Dimanche 13 octobre 2019
1h 58mn

Symphonie n°3 de Brahms

Chantal Cazaux (L'Avant-Scène Opéra), Emmanuelle Giuliani (La Croix) et Thomas Deschamps (Classica) élisent la version de référence de la Symphonie n°3 de Johannes Brahms.

Symphonie n°3 de Brahms
Johannes Brahms

Enregistrement public le 10 octobre 2019 à 19h au Studio de l'Agora de la Maison de la Radio. 

Réservez vos places pour assister à cet enregistrement.

Qu'attendent Chantal Cazaux, Emmanuelle Giuliani et et Thomas Deschamps de l'interprétation de la 3e Symphonie de Brahms ?

compte-rendu:

Un Brahms édifiant, qui veut montrer. La Troisième de Colin Davis se glisse dans un entre-deux qui confine à la monotonie.

Approximations ? Décalages ? Emphase ? Herbert von Karajan et la Philharmonie de Vienne prennent bien du temps à dérouler le discours, et voilà cette Troisième légendaire s’enliser dès le premier mouvement.

Mariss Jansons et la Radio bavaroise ne convainquent qu’à moitié. Leur cathédrale s’élève avec majesté, mais se délite ça et là. Le troisième mouvement est jugé à la fois bouleversant… et bien trop régulier.

Serein et équilibré, le Brahms de Bernard Haitink alterne tendresse et force tellurique. Toutefois il échoue à surprendre et à relancer la tension et un certain statisme s’instaure.

Le tempo du I emporte, Allegro bouillonnant et magistralement architecturé : avec Riccardo Chailly, à la tête d’une phalange de toute beauté, c’est le triomphe de la pensée et de la volonté. Mais quelques maniérismes traversent ce Brahms, qu’on aurait aimé plus direct, plus émouvant, plus organique. Le final est d’un souffle ravageur.

D’emblée, grandeur et hauteur de vue. Et autorité, théâtralité, profondeur. Claudio Abbado, dirigeant un Philharmonique de Berlin en splendeur, saisit l’alpha et l’oméga de la musique de Brahms. Il lui confère son pouls, son sens, sa cohésion, son élan rythmique, ses culminations grandioses. Le Poco Allegretto, chanté par tous, semble un rêve éveillé, tandis que le final est une course à l’abîme.

palmarès:

N°1
Version D
Orchestre philharmonique de Berlin, dir. Claudio Abbado (DG, 1989)

Symphonie n°3 de Brahms dirigée par Claudio Abbado
Symphonie n°3 de Brahms dirigée par Claudio Abbado, © DG

N°2
Version E
Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, dir. Riccardo Chailly (Decca, 2013)

Symphonie n°3 de Brahms dirigée par Riccardo Chailly
Symphonie n°3 de Brahms dirigée par Riccardo Chailly, © Decca

N°3
Version C
Orchestre symphonique de Boston, dir. Bernard Haitink (Philips, 1993)

Symphonie n°3 de Brahms dirigée par Bernard Haitink
Symphonie n°3 de Brahms dirigée par Bernard Haitink, © Philips

N°4
Version B
Orchestre symphonique de la Radio bavaroise, dir. Mariss Jansons (BR Klassik, 2010)

Symphonie n°3 de Brahms dirigée par Mariss Jansons
Symphonie n°3 de Brahms dirigée par Mariss Jansons, © BR Klassik

N°5
Version A
Orchestre philharmonique de Vienne, dir. Herbert von Karajan

Symphonie n°3 de Brahms dirigée par Herbert von Karajan
Symphonie n°3 de Brahms dirigée par Herbert von Karajan, © Decca

N°6
Version F
Orchestre symphonique de la Radio bavaroise, dir. Colin Davis (RCA, 1988)

Symphonie n°3 de Brahms dirigée par Sir Colin Davis
Symphonie n°3 de Brahms dirigée par Sir Colin Davis, © RCA

la Tribune des internautes :

Quelle est la meilleure version de la Symphonie n°3 de Johannes Brahms ?
► Participez et votez pour votre version préférée

L'équipe de l'émission :