Le concert de 20h
Concerts
Mercredi 1 avril 2020
2h 28mn

Hommage au compositeur polonais Krzysztof Penderecki

Krzysztof Penderecki est décédé le 29 mars 2020 à l'âge de 86 ans, il était l’une des grandes figures de la composition en Europe et dans le monde depuis six décennies.

Hommage au compositeur polonais Krzysztof Penderecki
Krzysztof Penderecki, © Getty / Ullstein Bild

Au programme de cet hommage, trois extraits de concerts :

Première partie : 

  • Le Requiem polonais

Il reflète bien la forte personnalité de Penderecki, avec son sens extraordinaire des voix et de l’orchestre, qui combinent ses admirations de jeunesse pour Bartok et Stravinsky, sa découverte des langages de l’avant-garde avec Luigi Nono, lorsqu’il a pris connaissance des mouvements modernistes quand la Pologne commençait à s’ouvrir. On l’a aussi beaucoup associé à Xenakis et à Ligeti dans cette période. Il reflète également son ancrage dans la grande tradition symphonique, il citait notamment Bruckner et Sibelius, et cette spiritualité qui l’attache à Jean-Sébastien Bach.
Ce "Requiem polonais" a connu plusieurs moutures, avec un certain nombre de mouvements que le compositeur a intégrés à l’œuvre au fur et à mesure, entre le début des années 80 et le milieu des années 2000.
Dans ce concert de Varsovie en 2018 on entend successivement, Quid sum miser, Rex tremendae, Recordare Jesu pie, puis le Lacrimosa qui était à l’origine une pièce composée en 1980 pour le syndicat Solidarnosc, en hommage aux ouvriers de Gdansk qui se sont soulevés en 1970, puis le Sanctus, ensuite une Chaconne écrite en 2005, à la mémoire du pape Jean-Paul II, puis l’Agnus Dei, dédié au cardinal Wyszyński puis Święty Boże, qui s’appuie sur un vieux cantique polonais de pénitence et enfin Libera animas.

Ce 21 mars 2018 à la Philharmonie de Varsovie les interprètes étaient placés sous la direction du compositeur 
lui-même.

Krzysztof Penderecki (1933-2020) : Requiem polonais
Johanna Rusanen, soprano
Janina Baechle, mezzo-soprano
Rafal Bartminski, ténor
Nikolay Didenko, basse
Choeur philharmonique national de Varsovie
Bartosz Michalowski, direction
Sinfonia Varsovia
Krzysztof Penderecki, d

Deuxième parti

  • Metamorphosen - Concerto n° 2 pour violon et orchest

Krzysztof Penderecki était en 2006, l'invité du festival Présences organisé par Radio France. C’était l’occasion d’une belle rétrospective avec des œuvres de jeunesse qui ont marqué leur époque, comme le Thrène à la mémoire des victimes d’Hiroshima, ou encore Anaklasis, quelques pièces de musique de chambre, et surtout son œuvre concertante et symphonique, plus représentative de son style de la maturité. Son deuxième concerto pour violon, sous-titré Métamorphoses au pluriel, composé dans les années 1992 à 1995, et dédiée à la violoniste Anne-Sophie Mutter, Krzysztof Penderecki était lui-même violoniste de form

Krzysztof Penderecki (1933-2020) : Metamorphosen - Concerto n° 2 pour violon et orchestre
Chantal Juillet, violon
Royal Scottish National Orchestra
Stéphane Denève, direction 

Troisième partie :&nbs

  • La Cinquième Symphonie, _Coréenn

Cette symphonie n°5, datée de 1992, était une commande de la Corée pour le 50e anniversaire de sa libération de l’occupation japonaise, l’oeuvre cite d’ailleurs une mélodie traditionnelle coréenne. Il n’est pas interdit d’y voir un lien avec la situation de la Pologne et de son combat pour l'indépendan

Krzysztof Penderecki (1933-2020) : Symphonie n° 5 « Coréenne »
Orchestre de Paris
Christoph Eschenbach, direction
Enr. 14 fév

« Les étapes de la composition sont des journées de doute, de désespoir même. On prend des chemins d’une grande diversité, dont certains sont tout simplement de fausses pistes On avance dans une sorte de labyrinthe. A Luslawice où je vis, j’ai planté un labyrinthe. Il est si grand que j’ai parfois du mal à trouver le bon chemin et donc la sortie. C’est quelque chose qui me fascine. Lorsque j’écris une œuvre de grandes dimensions, j’ai le sentiment de me mouvoir dans ce genre de labyrinthe, j’avance, je bifurque, je reviens sur mes pas… je cherche. Et en fin de compte, dans l’écriture d’une partition comme dans un labyrinthe, il n’y a qu’un seul chemin de retour, la meilleure solution. C’est elle qu’il faut trouver… » Krzysztof Penderecki

Les invités :
L'équipe de l'émission :