Dimanche 26 septembre 2021
1h 58mn

Symphonie n°1 " Classique " de Sergueï Prokofiev

Chantal Cazaux, Emmanuelle Giuliani et Yannick Million élisent la version de référence de la Symphonie n°1 " Classique " de Sergueï Prokofiev.

Symphonie n°1 " Classique " de Sergueï Prokofiev
Le compositeur Sergueï Prokofiev

Compte-rendu et palmarès

Un Prokofiev indolent, et même sous calmant : calé sur un tempo tranquille, Valery Gergiev ôte tout délice et tout vertige à ce bijou de jeunesse. 

Vif, sec, râpeux, grinçant : l’Orchestre symphonique de l’Etat d’URSS et Guennady Rojdestvenski passent hélas en force et retirent à la symphonie son humeur joueuse. Et la prise de son acidulée lisse désagréablement les contours. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La direction de Karel Ancerl, à la tête d’une Philharmonie tchèque haute en couleurs, divise l’équipe : vision carrée et démonstrative, ou au contraire crépitante d’ironie, avec petite harmonie à la noce et cordes en feu ? La réverbération de la captation n’arrangera pas la perception de cette expérience, à coup sûr atypique. 

Une Symphonie « Classique » qui ne perd pas de temps ! Emmenant d’un seul geste les musiciens de l’ORTF, Jean Martinon cisèle les traits avec netteté, alliant légèreté et sens du dialogue. La mélancolie affleure dans un Larghetto fluide, et l’élégante Gavotte du III se promène dans un XVIIIe siècle rêveur sur la pointe des pieds. 

Des vents corsés, des cordes grasses, mais un geste tranchant qui surveille tout débordement : si James Levine sacrifie l’esprit de Haydn et préfère une machinerie à la Brahms, il met de la causticité dans ce Prokofiev luxuriant, gonflé aux hormones, cohérent dans sa dramaturgie. Le Larghetto, sensuel mais toujours tendu, s’enchaine à une Gavotte lue dans le prisme d’un grand ballet romantique.

On joue, on se chamaille, on se coupe la parole, avec une verve étourdissante : Arturo Toscanini et sa phalange américaine rendent un hommage amusé au classicisme, nous délectant d’un Prokofiev nerveux et pince sans rire. Les timbres de l’Orchestre de la NBC sont goûteux, et cisèlent, au II, un Larghetto tel une pavane en lévitation, avant une Gavotte canaille dessinée à la pointe sèche. Irrésistible ! 

Palmarès

  1. Version B 
    Orchestre symphonique de la NBC, dir. Arturo Toscanini (RCA, 1951) 
  2. Version E 
    Orchestre symphonique de Chicago, dir. James Levine (DG, 1992) 
  3. Version F 
    Orchestre National de l’ORTF, dir. Jean Martinon (Vox, 1974) 
  4. Version C
    Orchestre philharmonique tchèque, dir. Karel Ancerl (Supraphon, 1956) 
  5. Version A
    Orchestre symphonique de l’Etat d’URSS, dir. Guennady Rojdestvenski (Melodyia, 1962) 
  6. Version D 
    London Symphony Orchestra, dir. Valery Gergiev (Philips, 2004) 

Vous souhaitez participer à l'émission ?

Votez pour votre version préférée de la Symphonie n°1 "Classique" de Sergueï Prokofiev et tentez de gagner le disque France Musique de la semaine

L'équipe de l'émission :