Dimanche 12 septembre 2021
1h 58mn

Fantaisie en fa mineur de Franz Schubert

Bertrand Boissard, Elsa Fottorino et Alain Lompech élisent la version de référence de la Fantaisie en fa mineur de Franz Schubert.

Fantaisie en fa mineur de Franz Schubert
Le compositeur Franz Schubert par Wilhelm August Rieder (1825)

Compte-rendu

Quelle surprise que cette Fantaisie étroite et pâlotte soit celle de Radu Lupu et Murray Perahia, pourtant valeur sûre de la discographie. Amer constat.   

Le pianoforte oblige à entendre Schubert autrement : Andreas Staier et Alexander Melnikov le rendent plus clair, plus fluide, détaillant les articulations et jetant une lumière crue sur cette Fantaisie… qui n’est pourtant pas dénuée d’affèteries.    

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Le très complice Duo Crommelynck nimbe le premier mouvement d’un halo voluptueux, atmosphère douce et riche dont se dégage un climat capiteux. Joliment ciselé mais privé de ses noirceurs, le Largo manquera de consistance.   

Le Schubert d’Anne Quéffelec et Imogen Cooper avance à pas de velours, avec la visible intention d’émouvoir. Mais leur Fantaisie restera surtout aimable, en raison d’un Largo aux aigus clairets, insuffisant là encore. Et la prise de son n’arrange rien.    

L’urgence, le saut immédiat dans une narration sans répit, où tout est vie grouillante, tension, lyrisme éperdu – ce qui n’empêche pas l’humour, la tendresse, et la gourmandise de trilles séraphiques qui nous font naviguer « entre ciel et bière » pour reprendre le mot de Dominique Fernandez. Le concert de Benjamin Britten et Sviatoslav Richter de 1965 est plus qu’un document : c’est un Schubert à la vie à la mort, pour l’éternité.   

Dans le mouvement initial, un lied s’élève, ivre de chant, s’ombrageant subitement après tant d’insouciance : c’est Schubert qui nous parle à l’oreille. Toute l’œuvre habite l’espace, grâce aux doigts précis de Philippe Cassard et Cédric Pescia, fins dramaturges qui recréent la simplicité d’un chant éperdu comme les terreurs successives d’un Largo aux ondes terribles. Une prise de parole inoubliable. Quel naturel !   

Fantaisie en fa mineur de Schubert 

Palmarès 

  1. Version C
    Philippe Cassard, Cédric Pescia (La Dolce Volta, 2014) 

  2. Version E
    Sviatoslav Richter, Benjamin Britten (Decca, 1965)

  3. Version D
    Anne Queffélec, Imogen Cooper (Erato, 1978) 

  4. Version B
    Duo Crommelynck (Claves, 1993)

  5. Version A
    Andreas Staier, Alexander Melnikov (HM, 2015)

  6. Version F
    Radu Lupu, Murray Perahia (Sony, 1990) 

Vous souhaitez participer à l'émission ?

Votez pour votre version préférée de la Fantaisie en fa mineur de Franz Schubert et tentez de gagner le disque France Musique de la semaine.

L'équipe de l'émission :