Le concert de 20h
Concerts
Mercredi 27 mai 2020
2h 28mn

Echos du festival de Donaueschingen, Alberto Posadas, Nina Senk, Beat Furrer et Johannes Boris Borowski.

Deux concerts : un cycle de pièces du compositeur espagnol Alberto Posadas par l'ensemble Klangforum Wien dirigé par Sylvain Cambreling. Et l’Ensemble Intercontemporain sous la direction de Matthias Pintscher, avec des pièces de Nina Senk, Beat Furrer et Johannes Boris Borowski.

Echos du festival de Donaueschingen, Alberto Posadas, Nina Senk, Beat Furrer et Johannes Boris Borowski.
Alberto Posadas, © Harald Hoffmann / Ed. Durand

Le festival de Donaueschingen est le grand festival historique de la création musicale, en Forêt Noire en Allemagne, depuis 1921. Chaque année à la mi-octobre, c’est un rendez-vous très attendu des musiciens, des professionnels et des mélomanes, avec toute une série de concerts et de rencontres sur quatre jours - la dernière édition s’est tenue du 17 au 20 octobre 2019. 

Premier concert :

Enregistré le 20 octobre 2019

Alberto Posadas, est né en 1967 à Valladolid, il s’intéresse aux relations entre la nature, la science et la musique. Le titre du cycle de pièces, _Poética del Espacio_, composé en 2018-2019 et que nous découvrons fait référence à l’œuvre de Bachelard, et plus particulièrement à sa Poétique de l’espace, paru en 1957.
Il reprend à son compte l’interrogation de Bachelard sur la dimension poétique de l’espace, en l’appliquant à la musique : « comment l'espace est-il habité dans un processus d'écoute ? Comment articuler la matière musicale et son déploiement dans le temps, la répartition de l'espace acoustique, la densité instrumentale ou la vitesse à laquelle le son se déplace ? ». 

Le cycle de Posadas est constitué de quatre pièces reliées entre elles par des Intermezzi, qui font office de lien, de rappel, ou d'anticipation. La première, Trayectorias, « trajectoires », joue sur l’emplacement de groupes instrumentaux à différents endroits, sur scène ou au fond de la salle, qui se divisent eux-mêmes en trois unités réparties entre la gauche, le centre et la droite. La perception joue alors sur des formes en zigzag, en étoiles, en cercles symétriques, en spirales, ou d’avant en arrière…
La seconde grande pièce, intitulée Ers, alterne des blocs sonores solides et des matériaux plus volatiles, elle est suivie de deux intermezzi plus courts.
Suit Umbrales evanescentes, « seuils évanescents », une sorte de pièce concertante pour saxophone, cor, trompette, trombone et ensemble, qui voit ensuite s’évanouir les frontières entre solistes et tutti.
La dernière pièce, Ojo del Diablo, « l’œil du diable », fait allusion aux trous noirs.

Programme

Alberto Posadas (né en 1967) : Poética del Espacio, pour ensemble instrumental – I. Trayectorias, II. Intermezzo 1, III. Ers, IV. Intermezzo 2, V. Intermezzo 3, VI. Umbrales evanescentes, VII. Intermezzo 4, VIII. Ojo del diablo (2018-2019, création mondiale) Klangforum Wien
Sylvain Cambreling, direction
Enr. 19 octobre 2019 (Donaueschingen, festival)

Prise de son pour la radio allemande SWR : Gabriele Starke avec Bernd Nothnagel, Nils Edte et Caroline Hirsch.
 

Second concert : 

Enregistré le 20 octobre 2019.

Les trois pièces, signées Nina Senk, Beat Furrer et Johannes Boris Borowski, étaient données en création mondiale à Donaueschingen. 

La compositrice slovène, Nina Senk, est née en 1982 et a étudié à Munich avec Matthias Pintscher. La pièce que écoutons est une commande de l’Ensemble Intercontemporain et de la SWR.
Son titre T.E.R.R.A II, avec un point entre chaque lettre du mot « terra », nous fait aussi penser à Bachelard, puisque chaque lettre du mot indique cinq mouvements séparés, qui font référence chacun à un élément, respectivement l’eau, l’air, la terre, le feu et un cinquième élément qui peut varier selon les cultures, l’éther chez Aristote, ou le métal dans la culture chinoise…

Le compositeur suisse Beat Furrer, est aussi le fondateur il y a 35 ans, de l’ensemble Klangforum Wien, que nous écoutions dans la première partie de cette soirée. Dans ce concerto pour clarinette, Beat Furrer joue sur l’idée de la ligne de la clarinette, qui est peu à peu décolorée par d’autres instruments qui viennent s’ajouter, et puis survient une superposition entre cette ligne et une sorte de kaléidoscope.

Dernière création mondiale, Allein, ce qui signifie « seul » en allemand, du compositeur allemand Johannes Boris Borowski, né en 1979, il a été l’élève de Hanspeter Kyburz à Berlin et de Marco Stroppa à Paris.

Programme :

Nina Senk (née en 1982) : T.E.R.R.A. II pour ensemble (2019, création mondiale) Ensemble Intercontemporain
Matthias Pintscher, direction

Beat Furrer (né en 1954) : Concerto pour clarinette – 1er mouvement (2019, création mondiale) Martin Adamek, clarinette
Ensemble Intercontemporain
Matthias Pintscher, direction

Johannes Boris Borowski (né en 1979) : Allein, pour ensemble (2018-1019, création mondiale) Ensemble Intercontemporain
Matthias Pintscher, direction

Prise de son pour la radio allemande SWR : Tobias Hoff, avec Bernd Nothnagel.
Merci à l’UER, l’Union européenne de radiotélévision, grâce à qui nous pouvons vous proposer ces très beaux concerts.

Actualité phonographique :

L’excellent Quatuor Tana vient d’enregistrer les quatre quatuors à cordes du compositeur belge David Achenberg. En 2011, le compositeur a proposé au quatuor de jouer ses deux premiers quatuors et cela s’est si bien passé que les Tana ont commandé le troisième à David Achenberg, puis le quatrième, qui ajoute la dimension électronique avec une bande magnétique.

David Achenberg : Bleu Ebène, quatrième quatuor pour quatuor et bande magnétique – 1. Prologue en cinq petits fragments, 2. Bleu Ebène Quatuor Tana
Enr. mars 2018 (Bruxelles)
David Achenberg « Bleu Ebène – Complete String Quartets by Quatuor Tana »
Paraty 199346

L'équipe de l'émission :