Dimanche 23 mai 2021
1h 58mn

Mélodies de Reynaldo Hahn

Chantal Cazaux, Piotr Kaminski et Charlotte Landru-Chandès élisent les versions de référence de trois mélodies de Reynaldo Hahn : "A Chloris", "Si mes vers avaient des ailes" et "L’heure exquise".

Mélodies de Reynaldo Hahn
Reynaldo Hahn (1875-1947) compositeur francais d'origine venezuelienne photo 1898 Nadar Reynaldo Hahn (1875-1947), © Getty / Photo by Apic/Getty Images

Emission enregistrée au Théâtre de l'Alliance Française jeudi 20 mai 2021.

Vous souhaitez participer à l'émission ?

Votez pour votre version préférée des mélodies de Reynaldo Hahn et tentez de gagner le disque France Musique de la semaine.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

1) A Chloris 

compte-rendu:

Au chant surdimensionné de Véronique Gens, plombée par un piano capricieux, on préfère l’élégance de Mady Mesplé, diction impeccable quoique style un brin daté. Susan Graham, admirablement secondée par Roger Vignoles, impose un timbre chaud et sensuel, dans un style lyrique qui écorne ça et là les consonnes. Aérien et diaphane, Philippe Jaroussky raffine sans doute à l’excès, mais ce ton intime est très à propos. Une optique tout aussi forte régit le Reynaldo Hahn lent et pudique de Stéphanie d’Oustrac, dont les accents tragiques interpellent. Pour autant, l’équilibre soupesé entre sens et diction, poésie et musique, sourire et nostalgie, c’est Marie-Nicole Lemieux qui le trouve, donnant un Chloris rêvé, main dans la main avec Daniel Blumenthal. 

palmarès: 

N°1
Version E
Marie-Nicole Lemieux, Daniel Blumenthal (Naïve, 2005) 

"A Chloris" de Reynaldo Hahn, interprétée par Marie-Nicole Lemieux
"A Chloris" de Reynaldo Hahn, interprétée par Marie-Nicole Lemieux, © Naïve

N°2
Version B
Philippe Jaroussky, Jérôme Ducros (Erato, 2008) 

"A Chloris" de Reynaldo Hahn, interprétée par Philippe Jaroussky
"A Chloris" de Reynaldo Hahn, interprétée par Philippe Jaroussky, © Erato

N°3
Version C
Susan Graham, Roger Vignoles (Sony, 1998) 

"A Chloris" de Reynaldo Hahn, interprétée par Susan Graham
"A Chloris" de Reynaldo Hahn, interprétée par Susan Graham, © Sony

N°4
Version F
Stéphanie d’Oustrac, Pascal Jourdan (Ambronay, 2014) 

"A Chloris" de Reynaldo Hahn, interprétée par Stéphanie d'Oustrac
"A Chloris" de Reynaldo Hahn, interprétée par Stéphanie d'Oustrac, © Ambronay

N°5
Version A
Mady Mesplé, Dalton Baldwin (Erato, 1988) 

"A Chloris" de Reynaldo Hahn, interprétée par Mady Mesplé
"A Chloris" de Reynaldo Hahn, interprétée par Mady Mesplé, © Erato

N°6
Version D
Véronique Gens, Susan Manoff (Alpha, 2014)

"A Chloris" de Reynaldo Hahn, interprétée par Véronique Gens
"A Chloris" de Reynaldo Hahn, interprétée par Véronique Gens, © Alpha

2) Si mes vers avaient des ailes

compte-rendu:

Modèle d’intégrité, le Reynaldo Hahn de Tassis Christoyannis possède un grain vocal qui pare d’un cachet particulier l’art de ce fin mélodiste. François Le Roux, si complice avec Jeff Cohen, nous ouvre les portes d’un salon proustien et nous susurre Si mes vers avaient des ailes dans le creux de l’oreille. Dans cette optique, on appréciera encore davantage Jean-Christophe Benoit, qui chante comme il parlerait, évident de naturel et d’une grâce renversante. Si son devancier Jacques Jansen est plus rêche de timbre, Gabriel Bacquier, diseur flamboyant, aux aigus solaires ou usant d’un falsetto caméléon, franchit l’espace d’un élan viril. Et puis, Dietrich Fischer Dieskau, inattendu ici, confère élan et expression, brillant par son métier et son attachement aux mots. Alors qui choisir ? 

palmarès: 

N°1
Version D
Jean-Christophe Benoit, Bernard Ringeissen (Adès, 1976) 

"Si mes vers avaient des ailes" de Reynaldo Hahn, interprétée par Jean-Christophe Benoit
"Si mes vers avaient des ailes" de Reynaldo Hahn, interprétée par Jean-Christophe Benoit, © Ades

