Dimanche 13 décembre 2020
1h 58mn

Concerto pour flûte en ré Majeur RV.428 "Il Gardellino" de Vivaldi

Fabienne Bouvet, Séverine Garnier et Philippe Venturini élisent la version de référence du Concerto op. 10 n°3 « Il Gardellino » d’Antonio Vivaldi.

Concerto pour flûte en ré Majeur RV.428 "Il Gardellino" de Vivaldi
Portrait d'Antonio Vivaldi (détail) - Ecole italienne 18e siècle, © Getty / Stefano Bianchetti / Corbis

Vous souhaitez participer à l'émission ? Votez pour votre version préférée du Concerto pour flûte en ré Maj. "Il Gardellino" d'Antonio Vivaldi.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

compte-rendu:

Au-dessus d’un clavecin qui ferraille un peu, la flûte de Barthold Kuijken dévoile des tons blafards. On cherche le piquant et la décontraction dans ce Vivaldi qui ne sourit pas. 

Quel drôle d’oiseau ! Il y a de la griserie et beaucoup de volonté dans ce Gardellino joué à la flûte à bec. Mais le véloce Maurice Steger et son acolyte Fasolis ne versent-ils pas dans l’expérimental ? 

Il est reproché à Emmanuel Pahud, virtuose charismatique aux accents romantiques, d’en faire trop, de poser et de s’égarer stylistiquement. Chant souverain ou leçon bien apprise ? Fort décrié, le Cantabile fait long feu. 

On est au théâtre, et dans le plus survolté qui soit, saturé d’effets, de contrastes, de coups de boutoir. Mais la malice et la musicalité de Jean-Christophe Spinosi emportent tout sur leur passage dans ce Vivaldi naturaliste plein d’iode et d’odeurs ; de surcroît quand la flûte à bec est tenue par un acrobate vertigineux nommé Sébastien Marq

L’énergie sans pareille de Jed Wentz enchante, déclamant un Vivaldi impertinent et sans artifice. En dépit de quelques effets attendus dans le I, le Cantabile, vif et chatoyant, surprend par ses teintes agrestes et sa mélancolie. Avant un final ébouriffant, où mille oiseaux semblent pépier de concert. 

Le naturel dans la joie, le plaisir dans un chant constamment solaire et serein. François Lazarevitch mène rondement son Gardellino, se régale et nous avec, avec une flûte luxuriante qui s’élève avec liberté au milieu de ses musiciens. Vivaldi comme on l’aime.

palmarès:

N°1
Version B
François Lazarevitch, Les Musiciens de Saint-Julien (Alpha, 2016) 

Concerto op. 10 n°3 « Il Gardellino » de Vivaldi par François Lazarevitch
Concerto op. 10 n°3 « Il Gardellino » de Vivaldi par François Lazarevitch, © Alpha

N°2
Version C
Jed Wentz, Musica ad Rhenum (Cantus Records, 1992) 

Concerto op. 10 n°3 « Il Gardellino » de Vivaldi par Jed Wenz
Concerto op. 10 n°3 « Il Gardellino » de Vivaldi par Jed Wenz, © Cantus Records

N°3
Version D
Sébastien Marq, Ensemble Matheus, dir. Jean-Christophe Spinosi (Naïve, 2000) 

Concerto op. 10 n°3 « Il Gardellino » de Vivaldi par Sébastien Marq
Concerto op. 10 n°3 « Il Gardellino » de Vivaldi par Sébastien Marq, © Naïve

N°4
Version E
Emmanuel Pahud, Australian Chamber Orchestra, dir. Richard Tognetti (Warner, 2005) 

Concerto op. 10 n°3 « Il Gardellino » de Vivaldi par Emmanuel Pahud
Concerto op. 10 n°3 « Il Gardellino » de Vivaldi par Emmanuel Pahud, © Warner

N°5
Version F
Maurice Steger, Diego Fasolis (Claves, 2000) 

Concerto op. 10 n°3 « Il Gardellino » de Vivaldi par Maurice Steger
Concerto op. 10 n°3 « Il Gardellino » de Vivaldi par Maurice Steger, © Claves

N°6
Version A
Barthold Kuijken, La Petite Bande, dir. Sigiswald Kuijken, dir. Les Kuijken (Accent, 2010) 

Concerto op. 10 n°3 « Il Gardellino » de Vivaldi par Barthold Kuijken
Concerto op. 10 n°3 « Il Gardellino » de Vivaldi par Barthold Kuijken, © Accent
L'équipe de l'émission :