Dimanche 29 juin 2014
1h 58mn

Concerto n°2 pour piano et orchestre en sol mineur Op. 16 de Sergueï Prokofiev

Bienvenue dans votre tribune dominicale où, sous l’œil impavide de nos arbitres impartiaux, j’ai nommé Jean-Charles Hoffélé, Piotr Kaminski et Christian Merlin qui jouent chaque semaine à l’aveugle, nous mettrons aujourd’hui sur le terrain le 2e concerto pour piano de Serge Prokofiev.1

Déjà remarqué pour ses talents de virtuose au clavier, Prokofiev, après avoir signé un premier concerto et sa symphonie dite « classique », ébauche fin 1912 un second concerto alors qu’il reste encore étudiant au conservatoire de Saint Pétersbourg, choisissant de revenir à la forme en 4 mouvements tout en cherchant à effacer les griefs qui avaient marqué le premier. « les reproches faits à mon premier concerto, écrit-il, dont le brio n’aurait eu d’autre but que de jeter de la poudre aux yeux et aurait présenté certaines tendances acrobatiques m’ont incité à aller chercher dans le second une plus grande profondeur ». Ce qui n’empêche pas l’auteur de la « suggestion diabolique » d’écrire l’une des cadences les plus exigeantes techniquement, et un scherzo dans lequel le soliste joue un flot ininterrompu de double-croches. L’œuvre est dédiée à Maximilian Schmidhoff, un jeune confrère dont Prokofiev avait fait la connaissance en 1909 quelques mois avant la mort de son père. Mais au printemps 1913, alors qu’il est en train d’achever la partition, Prokofiev reçoit ce mot de son ami, « Cher Serioja, je t’écris pour te faire part des dernières nouvelles- je me suis tiré une balle. N’en sois pas trop effaré mais prend le avec indifférence car cela ne mérites rien de plus. Adieu ». Lors de la création en août 1913 même les défenseurs de la nouvelle musique à Saint Pétersbourg eurent, je cite, glacés d’effroi les cheveux dressés sur la tête.
La partition disparaîtra dans la tourmente de la révolution et ce n’est que 10 ans plus tard à Paris que Prokofiev en reconstitue l’orchestration à partir de la partie soliste qu’il avait conservé, édition sur laquelle se base aujourd’hui notre confrontation.

PROGRAMMATION MUSICALE :

♫ V1 Sergueï Prokofiev
Concerto n°2 pour piano et orchestre en sol mineur Op. 16
Evgeny Kissin, piano
Philharmonia Orchestra
Dir : Vladimir Ashkenazy
(Emi classics 2009)

♫ V2 Sergueï Prokofiev
Concerto n°2 pour piano et orchestre en sol mineur Op. 16
Horacio Gutierrez, piano
Berliner Philharmoniker
Dir : Klaus Tennstedt
(Testament 2010)

♫ V3 Sergueï Prokofiev
Concerto n°2 pour piano et orchestre en sol mineur Op. 16
Anna Vinnistkaya, piano
Deutsches Symphonie-Orchester Berlin
Dir : Gilbert Varga
(Naïve 2010)

♫ V4 Sergueï Prokofiev
Concerto n°2 pour piano et orchestre en sol mineur Op. 16
Yuja Wang, piano
Simon Bolivar Symphony Orchestra of Venezuela
Dir : Gustavo Dudamel
(Deustche Grammophon 2013)

♫ V5 Sergueï Prokofiev VERSION GAGNANTE
Concerto n°2 pour piano et orchestre en sol mineur Op. 16
Yundi Li, piano
Orchestre Philharmonique de Berlin
Dir : Seiji Ozawa
(Deutsche Grammophon 2008)

♫ V6 Sergueï Prokofiev
Concerto n°2 pour piano et orchestre en sol mineur Op. 16
Jean-Efflam Bavouzet, piano
Orchestre Philharmonique de la BBC
Dir : Noseda Gianandrea
(Chandos 2014)

L'équipe de l'émission :
Mots clés :