Lundi 12 octobre 2020
2 min

L'impact de la crise sur le mécénat

Antoine Pecqueur fait un point sur la situation du mécénat culturel. La crise sanitaire touche également cette ressource devenue indispensable pour un grand nombre de structures.

L'impact de la crise sur le mécénat
Suite à la crise du coronavirus, les entreprises culturelles font face à une baisse des ressources de mécénat, © Getty / Image Source

Les premiers signes sont particulièrement inquiétants.
On constate en effet une baisse nette du mécénat culturel. Un exemple parmi d’autres : l’Opéra de Paris a perdu un tiers de ses ressources de mécénat. L’économie de la culture est donc dans un état de grande fragilité. Alors que les structures sont obligées de limiter leur billetterie du fait des jauges réduites, elles doivent également compter et provisionner une baisse des ressources de mécénat.

Comment expliquer cette baisse significative ?

Il y a déjà la situation de crise économique, qui freine bien évidemment le mécénat. Une entreprise qui lance un plan de départ aura du mal à justifier en interne son soutien au monde artistique.
Ensuite, il y a la question plus spécifique du mécénat culturel. Avec la crise sanitaire, on voit désormais les entreprises soutenir de plus en plus les domaines de la santé, de la recherche, qui étaient jusqu’alors un peu les parents pauvres.
Toutefois cette aide, liée au contexte actuelle, se fait au détriment d’autres domaines, et notamment de la culture. Sans compter que si les mécènes aiment soutenir la culture c’est aussi pour organiser des opérations de relations publiques, avec cocktails, rencontres avec les artistes, autant d’aspects rendus impossible en raison des protocoles sanitaires.

Cette situation de crise intervient au moment où le gouvernement s’apprêtait à terminer sa réforme du mécénat

C’est une réforme qui a été lancée il y a un an par Gabriel Attal, qui était alors secrétaire d’Etat auprès de Jean-Michel Blanquer en charge de la vie associative. Le but de cette réforme est de limiter les déductions fiscales pour les plus grandes entreprises, suite à un rapport de la Cour des comptes dénonçant l’aide indirect de l’Etat pour la Fondation Vuitton.
Dans la loi de finances de 2020 a donc déjà été acté la diminution de la déduction fiscale de 60 à 40% pour les dons supérieurs à deux millions d’euros. Une mesure contrebalancée d’un autre côté par un meilleur soutien au mécénat des PME.
Il y a encore des aspects à traiter, notamment la question des contreparties, souvent mal encadrés. La crise risque toutefois de ralentir les dernières étapes de cette réforme. Les sujets en tout cas ne manqueront pas pour le forum des mécènes organisé le mois prochain par l’Admical, l’association française du mécénat d’entreprise.

L'équipe de l'émission :