Dimanche 19 septembre 2021
1h 58mn

Les pêcheurs de perles de Georges Bizet

Piotr Kaminski, Pauline Sommelet et Jean-Philippe Thiellay élisent la version de référence de l'opéra Les pêcheurs de perles de Georges Bizet

Les pêcheurs de perles de Georges Bizet
Le compositeur Georges Bizet

Compte-rendu

Le ténor Celso Albelo possède des moyens généreux, mais l’accent, rédhibitoire, quelques aigus en dessous, et l’accompagnement anodin de Daniel Oren stoppent la version au premier tour. 

La version d’André Cluytens n’ira pas plus loin. Non que Henri Legay démérite dans la romance de Nadir, mais ce chant plastique ne dessine pas l’ombre d’un personnage – « une sublime absence » lance un tribun. Dommage pour le Zurga historique de Michel Dens. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

John Aler fait un usage châtié de la voix mixte, mais son charmant Nadir ne parait pas très concerné. Tout comme la Leïla incertaine de Barbara Hendricks, technique fragile et français timide. Michel Plasson y met pourtant l’élan et l’accent nécessaires. 

Nadir et Zurga, ou Don Carlo et Posa ? Nicolai Gedda et Ernest Blanc endossent les costumes du grand opéra, solides et un rien impersonnels, avec, chez Nadir, en dépit de la pulpe du timbre et d’un art sans égal de la voix mixte, une légère tendance à l’apathie. Janine Micheau en Leïla déploie un art du chant et une culture du style qui émerveillent, et Pierre Dervaux anime les troupes vibrantes de l’Opéra-Comique. 

On est étourdi par la romance entonnée par Alain Vanzo, susurrant un rêve éveillé, avec une magie du timbre, une poésie et un charme de l’élocution qui nous font voyager dans le temps. La Leïla d’Ileana Cotrubaș frémit, avec sa lumière et sa chaleur si personnelles, quand Guillermo Sarabia campe un Zurga corsé. Et Georges Prêtre ne traîne pas, ardent, dramatique. 

C’est une formidable équipe de chanteurs français, bien d’aujourd’hui, qui s’impose : Julie Fuchs, Cyrille Dubois, Florian Sempey s’inscrivent dans les traces de leurs aînés, joignant des qualités de diction, d’investissement et une musicalité qui illuminent le chef-d’œuvre de Bizet. Mais la réussite ne serait pas complète sans les forces lilloises qui savent accompagner, chanter et écouter leur superbe plateau et dialoguer avec eux, grâce au maître d’œuvre Alexandre Bloch. 

Palmarès 

  1. Version D
    Julie Fuchs, Cyrille Dubois, Florian Sempey, Les Cris de Paris, Orchestre de l’Opéra de Lille, dir. Alexandre Bloch (Pentatone, 2015) 
  2. Version F
    Ileana Cotrubaș, Alain Vanzo, Guillermo Sarabia, Chœurs et Orchestre de l’Opéra de Paris, dir. Georges Prêtre (EMI, 1977) 
  3. Version E
    Janine Micheau, Nicolai Gedda, Ernest Blanc, Chœurs et Orchestre de l’Opéra-Comique, Pierre Dervaux (Warner, 1960)
  4. Version B
    Barbara Hendricks, John Aler, Gino Quilico, Choeurs et Orchestre du Capitole de Toulouse, dir. Michel Plasson (EMI, 1989) 
  5. Version C
    Martha Angelici, Henri Legay, Michel Dens, Chœurs et Orchestre de l’Opéra-Comique, dir. André Cluytens (EMI, 1954) 
  6. Version A
    Desirée Rancatore, Celso Albelo, Luca Grassi, Choeurs et Orchestre de l’Opéra de Salerne, dir. Daniel Oren (Brillant Classics, 2012) 

Vous souhaitez participer à l'émission ?

Votez pour votre version préférée de  l'opéra Les pêcheurs de perles de Georges Bizet et tentez de gagner le disque France Musique de la semaine.

L'équipe de l'émission :