Lundi 10 février 2020
2 min

Réforme des retraites : la mobilisation des musiciens

Jeudi dernier, la mobilisation contre la réforme des retraites a réuni en France près de 121 000 manifestants. Dans le cortège, on a pu voir défiler un certain nombre de musiciens. Qui sont donc les musiciens qui manifestent ?

Réforme des retraites : la mobilisation des musiciens
Des danseurs du Ballet national de Lorraine dans la rue contre le projet de loi du Gouvernement sur la réforme des retraites en janvier 2020, © Maxppp / Alexandre Marchi

Au départ, lors des premières manifestations, on parlait surtout de l’Opéra de Paris, avec ses artistes et techniciens défendant le maintien de leur régime spécial de retraites.
A leurs côtés, les musiciens des phalanges de Radio France étaient présents, en lutte de leur côté contre le plan d’économies qui touche la Maison Ronde.
Toutefois, ces dernières semaines, la mobilisation s’est élargie, touchant plusieurs orchestres, de l’Opéra de Rouen à l’Orchestre national d’Ile-de-France. Egalement, et c’est un point important à souligner, les professeurs de conservatoire. 

Pourquoi ces enseignants se mobilisent-ils ?

Si dans l’éducation nationale les professeurs ont déjà pu obtenir quelques aménagements, ce n’est pas le cas des professeurs de conservatoires.
Il faut le rappeler, ils ne dépendent pas de l’éducation nationale, mais de la fonction publique territoriale. La réforme des retraites risque d’avoir un impact sérieux pour ces enseignants, qui débutent avec des salaires faibles, du temps partiel, sans parler du point d’indice gelé. Le passage à la retraite par points ne leur est donc pas profitable. D’où une mobilisation aussi forte alors que cette profession n’est pas du tout habitué à faire grève.

Qu’en est-il des intermittents du spectacle ?

Là aussi, il y a des inquiétudes.
Pour deux raisons principales : tout d’abord, la carrière d’un musicien intermittent est entrecoupée de périodes de chômages indemnisés. C’est le principe même du système.
Mais avec la réforme, l’intermittent pourra-t-il compter suffisamment de points pour un départ à la retraite à taux plein ? C’est une vraie question.
En outre, il y a le sujet de l’abattement, et donc du taux réduit de cotisations du fait de la déduction forfaitaire pour frais professionnels. Là aussi, comme le système de cotisations va changer, il va y avoir à financer d’éventuels compensations. Une chose est sûre : le gouvernement n’a pas pris la peine de s’intéresser suffisamment aux spécificités de ce secteur. Ceci explique la sensation ressentie par de nombreux musiciens d’un amateurisme dans la conduite de la réforme.

L'équipe de l'émission :