Dimanche 21 avril 2019
1h 58mn

La Resurrezione de Haendel

Chantal Cazaux, Piotr Kaminski et Pauline Sommelet élisent la version de référence de La Résurrection de Georg Friedrich Haendel.

La Resurrezione de Haendel
Georg Friedrich Haendel (vers 1725), © Getty / Hulton Archive / Hulton Fine Art Coll

Emission enregistrée en public le jeudi 18 avril 2019 à 19h au Studio 109 de la Maison de la radio.

compte-rendu:

Est-il possible de trouver lecture plus scolaire et mécanique que celle de Nicholas McGegan, chanteurs et instrumentistes aussi approximatifs et si peu soucieux de justesse ? Et puis on pourrait jouer ensemble tout de même !

Le geste décidé et l’esprit plein d’à propos de Jan Willem de Vriendt, à la tête du Combattimento Consort d’Amsterdam, impulsent de la tonicité aux mélodies de la Résurrection. Dommage que les voix soient à la peine. C’est vraiment insuffisant.

Dans un Haendel très calligraphié, Emma Kirkby, en défaut de graves et de virtuosité, offre un Ange un rien aigrelet. On retient surtout l’artisanat dévoué de Christopher Hogwood, dont la probité ne suffira pas, hélas, à allumer le feu de ce théâtre sacré. D’autres jugent son travail plus sévèrement.

Ton Koopman dessine un Haendel dans la lumière, porté par les timbres chatoyants de l’Amsterdam Baroque Orchestra : voilà de bien jolis pastels. Mais la distribution ne tient pas ses promesses, en dépit de l’éloquence de Guillemette Laurens dans un « Piangete » à fleur de peau.

Tendre, tendue, colorée, la direction d’Emmanuelle Haïm maintient un bel équilibre : c’est un Haendel vif et pictural, qui peint avec effusion les tableaux de LaRésurrection. Côté voix, on craque pour l’Ange de Camilla Tilling, timbre de chair et de miel et le Lucifer de Luca Pisaroni, basse somptueuse affirmant puissamment « O voi de’ll Erebo » ; on goûte moins Sonia Prina en Marie-Cléophas.

Ah ce théâtre ! Cet orchestre qui rugit, souffle, soupire, s’élève... La palette des Musiciens du Louvre sert toutes les facettes de La Résurrection, tandis que Marc Minkowski suit, éclaire, pousse, stimule sa troupe en relançant constamment le discours : Laurent Naouri, Diable dément, Annick Massis, soprano angélique, et surtout Jennifer Smith, Marie-Madeleine en grâce, jusque dans ses fragilités ; sans oublier le Saint-Jean solaire de John Mark Ainsley. La grande version moderne du chef-d’œuvre.

palmarès:

N°1
Version B
Les Musiciens du Louvre, dir. Marc Minkowski (Archiv, 1995)

La Résurrection de Haendel dirigée par Marc Minkowski
La Résurrection de Haendel dirigée par Marc Minkowski, © Archiv

N°2
Version D
Le Concert d’Astrée, dir. Emmanuelle Haïm (Virgin, 2009)

La Résurrection de Haendel dirigée par Emmanuelle Haïm
La Résurrection de Haendel dirigée par Emmanuelle Haïm, © Virgin

N°3
Version E
Amsterdam Baroque Orchestra, dir. Ton Koopman (Erato, 1990)

La Résurrection de Haendel dirigée par Ton Koopman
La Résurrection de Haendel dirigée par Ton Koopman, © Erato

N°4
Version C
Academy of Ancient Music, dir. Christopher Hogwood (L’Oiseau-Lyre, 1981)

La Résurrection de Haendel dirigée par Christopher Hogwood
La Résurrection de Haendel dirigée par Christopher Hogwood, © L'Oiseau-Lyre

N°5
Version A
Combattimento Consort Amsterdam, dir. Jan Willem de Vriend (Challenge Classics, 2001)

La Résurrection de Haendel dirigée par Challenge Classics
La Résurrection de Haendel dirigée par Challenge Classics, © Challenge Classics

N°6
Version F
Philharmonia Baroque Orchestra, dir. Nicholas McGegan (Harmonia Mundi, 1989)

La Résurrection de Haendel dirigée par Nicholas McGegan
La Résurrection de Haendel dirigée par Nicholas McGegan, © Harmonia Mundi

la Tribune des internautes:

Quelle est la meilleure version de la Rezurrezione de Haendel ?
► Participez et votez pour votre version préférée

L'équipe de l'émission :