par la flûte magique, ils traversent le mur du feu et le mur de l’eau – et réapparaissent sains et saufs sur le parvis du temple, accueillis par les prêtres qui saluent leur triomphe. 

Papageno cherche désespérément sa Papagena et, ne pouvant la trouver, envisage de se pendre. Mais les trois garçons interviennent encore une fois et lui conseillent d’agiter son jeu de clochettes. Aussitôt, Papagena apparaît et tous deux, ivres de bonheur, font les projets d’une vie environnée de petits Papagenos et de petites Papagenas. 

Monostatos qui, rejeté par Sarastro, s’est allié à la Reine de la Nuit contre la promesse qu’elle lui donnera sa fille, tente avec elle et les trois Dames de se glisser dans le temple par les souterrains pour enlever Pamina. Mais le tonnerre et les éclairs les rejettent dans les abîmes de la nuit.
Dans le temple du Soleil, Sarastro accueille Tamino et Pamina, initiés et réunis, au milieu des prêtres, dans l’éclat de la Vérité à laquelle ils ont accédé. 

© L'Avant-Scène Opéra 

Ouvrage de référence :  

L’Avant-Scène Opéra : La Flûte enchantée de Mozart
n°196 – ISBN : 2-84385-222-6 

L’Avant-Scène Opéra n°196 : La Flûte enchantée de Mozart
L’Avant-Scène Opéra n°196 : La Flûte enchantée de Mozart
L'équipe de l'émission :