Dimanche 27 juin 2021
1h 58mn

Concerto pour violon BWV 1041 de Jean Sébastien Bach

Emmanuelle Giuliani, Philippe Ramin et Michel Le Naour élisent la version de référence du Concerto pour violon BWV 1041 de Jean-Sébastien Bach

Concerto pour violon BWV 1041 de Jean Sébastien Bach
Le compositeur allemand Jean-Sébastien Bach, © Getty / Photo by Stock Montage/Getty Images

Emission enregistrée au Théâtre de l'Alliance Française mercredi 16 juin 2021.

Vous souhaitez participer à l'émission ?

Votez pour votre version préférée du Concerto pour violon BWV 1041 de JS Bach et tentez de gagner le disque France Musique de la semaine.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

compte-rendu:

Beaucoup d’intentions dans le Bach hyper vibré de Thomas Zehetmair ; du beau violon certes, qui chante et s’épanouit, mais succombe aussi à toutes les outrances… 

Une course-poursuite : l’équipée Pablo Valetti / Café Zimmermann tire à hue et à dia, l’un pourchassant l’autre, à coups de secousses, de précipitations et d’effets téléphonés ; la rencontre n’aura pas lieu. 

Tout est en place dans la lecture de Rachel Podger et du Brecon Baroque. La soliste manie tous les artefacts du violon ancien, et sur un tempo stable, cisèle un Bach chambriste. Mais il n’y a ni histoire ni surprise : dynamiques constantes, articulations prévisibles ; l’imagination a déserté. 

Isabelle Faust ne serait-elle pas un peu seule ? Si on admire l’esprit, la vivacité des traits, la poésie de ce violon lumière, qui sait relancer et s’amuser dans un premier mouvement agréable, le chef presse continuellement, appuie le discours, et tout parait escamoté : l’Andante, haché menu, ne s’en relèvera pas. 

Voici un Bach qui danse, émeut, jubile, transmet l’allégresse tout en réinventant le paysage : l’ombre de Vivaldi rôde. Monica Huggett tend un fil d’Ariane de la première à la dernière note et livre un Concerto d’une seule coulée. D’une invraisemblable liberté d’archet, son violon s’élève, semble improviser, pudique, poétique, avec de longs phrasés qui captivent.  

Tout fusionne dans le Bach d’Amandine Beyer et de ses Incogniti. Son violon pulpeux se mêle aux instruments comme jouerait un quatuor ; ce n’est jamais démonstratif, mais plutôt une conversation, intelligente et relâchée où chacun chante et s’émerveille de sa partie : l’ivresse de jouer et de partager, tout simplement.

palmarès:

N°1
Version F  
Amandine Beyer, Gli Incogniti (ZZT, 2007)  

Le Concerto pour violon n°1 de JS Bach, interprété par Amandine Beyer
Le Concerto pour violon n°1 de JS Bach, interprété par Amandine Beyer, © ZZT

N°2
Version C  
Monica Huggett, Amsterdam Baroque Orchestra, dir. Ton Koopman (Erato, 1985)  

Le Concerto pour violon n°1 de JS Bach, interprété par Monica Huggett
Le Concerto pour violon n°1 de JS Bach, interprété par Monica Huggett, © Erato

N°3
Version E  
Isabelle Faust, Akademie für Alte musik (HM, 2018)  

Le Concerto pour violon n°1 de JS Bach, interprété par Isabelle Faust
Le Concerto pour violon n°1 de JS Bach, interprété par Isabelle Faust, © HM

N°4
Version A  
Rachel Podger, Brecon Baroque (Channel Classics, 2010) 

Le Concerto pour violon n°1 de JS Bach, interprété par Rachel Podger
Le Concerto pour violon n°1 de JS Bach, interprété par Rachel Podger, © Channel Classics

N°5
Version D  
Pablo Valetti, Café Zimmermann (Alpha, 2008)  

Le Concerto pour violon n°1 de JS Bach, interprété par Pablo Valetti
Le Concerto pour violon n°1 de JS Bach, interprété par Pablo Valetti, © Alpha

N°6
Version B  
Thomas Zehetmair, Solistes Bach d’Amsterdam (Berlin, 1994)

Le Concerto pour violon n°1 de JS Bach, interprété par Thomas Zehetmair
Le Concerto pour violon n°1 de JS Bach, interprété par Thomas Zehetmair, © Berlin Classics
L'équipe de l'émission :