Lundi 21 septembre 2020
2 min

La reprise difficile de l'activité des concerts.

Cet été, les festivals ont proposé des concerts en plein air, comment se déroule la rentrée culturelle et musicale avec les conditions sanitaires que cela comporte ? Comment les salles survivent-elles à cette rentrée ?

La reprise difficile de l'activité des concerts.
Le billet éco d'Antoine Pecqueur du 21 septembre, © Getty / Tadamasa Taniguchi

Le contraste de la situation est déjà notable avec cet été car en juillet et en août, la majorité des festivals avaient bien sûr été annulé. Cependant, des manifestations avaient pu se maintenir ou bien se réinventer, et le public était plutôt bien présent, surtout en plein air. Or la rentrée, à l’intérieur des salles, ne poursuit pas sur cette même dynamique. Les premiers chiffres, les premières tendances de fréquentation de différentes salles sont inquiétants, en Europe et notamment en France. Des concerts qui avaient été rajoutés, à cause des jauges plus limités, doivent même parfois être annulés faute de public.

Désormais, ce sont les préfets, les collectivités territoriales qui, dans chaque région, prennent des directives, en fonction de l’évolution de la pandémie. D’un territoire à l’autre, d’un jour à l’autre, la situation change. A Nice, l’Opéra a du décaler son ouverture de saison. A Lyon, ce sont désormais tous les rassemblements de plus de mille personnes qui sont interdits. Comment mettre en œuvre dans ce cadre une programmation de spectacle vivant ? L’organisation des tournées est aussi à prendre en compte, avec des protocoles sanitaires différents d’une ville à l’autre. ce n'est pas toujours simple. Pour le public aussi, ce climat anxiogène n’est évidemment pas incitatif.

Quelles mesures faudrait-il mettre en place ?

Il est urgent que les structures culturelles aient accès prioritairement au Test. Aujourd’hui, en vue du délai d’obtention, il est quasiment impossible pour un orchestre, un ensemble français de partir en tournée. La plupart des pays voisins demandent obligatoirement des test. Lorsqu'un cas Covid est declaré parmi les musiciens d'une production, les structures n’arrivent pas à joindre l’agence régionale de santé. La situation est totalement chaotique. Le plan de relance pour la culture, dont on a parlé ici même il y a deux semaines, pêche par manque de réalisme, en octroyant des enveloppes à quelques grandes institutions. Or il faut maintenant donner les moyens au secteur dans toute sa diversité de repartir concrètement, et aussi de rassurer le public. Pendant plusieurs mois, les spectateurs ont pris l’habitude de voir des concerts gratuitement sur leur écran. Se pose désormais la question du consentement à payer alors que le risque sanitaire est là. Ce sont des sujets cruciaux qui devraient être abordés ce soir à l’Elysée, où Emmanuel Macron reçoit les artistes avec qui il avait déjà échangé pendant la crise. A une différence près car Franck Riester a laissé la place à Roselyne Bachelot. 

L'équipe de l'émission :