Dimanche 3 janvier 2021
1h 58mn

Gounod (Faust=Ballet), Ponchielli (La Gioconda=Danse des heures) et Saint-Saëns (Samson et Dalila=Bacchanale)

Chantal Cazaux, Emmanuelle Giuliani et Piotr Kaminski élisent les versions de référence du ballet de Faust de Gounod, de la Danse des heures de La Gioconda de Ponchielli et de la Bacchanale de Samson et Dalila de Saint-Saëns.

Gounod (Faust=Ballet), Ponchielli (La Gioconda=Danse des heures) et Saint-Saëns (Samson et Dalila=Bacchanale)
(de haut en bas) Charles Gounod © duncan1890/ Getty | Amilcare Ponchielli © - | Camille Saint-Saëns © gravure sur bois de 1885/ Getty

Vous souhaitez participer à l'émission ?
Votez pour vos versions préférées du Faust de Gounod, de La Gioconda de Ponchielli et de Samson et Dalila de Saint-Saëns.

.

Ballet de Faust de Gounod

compte-rendu:

Au geste impressionniste de Michel Plasson, artisan d’une valse languissante, on pourra préférer le chant éperdu de Paul Paray, dans un Gounod très chromo qui ne manque pourtant pas de sel. A moins que tout ne se joue entre le dessin ferme d’André Cluytens, phrasés magnifiques et réglage infaillible, et le maintien tout aristocratique de George Prêtre : deux versions où triomphent, à vingt-cinq ans d’écart, les forces de l’Opéra de Paris. 

palmarès:

N°1
Version D
Orchestre de l’Opéra de Paris, dir. George Prêtre (Warner, 1979) 

Faust de Gounod dirigé par Georges Prêtre
Faust de Gounod dirigé par Georges Prêtre, © Warner

N°2
Version A
Orchestre de l’Opéra de Paris, dir. André Cluytens (Warner, 1953) 

Faust de Gounod dirigé par André Cluytens
Faust de Gounod dirigé par André Cluytens, © Warner

N°3
Version C
Orchestre symphonique de Detroit, dir. Paul Paray (Mangora Classical, 1960) 

Faust de Gounod dirigé par Paul Paray
Faust de Gounod dirigé par Paul Paray, © Mangola Classical

N°4
Version B
Orchestre du Capitole de Toulouse, dir. Michel Plasson (Warner, 1991) 

Faust de Gounod dirigé par Michel Plasson
Faust de Gounod dirigé par Michel Plasson, © Warner

Danse des heures de La Gioconda de Ponchielli

compte-rendu:

Ca ne crépite pas : la Danse des heures selon Bernstein est superbement réalisée mais trop prudente. On appréciera plutôt la battue urgente d’Anatole Fistoulari, en dépit d’une réalisation ça et là approximative : quelle adrénaline dans ce concentré d’émotions, folie jusqu’au-boutiste à la limite de l’angoisse ! Le velouté exceptionnel des Berlinois et leur maître horloger Karajan fêtent des trésors de féérie et de légèreté – c’est un scintillement digne d’Hollywood ! Pour autant il faut se précipiter chez Toscanini, qui règle une Danse des heures cruellement drôle, cordes cinglantes, petite harmonie criarde, conclue par un galop final à la Nino Rota. 

palmarès:

N°1
Version B
NBC Symphony Orchestra, dir. Arturo Toscanini (RCA, 1952) 

La Gioconda de Ponchielli, dirigée par Arturo Toscanini
La Gioconda de Ponchielli, dirigée par Arturo Toscanini, © RCA

N°2
Version A
Orchestre philharmonique de Berlin, dir. Herbert von Karajan (DG, 1968) 

La Gioconda de Ponchielli, dirigée par Herbert von Karajan
La Gioconda de Ponchielli, dirigée par Herbert von Karajan, © DG

N°3
Version C
Orchestre de la société des Concerts du Conservatoire, dir. Anatole Fistoulari (Decca, 1950) 

La Gioconda de Ponchielli, dirigée par Anatole Fistoulari
La Gioconda de Ponchielli, dirigée par Anatole Fistoulari, © Decca

N°4
Version D
New York Philharmonic, dir. Leonard Bernstein (Sony, 1968)

La Gioconda de Ponchielli, dirigée par Leonard Bernstein
La Gioconda de Ponchielli, dirigée par Leonard Bernstein, © Sony

Bacchanale de Samson et Dalila de Saint-Saëns

compte-rendu:

Une Bacchanale au couvent des oiseaux ! Georges Prêtre et son orchestre, bien mou, imposent une distance et ne mènent nulle part. La fièvre gagne avec le Saint-Saëns organique d’Anatole Fistoulari, à qui on pardonne de bomber le torse tant le climat poisseux inquiète. Chez Paul Paray, le danger est là, tangible, dès les volutes nasillardes du hautbois et le climat de sauvagerie qui s’instaure peu à peu. On pourra aussi se tourner vers le réglage cinématographique de Myung Whun Chung, maitre en climats vaporeux et pamoisons léthargiques : un Saint-Saëns qui manie la profondeur de champ et le fondu-enchainé… pour un total plaisir des sens.

palmarès:

N°1
Version C
Orchestre de l’Opéra de Paris, dir. Myung Whun Chung (Warner, 1991) 

Samson et Dalila de Saint-Saëns dirigé par Myung Whun Chung
Samson et Dalila de Saint-Saëns dirigé par Myung Whun Chung, © Warner

N°2
Version B
Orchestre symphonique de Detroit, dir. Paul Paray (Label, 1961) 

Samson et Dalila de Saint-Saëns dirigé par Paul Paray
Samson et Dalila de Saint-Saëns dirigé par Paul Paray, © Label

N°3
Version D
Orchestre de la société des Concerts du Conservatoire, dir. Anatole Fistoulari (RCA, 1950) 

Samson et Dalila de Saint-Saëns dirigé par Anatole Fistoulari
Samson et Dalila de Saint-Saëns dirigé par Anatole Fistoulari, © RCA

N°4
Version A
Orchestre de l’Opéra de Paris, dir. Georges Prêtre (Warner, 1962) 

Samson et Dalila de Saint-Saëns dirigé par Georges Prêtre
Samson et Dalila de Saint-Saëns dirigé par Georges Prêtre, © Warner
L'équipe de l'émission :