Lundi 8 mars 2021
2 min

Un nouveau conservatoire à Kinshasa : l'un des plus grands d'Afrique centrale

D'ici quelques mois, les enfants de Kinshasa pourront suivre des cours de musique : la République Démocratique du Congo voit la construction de deux bâtiments dédiés à l'enseignement musical et aux concerts.

Un nouveau conservatoire à Kinshasa : l'un des plus grands d'Afrique centrale
A Kinshasa en 2010, un concert de l'orchestre symphonique du Congo fondé par l'église Kimbanguiste, © AFP / Junior D. Kannah

Le changement est spectaculaire : dans le quartier de Ngiri Ngiri, là où se trouvait un hôtel en très mauvais état, surtout destiné à la prostitution, se construit aujourd’hui un bâtiment sur cinq étages destiné à l’apprentissage de la musique. Dès l'âge de 5 ans, les enfants pourront y venir, ce qui est totalement nouveau ici en République démocratique du Congo, et même plus largement en Afrique centrale. Le bâtiment est quasiment achevé : il devrait ouvrir dans quelques mois. D’ores et déjà, orchestre et chœur viennent y répéter. Et il y a aussi un étage qui accueillera des professeurs invités, notamment de l’étranger. 

Qui est derrière la construction de ce conservatoire ?

C’est une église, l’église kimbanguiste qui fête cette année son centenaire. Elle a été créée par Simon Kimbangu, qui voulait mêler héritage chrétien et identité africaine. Il sera emprisonné pendant près de 30 ans par les colons belges. La musique a toujours joué un rôle important dans cette église, qui est la troisième du Congo. Simon Kimbangu jouait lui-même de la flûte, c’est l’évangélisation par la musique, avec notamment des fanfares et des chorales. « Chanter, c’est prier deux fois », nous dit un membre de la communauté. En 1994, l’église fonde un orchestre symphonique, l’une des très rares phalanges de ce type en Afrique subsaharienne. Le répertoire mêle œuvres symphoniques occidentales et pièces d’inspiration congolaise. Il y a une belle homogénéité et un vrai dynamisme chez ces musiciens, qui sont tous bénévoles et répètent trois fois par semaine.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Un développement de la musique classique à Kinshasa

L’année prochaine, l’Institut National des Arts, qui a une section musique ouverte aux élèves à partir de 12-13 ans, va avoir un nouveau bâtiment. Il est en chantier juste à côté du Parlement. Et cette fois-ci, c’est la Chine qui finance la construction. Un cadeau loin d’être désintéressé : la Chine est le premier partenaire commercial du Congo, dont le sous-sol est extrêmement riche. Il y aura également deux salles de spectacle dans ce complexe. On le voit : le développement de la musique classique est permis ici grâce à l’argent de l’étranger ou de la religion. L’Etat est lui encore trop absent, alors que les musiciens rêveraient de voir la création d'un orchestre symphonique national professionnel.

L'équipe de l'émission :