Dimanche 30 août 2020
1h 58mn

Valses de Frédéric Chopin

Jean-Yves Clément, Mélissa Khong et Alain Lompech élisent la version de référence des Valses de Frédéric Chopin.

Valses de Frédéric Chopin
Portrait de Frédéric Chopin, © Getty / Hulton Archive

Emission enregistrée au Studio 451 de la Maison de la Radio

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

compte-rendu:

On dirait que Stephen Kovacevich s’échauffe en jouant. Surlignée sinon forcée, sa Grande Valse brillante explose dans un constant forte, comme un assemblage de séquences incohérent. Bien terrestre. 

Une élégante danse de salon, sobre et clairement dite, mais sans l’émotion ni le rêve qu’on peut y mettre. Pourtant comment oublier le Chopin d’Arthur Rubinstein

S’arrêter juste avant d’aller trop loin : voilà tout Samson François, chopinien malicieux et fantasque, ourlant des valses fragiles et fiévreuses. Une liberté, une prise de parole et un goût du danger qui fascinent autant qu’ils peuvent agacer. 

Du grand piano très soigné, et constamment sous contrôle : ce seront les qualités et les limites des Valses hyper léchées de Marc Laforet, auxquelles un soupçon d’audace et d’abandon ne nuirait pas. On regarde le paradis, mais on n’y entre pas. 

Soixante dix ans après l’enregistrement, le Chopin de Dinu Lipatti n’a pas pris une ride. Ses Valses, données dans l’ivresse et un maintien tout aristocratique, s’élèvent tels des poèmes dansés, mariant mélancolie et fulgurance, théâtralité et épure du discours, sans le moindre superflu et avec une palette inouïe de couleurs. Première place ex-aequo. 

On adore l’agilité de Jean-Marc Luisada, son toucher brillant et chaleureux. A cela, une spontanéité, des qualités de narration et une volonté d’élargir les perspectives, de faire entendre autre chose, un orchestre imaginaire peut-être. En fait-il trop ? C’est tout l’art et le charme si personnel de Valses voluptueuses et virevoltantes – qui a dit « viscontiennes »? – un complément idéal à l’éternel Lipatti. 

palmarès:

N°1
Version F
Jean-Marc Luisada (DG, 1990) 

Les Valses de Chopin interprétées par Jean-Marc Luisada
Les Valses de Chopin interprétées par Jean-Marc Luisada, © DG

N°2
Version C
Dinu Lipatti (EMI, 1950) 

Les Valses de Chopin interprétées par Dinu Lipatti
Les Valses de Chopin interprétées par Dinu Lipatti, © EMI

N°3
Version E
Marc Laforet (Arion, 1999) 

Les Valses de Chopin interprétées par Marc Laforet
Les Valses de Chopin interprétées par Marc Laforet, © Arion

N°4
Version B
Samson François (EMI, 1963) 

Les Valses de Chopin interprétées par Samson François
Les Valses de Chopin interprétées par Samson François, © EMI

N°5
Version A
Arthur Rubinstein (RCA, 1963) 

Les Valses de Chopin interprétées par Arthur Rubinstein
Les Valses de Chopin interprétées par Arthur Rubinstein, © RCA

N°6
Version D
Stephen Kovacevich (EMI, 2005) 

Les Valses de Chopin interprétées par Stephen Kovacevich
Les Valses de Chopin interprétées par Stephen Kovacevich, © EMI Classics

la Tribune des internautes:

Quelle est la meilleure version des Valses de Chopin ?
► Participez et votez pour votre version préférée

L'équipe de l'émission :