Lundi 9 novembre 2020
2 min

Le reconfinement chez les libraires et disquaires

Face au reconfinement, les enseignes culturelles subissent une inégalité. Librairies, disquaires, comment la situation a-t-elle évolué ces derniers jours ?

Le reconfinement chez les libraires et disquaires
La situation des enseignes culturelles face au reconfinement : librairies, disquaire., © Getty / Helena de la Guardia

Depuis l’annonce du reconfinement par Emmanuel Macron, le trouble et la pagaille sont semés. Les premières consignes étaient tout d’abord de fermer les librairies mais de laisser ouvertes les grandes enseignes commeFnacetDarty. Face à cette inégalité de traitement, qui a créé une bronca dans le secteur, Bercy a du rapidement ajuster les choses, obligeant Fnac Darty mais aussi les hypermarchés à fermer leurs rayons culture. Des lors, les grands gagnants sont les plateformes numériques, avec au premier plan Amazon, qui concentre 20% du commerce en ligne en France. La grogne est donc montée chez un grand nombre de libraires, ayant obtenu du gouvernement la possibilité de vendre en click and collect,c’est-à-dire commander sur internet et retirer son livre ou son disque en magasin. L’Etat a aussi annoncé jeudi dernier la possibilité de prendre en charge les frais d’envois de livre pendant la période du confinement.

Des mesures suffisantes pour le secteur ? 

La période de novembre-décembre est extrêmement attendue par les libraires, car ils y font un tiers de leur ventes. Pour deux raisons puisque c’est le moment des prix littéraires et surtout des ventes liées aux fêtes de Noël. Même constat chez les disquaires où cette période est la seule au cours de laquelle les revenus du streaming sont en dessous de ceux du physique. Enfin, par rapport au click and collect, ce dispositif se heurte au fait que la moitié des enseignes n’ont pas de plateforme numérique.

Un enjeu devenu politique

En effet, tout le secteur attend maintenant la mi-novembre, car le gouvernement a annoncé un réexamen de la situation, en fonction de l’évolution de l’épidémie. Les librairies et les disquaires vont-ils pouvoir rouvrir ? Ce sera aussi l’occasion de voir le poids ou non de Roselyne Bachelot, la ministre de la culture, dans l’exécutif. Il y a deux voies possibles pour le gouvernement. Premièrement, celle consistant à affirmer une forme d’exception culturelle en autorisant cette réouverture, ou deuxièmement, celle de préférer ne pas ouvrir une brèche dans laquelle risquerait ensuite de vouloir s’engouffrer d’autres secteurs, des restaurants jusqu’aux coiffeurs. En attendant, on rappellera qu’en Catalogne, le gouvernement a fait le choix inverse, celui de laisser les petits commerces ouverts et de fermer les grandes surfaces, avançant des arguments sanitaires. Un choix qui en tout cas favorise la culture.

L'équipe de l'émission :