N°2
Version B
Gabriel Bacquier, Jean Laforge (Accord, 1962) 

"Si mes vers avaient des ailes" de Reynaldo Hahn, interprétée par Gabriel Bacquier
"Si mes vers avaient des ailes" de Reynaldo Hahn, interprétée par Gabriel Bacquier, © Accord

N°3
Version F
Dietrich Fischer-Dieskau, Hartmut Höll (Teldec, 1987) 

"Si mes vers avaient des ailes" de Reynaldo Hahn, interprétée par Dietrich Fischer-Diskau
"Si mes vers avaient des ailes" de Reynaldo Hahn, interprétée par Dietrich Fischer-Diskau, © Teldec

N°4
Version A
François Le Roux, Jeff Cohen (REM, 1988) 

"Si mes vers avaient des ailes" de Reynaldo Hahn, interprétée par François Le roux
"Si mes vers avaient des ailes" de Reynaldo Hahn, interprétée par François Le roux, © REM

N°5
Version E
Tassis Christoyannis, Jeff Cohen (PBZ, 2018) 

"Si mes vers avaient des ailes" de Reynaldo Hahn, interprétée par Tassis Christoyannis
"Si mes vers avaient des ailes" de Reynaldo Hahn, interprétée par Tassis Christoyannis, © PBZ

N°6
Version C
Jacques Jansen, Jacqueline Bonneau (Decca, 1952)

"Si mes vers avaient des ailes" de Reynaldo Hahn, interprétée par Jacques Jensen
"Si mes vers avaient des ailes" de Reynaldo Hahn, interprétée par Jacques Jensen, © DECCA

3) L'Heure exquise

compte-rendu:

La ligne modelée par Rachel Yakar est admirable, et l’émission droite, tout comme le refus de l’abandon proposent une Heure exquise simple et concrète. Sophie Karthaüser, que soutient le piano inventif de Cédric Tiberghien, nimbe les mots de la douceur inouïe de son timbre, retenu et candide, jusque dans ses aigus sans vibration, recréant quelque atmosphère spectrale. Avec Ninon Vallin accompagnée du compositeur en personne, on fait un saut dans le temps : c’est une mélodie lancée comme un souvenir, où les intentions ne surchargent jamais la ligne :  bref, « de la musique avant toute chose » ! La même école, mais à un degré supérieur, se retrouve chez Renée Doria, calme, limpide, extraordinaire de présence avec ses aigus flottants et son médium nourri, où le climat se réinvente à chaque vers. Enfin, Felicity Lott resplendit dans sa simplicité, diction ciselée, pianissimos à se damner, ne cherchant jamais à montrer : et comme Graham Johnson sait l’écouter ! A cela, Janet Baker ajoute des sonorités plus charnues, un art de la mezza voce, une ardeur et une longueur de souffle sidérante : un Reynaldo Hahn qui s’invente à mesure, tandis que les effleurements cristallins de Gerald Moore au piano font le reste. 

palmarès: 

N°1 ex-aequo
Version B
Renée Doria, Simone Gouat (Pléiade, 1956) 

"L' heure exquise" de Reynaldo Hahn, interprétée par Renée Doria
"L' heure exquise" de Reynaldo Hahn, interprétée par Renée Doria, © Pleiade

N°1 ex-aequo
Version F
Felicity Lott, Graham Johnson (Hyperion, 1995) 

"L' heure exquise" de Reynaldo Hahn, interprétée par Felicity Lott
"L' heure exquise" de Reynaldo Hahn, interprétée par Felicity Lott, © Hyperion

N°1 ex-aequo
Version E
Janet Baker, Gerald Moore (EMI, 1972) 

"L' heure exquise" de Reynaldo Hahn, interprétée par Janet Baker
"L' heure exquise" de Reynaldo Hahn, interprétée par Janet Baker, © EMI

N°2
Version D
Sophie Karthäuser, Cédric Tiberghien (Cyprès, 2011) 

"L' heure exquise" de Reynaldo Hahn, interprétée par Sophie Karthäuser
"L' heure exquise" de Reynaldo Hahn, interprétée par Sophie Karthäuser, © Cyprès

N°3
Version C
Ninon Vallin, Reynaldo Hahn (EMI, 1929) 

"L' heure exquise" de Reynaldo Hahn, interprétée par Ninon Vallin
"L' heure exquise" de Reynaldo Hahn, interprétée par Ninon Vallin, © EMI

N°4
Version A
Rachel Yakar, Claude Lavoix (Virgin, 1988) 

"L' heure exquise" de Reynaldo Hahn, interprétée par Rachel Yakar
"L' heure exquise" de Reynaldo Hahn, interprétée par Rachel Yakar, © Virgin
L'équipe de l'émission :