Lundi 18 janvier 2021
2 min

Le Brexit et ses conséquences pour les artistes anglais

Le Brexit a un impact considérable pour les artistes anglais. Les tournées à l'étranger risque d'être compliquées à organiser, nécessitant un permis de travail et des procédures administratives lourdes pour le transport des instruments. Entre le Brexit et le Covid, les musiciens sont déroutés.

Le Brexit et ses conséquences pour les artistes anglais
Le Brexit sera lourd de conséquences pour les artistes anglais, © Maxppp / Nicolas Landemard / Le Pictorium

14,5 millions de livres. C’est les revenus perçus par les orchestres anglais en 2019 pour leur tournée à l’internationale. Plus de la moitié de ces tournées ont été réalisées en Europe. Or, le Brexit risque bel et bien de stopper en grande partie cette activité.
Pour plusieurs raisons : déjà les permis de travail qui vont être nécessaires pour les musiciens quand ils se produiront en Union européenne. Imaginez la complexité bureaucratique pour un orchestre de cent musiciens !
A cela s’ajoute les formulaires pour les douanes liés au transport des instruments. Les concerts isolés risquent de disparaître, par contre ceux qui pourraient perdurer ce sont des résidences des orchestres anglais sur plusieurs jours, comme par exemple cet été l’Orchestre symphonique de Londres qui devrait être présent pour plusieurs spectacles au Festival d’Aix-en-Provence.

Les musiciens anglais se sont-ils mobilisés ?

Bien évidemment, ils ont notamment lancés une pétition, signé par plus de deux cent mille personnes. Mais pour l’heure, le gouvernement britannique s’oppose à mettre en place un système d’exemption de visa pour les musiciens, même sur une durée courte. Les syndicats anglais demandaient des exemptions pour 90 jours. Ce rejet est d’autant plus surprenant que certaines professions peuvent y prétendre. Pour le secteur musical anglais c’est un peu la double peine avec à la fois le brexit et le Covid.

Et parmi les conséquences il y a aussi la formation des musiciens

Le Brexit sonne la fin d’Erasmus, alors même que certains pays hors Union européenne y participent comme la Turquie. Les musiciens anglais n’iront donc plus en échange dans les conservatoires supérieurs français. Pour rappel, 20% des échanges du Conservatoire supérieur de Paris se faisait avec un conservatoire anglais. Le modèle de la musique anglais, déjà fragile par son financement largement privé, risque d’être encore plus mis à mal par le Brexit.
Toutefois la sortie du pays de l’Union européenne ne fait pas que des malheureux dans la culture : les ventes d’art contemporain pourraient augmenter, la Grande-Bretagne sortant du cadre fiscal de l’Europe.

L'équipe de l'émission :