Dimanche 6 janvier 2019
1h 58mn

Symphonie n°5 de Beethoven

Jérémie Cahen, Séverine Garnier et Piotr Kaminski élisent la version de référence de la 5e Symphonie de Beethoven.

Symphonie n°5 de Beethoven
Ludwig van Beethoven

Emission enregistrée en public au Studio 109 de la Maison de la Radio le 13 septembre 2018.

Seuls ont été pris en compte les enregistrements des 10 dernières années.

compte-rendu:

Respect de la partition, mise en place scrupuleuse, mais quoi d’autre ? La Cinquième Symphonie selon Giovanni Antonini tourne à vide et n’offre pas grand-chose… Tout ça pour ça.

Etrange Cinquième que celle de Philippe Jordan : certaines mesures semblent l’intéresser, d’autres, non. Le Symphonique de Vienne produit un Beethoven dépourvu d’arêtes et de drame. Lisse et au final ennuyeux.

Jos van Immerseel et Anima Eterna sont sévèrement jugés : très pressé, leur Beethoven collectionne effets et maniérismes, et, surtout, flotte… Métronomique et décousu.

D’abord, on admire l’énergie avec laquelle Simon Rattle empoigne le thème initial, fouettant des Berlinois qui déploient une sonorité somptueuse. Il y a beaucoup d’honnêteté et d’élégance dans cette Cinquième constamment ronde et léchée. Mais rien de fou ni d’urgent non plus. Trop aimable en somme.

Harnoncourt ne fait rien comme les autres. On ne recommandera peut-être pas son Beethoven en première écoute, rugueux, déconcertant, souvent asséné, avec ses vents acides, ses cordes si peu vibrées et ses coups de boutoir ! Mais le Concentus Musicus joue la Cinquième comme un seul homme, comme si sa vie en dépendait, offrant un chant pur, une noirceur, une urgence et un sens de la danse vertigineux. Indispensable et dérangeant.

A la tête du Gewandhaus de Leipzig, Riccardo Chailly allie noblesse, brillant, énergie rythmique et fluidité de la narration. Cette lecture vive témoigne d’une hauteur de vue qui allierait l’héritage des baroqueux au geste romantique. L’architecture plonge dans les tréfonds de l’âme beethovenienne avec la force des premiers bâtisseurs.

palmarès:

N°1
Version E
Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, dir. Riccardo Chailly (Decca, 2008)

Symphonie n°5 de Beethoven dirigée par Riccardo Chailly
Symphonie n°5 de Beethoven dirigée par Riccardo Chailly, © Decca

N°2
Version D
Concentus Musicus, dir. Nikolaus Harnoncourt (Sony, 2015)

Symphonie n°5 de Beethoven dirigée par Nikolaus Harnoncourt
Symphonie n°5 de Beethoven dirigée par Nikolaus Harnoncourt, © Sony

N°3
Version A
Orchestre philharmonique de Berlin, dir. Simon Rattle (BP, 2015)

Symphonie n°5 de Beethoven dirigée par Simon Rattle
Symphonie n°5 de Beethoven dirigée par Simon Rattle, © BP

N°4
Version B
Anima Eterna, dir. Jos van Immerseel (ZZT, 2007)

Symphonie n°5 de Beethoven dirigée par Jos van Immerseel
Symphonie n°5 de Beethoven dirigée par Jos van Immerseel, © ZZT

N°5
Version C
Orchestre symphonique de Vienne, dir. Philippe Jordan (WS, 2017)

Symphonie n°5 de Beethoven dirigée par Philippe Jordan
Symphonie n°5 de Beethoven dirigée par Philippe Jordan, © WS

N°6
Version F
Orchestre de chambre de Bâle, dir. Giovanni Antonini (Sony, 2008)

Symphonie n°5 de Beethoven dirigée par Giovanni Antonini
Symphonie n°5 de Beethoven dirigée par Giovanni Antonini, © Sony

la Tribune des internautes:

Quelle est la meilleure version de la 5e Symphonie de Beethoven ?
► Participez et votez pour votre version préférée

L'équipe de l'émission :