Le concert de 20h
Concerts
Mercredi 26 février 2020
2h 28mn

Festival Présences 2020 : Harrisson Birtwistle, Sasha J. Blondeau, Unsuk Chin + Récital Florent Boffard.

[SON 3D] L'Orchestre du Conservatoire de Paris, Le Choeur de Radio France sous la direction de Martina Batic et le pianiste Philippe Hattat, dans des oeuvres de Birtwistle, Sasha Blondeau, Unsuk Chin. Puis des pièces de Stroppa, Chopin, Ligeti, Debussy, Benjamin par le pianiste Florent Boffard.

Festival Présences 2020 : Harrisson Birtwistle, Sasha J. Blondeau, Unsuk Chin + Récital Florent Boffard.
Le compositeur Harrison Birtwistle.

Oeuvres proposées en binaural 5.1 à partir du 27 février 2020

Première partie :

  • Concert enregistré le samedi 08 février 2020 au Studio 104 de la Maison de la Radio, dans le cadre du festival Présences 2020

Harrison Birtwistle, né en 1934, est un des plus grands compositeurs anglais d’aujourd’hui, on lui doit plusieurs opéras marquants et de nombreuses pièces symphoniques ou concertantes. The Moth Requiem est tout à fait particulière, il s’agit d’une partition pour douze voix féminines, trois harpes et flûte alto, inspirée par l’amour du compositeur pour les papillons, c’est aussi une sorte de métaphore pour la disparition des choses. Il s’est appuyé sur un poème de Robin Blaser, qui a été le librettiste d’un des ses opéras, et il utilise aussi un texte qui égrène les noms latins des papillons de nuit, The Moth Requiem signifie « Requiem pour la phalène ».

Harrison Birtwistle :The Moth Requiem (2012) - CF
pour douze chanteuses, trois harpes et une flûte alto sur le texte « The Moth Poem » extrait de "The Holy Forest" de Robin Blaser.

Orchestre du Conservatoire de Paris
Gladys Avignon, flûte
Emma Prieur-Blanc, harpe
Nadja Dornik, harpe
Amandine Coudry-Herlin, harpe
Chœur de Radio France
Martina Batic, direction

Sasha Blondeau a fait ses études au Conservatoire de Lyon puis à l’Ircam à Paris, il a ensuite été pensionnaire à la Villa Médicis à Rome.
Urphänomen II.B, fait partie d’un ensemble de pièces qui travaillent sur les « phénomènes originaires », « ur » en allemand. L’idée vient de la théorie des couleurs de Goethe, que l'on retrouve chez nombre de grands auteurs.
Sasha Blondeau, qui est aussi chercheur, utilise des espaces compositionnels, matérialisées par des espèces de cartes, dans lesquelles il chemine à chaque nouvelle pièce, ici par exemple, il utilise quatre régions distinctes d’un « lieu » qui sera son espace pour quelques années encore. La pièce est conçue comme un va-et-vient, dans un entrelacement de chemins, où le piano forme un tout avec l’électronique, qui sort du piano à certains moments. 

Sasha J. Blondeau : Urphänomen II. B. pour piano et électronique (2019-20. Commande RF/Ircam) - CM

Philippe Hattat, piano
Serge Lemouton, réalisation informatique musicale Ircam

D’origine coréenne Unsuk Chin est installée en Allemagne depuis plus de trente ans. Sa Fanfare chimérique est donnée ici dans une nouvelle version créée lors de ce concert. Pour la compositrice le mot « chimérique » renvoie aux traitements électroniques de la pièce, qui spatialise les deux ensembles de vents en permettant des jeux de miroir et de contrastes. Cette « fanfare » met en jeu deux rangs de musiciens jouant du même instrument : deux flûtes l’une derrière l’autre, deux hautbois, deux clarinettes, deux bassons, deux cors, deux trompettes, deux trombones, et deux tubas.

Unsuk Chin : Fanfare chimérique (2010-2011 (rév. 2019)) version révisée - CM

Orchestre du Conservatoire de Paris
Martina Batic, direction
Benoît Meudic, réalisation informatique musicale Ircam

Prise de son : Delphine Baudet
Montage : Lucas Derode
Réalisation : Charlotte Thoreau Lasalle
Mise en ondes : Elsa Biston

Seconde partie :

  • Concert enregistré le samedi 15 février 2020 à l'Auditorium de la Maison de la Radio, dans le cadre du festival Présences 2020

Récital du pianiste Florent Boffard sur le thème des études pour piano, de Chopin à Marco Stroppa, en passant par Debussy, Ligeti, et George Benjamin, qui était l’invité d’honneur du festival. Florent Boffard a très intelligemment articulé les études entre elles, selon des thématiques très précises.

Claude Debussy (1862-1918): Études pour piano (extrait) : Pour les cinq doigts d’après Monsieur Czerny
Marco Stroppa (né en 1959): Études pour piano (extrait) : Pour les "cinq sons", d’après Monsieur Claude
Frédéric Chopin (1810-1849) : Études pour piano (extrait) : opus 10 n° 4
György Ligeti (1923-2006) : Études pour piano (extrait) : n° 4 Fanfares
George Benjamin (né en 1960) : Piano Figures – 10 Short Pieces for Piano :

  1. Spell
  2. Knots
  3. In the Mirror
  4. Interruptions
  5. Song
  6. Hammers
  7. Alone
  8. Mosaic
  9. Aroun the Corner
  10. Whirling

Claude Debussy (1862-1918) : Études pour piano (extrait) : Pour les tierces
Frédéric Chopin (1810-1849): Études pour piano (extrait) : opus 25 n° 6
Marco Stroppa (né en 1959) : Études pour piano (extrait) : Pour les tierces engourdies
Frédéric Chopin (1810-1849) : Études pour piano (extrait) : opus 25 n° 1
Claude Debussy (1862-1918) : Études pour piano (extrait) : Pour les arpèges composés
György Ligeti (1923-2006) : Études pour piano (extrait) : n° 2 Cordes à vide
Marco Stroppa (né en 1959) : TroisÉtudes paradoxales pour piano (commande de Radio France, création mondiale)
Claude Debussy (1862-1918) : Études pour piano (extrait) : Pour les sonorités opposées
Claude Debussy (1862-1918) : Études pour piano (extrait) : Pour les degrés chromatiques
György Ligeti (1923-2006) : Études pour piano (extrait) : n° 6 Automne à Varsovie

Florent Boffard, piano

Prise de son : Marie Lepeintre et Jean-Michel Bernot
Réalisation : Max James

Complément de programme :

Béla Bartok (1881-1945) : En plein air   1. Avec les fifres et les tambours   2. Barcarolle   3. Musettes   4. La Musique de la Nuit   5. Poursuite Florent Boffard, piano
Mirare MIR410D

Arnold Schönberg (1874-1951) : Klavierstück op. 23 n° 3
Florent Boffard, piano
Mirare MIR191

L'équipe de l'émission :