Le concert de 20h
Concerts
Mercredi 4 mars 2020
2h 28mn

Festival Présences 2020 : Grisey, Lacôte, Messiaen, Urquiza, Illean, Fujikura, Bertrand.

Thomas Lacôte, Karol Mossakowski, David Guerrier, Hugues Viallon dans des oeuvres de Gérard Grisey, Thomas Lacôte et Olivier Messiaen. Le Trio Catch dans des oeuvres de Mikel Urquiza, Lisa Illean, Dai Fujikura et Christophe Bertrand.

 Festival Présences 2020 : Grisey, Lacôte, Messiaen, Urquiza, Illean, Fujikura, Bertrand.
Thomas Lacôte, © Anne Sarthou

Première Partie

  • Concert donné le 9 février 2020 à 14h30 à l'Auditorium de Radio France 

organisé autour de Thomas Lacôte, à qui Radio France avait commandé cette année, une pièce pour deux cors et orgue, qui faisait écho à une pièce plus ancienne, pour deux cors, composée en 1987 par Gérard Grisey intitulée Accords perdus. Thomas Lacôte est né en 1982, il est organiste, titulaire du grand orgue de l’église de la Trinité à Paris, tribune qui a été pendant très longtemps celle d’Olivier Messiaen. Il est aussi professeur d’analyse au Conservatoire de Paris, chercheur et compositeur. 

Gérard Grisey : Accords perdus pour 2 cors

Thomas Lacôte :The Fifth Hammer pour orgue à quatre mains
La Voix plus loin pour 2 cors et orgue
(commande de Radio France – création mondiale)

Olivier Messiaen :Messe de la Pentecôte

Thomas Lacôte orgue
Karol Mossakowski orgue
David Guerrier cor
Hugues Viallon cor

Prise de son : Pierre Monteil, Xavier Lévêque, Kevin Delcourt
Réalisation : Catherine Prin Le Gall
Mise en ondes : Paul Malinowski

Seconde partie

  • Concert donné le 9 février 2020 à 16h au Studio 104 de la Maison de la Radio 

Le Trio Catch présente quatre pièces relevant d’« esthétiques très différentes » : « Plus les pièces sont originales, mieux c’est pour nous », précise Eva Boesch.

Pièges de neige est signée de Mikel Urquiza, orginaire de Bilbao où il est né en 1988, il a étudié à San Sebastian avec Ramon Lazkano, avant de venir travailler au Conservatoire de Paris avec Gérard Pesson. Il est actuellement pensionnaire à Rome, à la Villa Médicis.

Hop de Daï Fujikura joue sur l’idée de reflet entre le violoncelle et la clarinette d’un côté et le piano de l’autre, le compositeur prend l’image d’une balle qui rebondit, parfois dans une direction inattendue. Il évoque aussi l’image de la surface de l’eau sur un lac, avec le reflet du soleil qui crée un scintillement étincelant.

Février est de Lisa Illean, née en 1983 à Sydney en Australie, elle est installée à Londres. Sa musique joue sur des textures sonores très fines, proche du silence, c’est particulièrement vrai pour cette « pièce hivernale, pleine d’introspection », selon la compositrice.

Sanh est du compositeur Christophe Bertrand. Disparu très jeune à l’âge de 29 ans en 2010, c’est un musicien de la vitesse, de la trajectoire, à l’écriture virtuose, très impressionnante, notamment dans cette partition, « Le titre fait référence à un terme chinois qui signifie à la fois « trois » et « éparpillé », cette double notion est la matrice même de la pièce », explique-t-il.

Mikel Urquiza :Pièges de neige
(création française)

Dai Fujikura : Hop pour clarinette, violoncelle et piano
(commande de Radio France, d'Arraymusic et de Suntory Foundation for the Art, Suntory Hall, création mondiale)

Lisa Illean :Février
(commande de Radio France, création mondiale)

Christophe Bertrand :Sanh

Trio Catch :
Boglárka Pecze clarinette
Eva Boesch violoncelle
UnSun-Young Nam pian

Prise de son : Jean-Louis Deloncle et Philippe Thibaud
Réalisation : Adrien Roch

Le Trio Catch, qui est composé de formidables musiciennes. Elles se sont rencontrées dans le cadre de l’Académie internationale de l’Ensemble Modern à Francfort, et ont souhaité poursuivre l’aventure en trio, elles ont travaillé avec des compositeurs comme Helmut Lachenmann, Mark Andre, Georges Aperghis ou Beat Furrer. Le nom du trio, Catch, vient d’une pièce de Thomas Adès qui porte ce titre.  

Troisième partie

  • Concert surprise : donné le 10 avril 2019 à l’Auditorium de la Maison de la Radio

Thomas Lacôte :La Nuit sera calme pour percussion et orgue
commande de Radio France, donnée en création mondiale, 

par l’organiste Thomas Ospital
le percussionniste Jean-Claude Gengembre

Cette pièce associe l’orgue et la percussion, ce qui permet, selon les termes du compositeur, d’imaginer « des alliages de sonorités aptes à tisser des liens d’interaction entre ces deux mondes sonores, l’intitulé de la pièce, La nuit sera calme, est emprunté à Romain Gary qui conclut ainsi son livre du même titre.

Après-concert :

Franck Bedrossian (né en 1971) :The Spider as an artist Pablo Tognan, violoncelle
Multilatérale / Léo Warynski « J’ouïs »
L’Empreinte Digitale ED 13260

L'équipe de l'émission :